Les Dessous de Xen'drik

Dans les ruines de Mel-Aqat

Où on lutte contre la fraude

En route vers la cité de Dar Qat en coupant par le plan des ombres, le groupe est venu à passer près de la silhouette de ce qui semblait être une grande ville couverte de serpents de ténèbres. Curieux, ils sont revenus sur Eberron pour y observer les ruines d’une immense cité de pierres au milieu des collines désertiques à l’est du désert de Menechtarun.

Xanaph d’Lyrandar émit l’hypothèse qu’il s’agirait de la cité perdue de Mel-Aqat, un endroit dont on ne saurais rien si ce n’était d’une expédition menée par un archéologue du nom de Janik Martell il y a une dizaine d’années. Après l’avoir pillée jusqu’à la dernière pièce d’or lors d’une première édition qui coûta la vie à des dizaines de personne, Martell y était retourné pour en savoir plus, mais on restait sans nouvelles de lui même après quelques années.

Pendant que la demi-elfe faisait son résumé à ses alliés, un homme qui avait réussi à s’approcher à quelques mètres du groupe sans être vu fit connaîre sa présence. Malgré sa longue barbe, ses vêtements déchirés et ses traits fatigués, Xanaph ne pu s’empêcher de reconnaître Janik Martell.

Ravi d’enfin pouvoir prendre un bain et un repas chaud, l’archéologue expliqua que, entre ses deux visites à Mel-Aqat, la ville avait été envahie par des dizaines de géants de feu venus des montagnes. La seconde expédition a été décimée dès la première journée. Sans montures ni vivres, les quelques survivants avaient dû se résoudre à vivre comme des rats dans les anciens égoûts dans l’espoir que des secours arrivent un jour. À la connaissance de Martell, il ne restait plus que lui.

Avant de partir, cependant, il tenait à retourner à Mel-Aqat chercher les notes qu’il avait prises pendant les dernières années, histoire que son voyage ne soit pas complètement en vain. Voyant les compagnons hésiter, il ajouta qu’il connaissait l’emplacement d’une voûte encore pleine de trésors près de l’endroit où il gardait ses notes.

La nuit suivante, le groupe suivit Martell discrètement jusqu’à une brèche dans la muraille de la ville. Alors que Rowan et Mirage restaient là pour avertir les autres si l’issue était compromise. Toujours plus méfiante depuis qu’elle portait la couronne trouvée dans l’entrpôt des Douze à Sharn, Valtrex se jura de garder Martell à l’oeil. Quand il trébucha et alerta une patrouille de géants, le doute fut décuplé, surtout que la couronne murmurait que Martell aurait fait ça uniquement dans le but de jauger les capacités de combat du groupe. Son style de combat à la rapière était également digne des meilleurs bretteurs du Khorvaire, pas vraiment ce à quoi on se serait attendu d’un explorateure.

L’excitante fuite subséquente dans les ruelles de Mel-Aqat fut grandement facilitée par le fait que son architecture était clairement faite pour des créatures de taille moyenne. Les géants peinaient à suivre à travers les corridors trop étroits pour eux, ce qui permit au groupe de se glisser dans les canalisations qui serpentaient sous les rues de la ville.

Martell guida les autres à travers les tunnels jusqu’à plusieurs caches où il ramassait quelques effets personnels, mais rien de comparable aux richesses promises. Confronté à ce sujet, l’archéologue admit que le trésor qui ferait sa renommée, et la richesse de ses sauveurs, lui avait été dérobé par un groupe de morts-vivants. Leur chef devrait probablement être éliminé, mais nul doute que celles qui venaient de terrasser quatre géants de feu d’un coup seraient à la hauteur. Voyant qu’il commençait alors à perdre la confiance de ses compagnes de fortune, Martell profita d’un moment d’inattention pour voler le sac magique de Valtrex et filer vers ce qu’il avait appelé le mausolée. La drow voulut lui courir après, mais ne s’attendait pas à recevoir un coup de dague dans le dos de la part de Dewdrop.

La pixie s’attaqua si violemment à ses deux alliées qui tentaient de se porter au secours de Valtrex que les trois durent se mettre ensemble pour retenir la minuscule guerrière jusqu’à ce qu’elle sorte de sa trance meurtrière. Revenues de leurs émotions, les quatre aventurières partirent sans plus attendre sur la piste de Martell.

Les traces de pas conduisirent effectivement vers une grande salle ronde dotée d’un escalier étroit descandant face à son entrée. Entre les deux issues se dressaient quatre géants de feu couverts de blessures et en état avancé de décomposition. Impossible de traverser la pièce sans se faire remarquer. Les sens aiguisés de Valtrex décelaient pourtant que quelqu’un avait filé entre les griffes des morts-vivants jusqu’à l’escalier à peine quelques minutes plus tôt.

Plus les aventurières avançaient dans la pièce, plus les géants semblaient prêts à passer à l’attaque. Au lieu d’essayer de passer par la force, se disant que le groupe aurait besoin de toutes ses forces s’il fallait se battre contre Martell, Aolani tenta de convaincre les gardiens d’ouvrir la voie, se servant de son contrôle divin sur les morts-vivants pour appuyer sa demande. Appuyée par les talents diplomatiques de Dewdrop, la stratégie porta fruit et les géants laissèrent les guerrières aller rencontrer leur maître à l’étage d’en-dessous.

Jouant la prudence, les quatre descendirent lentement les marches de l’escalier aux marches inégales. Si elles n’avaient pas été si concentrées sur ce qui se trouvait sous et devant elles, les aventurières auraient peut-être remarquer qu’une créature se tenait dans une alcôve au plafon du passage. Continuant son chemin, le quatuor passa tout droit et se rendit dans un hall sentent la mort et la moisissure à plein nez.

Alors qu’elle fouillaient ce qui avait tout l’air d’un entrepôt qu’on aurait déjà pillé, les comparses furent attaquées subitement par une créature d’apparence humanoïde, avec une longue queue écailleuse à la place des jambes, mais surtout noire, translucide et flottant à près d’un mètre au-dessus du sol. La retraite devint impossible quand la cage d’escalier s’effondra soudainement sur elle-même, bloquant la seule issue. À lui seul, le monstre arrivait à tenir en joue les quatres aventurières, multipliant les rayons affaiblissants et les touchers faisant nécroser la chair.

Le combat dura près d’une minute avant que les deux parties concernées ne se réalisent qu’il n’y avait en fait aucune raison de continuer à se battre. Lorsqu’on lui eut expliqué que toute la situation découlait des manipulations de Janik Martell, le fantôme reptilien, qui se nommait Kravenghast, répondit, frustré, qu’il convenait plutôt de l’appeler Sazha ou encore La Fraude. Fraude était même la traduction presque directe du nom que les géants avaient utilisé plus tôt pour s’adresser à Martell.

Le vrai Martell avait été tué en même temps que son équipe peu de temps après son arrivée quelques années auparavant. Un rakshasa aurait alors assumé son identité pour tromper les géants. Il aurait convaincu les géants d’envoyer quatre guerriers pour tenter d’éliminer Kravenghast, mais ils auraient rapidement abandonné l’idée après que les quatre eurent fini en morts-vivants. Étrangement, Sazha lui-même n’avait jamais tenté de se battre directement avec le spectre.

Des heures de travail plus tard, la cage d’escalier était enfin suffisamment dégagée pour permettre à tous, même la goliath, de passer. Attendant la tombée de la nuit suivante pour éviter les géants, les quatre compagnes réussirent à rejoindre Rowan qui, après toute un journée à faire le guêt, pouvait confirmer que la ville avait très probablement été originalement habitée par des hommes-lézard ou une race apparentée.

Pour ce qui est du contenu du mausolée, l’expédition de Martell y avait effectivement trouvé une impotante quantité de pierreries et de métaux précieux il y a une quinzaine d’années, mais la vraie richesse, le savoir laissé par les anciens habitants de Mel-Aqat, avait été dérobé il y a plus de cinquante ans par des humains venus de l’ouest.

Sentant que ces humains étaient probablement des gens venus de Riédra, le groupe se remit en route vers sa destination initiale: la cité interdite de Dar-Qat.

Comments

Borris

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.