Les Dessous de Xen'drik

Le temps de partir

Où on dit au revoir à la ville de Sharn

Suite à la perte de leur aéronef aux mains des membres du Codex écarlate, les cinq alliés de l’Alliance de la lumière se mirent immédiatement au travail pour retrouver leur vaisseau et l’arme ancienne qui se trouvait à bord.

Aolani commença par réaliser un rituel de communication pour la mettre en contact avec Keptolo. Ce dernier avait résisté à la prise de contrôle du véhicule en se cachant au fond de la cale et en pigeant à l’occasion dans les abondantes réserves de provisions. Sans fenêtre dans la pièce où il se trouvait, il ne pouvait dire par où le vaisseau s’en allait, seulement qu’il avait pris vers le sud en quittant la ville des tours.

La principale source d’information arriva du gnome travaillant comme gardien sur les quais d’aéronefs. Bien que réticent au premier abord, il se laissa convaincre par les arguments de Dewdrop, aidée des talents naturels de Xanaph, et commença à cracher ce qu’il savait des nouveaux propriétaires du vaisseau. Alors que Rowan donnait un coup de main à la distraction, Valtrex allait dévaliser les classeurs du bureau pour retrouver les papiers d’embarquement du Codex.

Ces derniers indiquaient que Thalas et ses compagnons faisaient route vers l’île d’Aerenal pour rendre visite à la famille de l’elfe. Par contre, une enquête plus approfondie menant le groupe dans les boutiques et les auberges fréquentée par les membres du Codex au cours des derniers jours montra qu’ils planifiaient un voyage beaucoup plus long qu’un vol vers Aerenal, fort probablement un retour jusqu’à Stormreach ou ailleurs en Xen’drik.

Alors que les cinq compagnons fouillaient les chambres d’auberge laissées vacantes par les membres du Codex, ils furent interrompus par les membres marqués de la Compagnie de la roue noire qui les avaient interceptés à la sortie de l’Université Morgrave deux jours plus tôt. Ces derniers avaient eu vent de la disparition des Ailes de la prophétie et venaient demander par quel autre moyen les compagnons comptaient s’acquitter de leur part de l’entente conclue plus tôt. Quand les compagnons répondirent qu’ils n’avaient plus l’intention de collaborer, le leader des autres, un grand homme marqué du dracogramme de la sentinelle, ordonna à ses alliés de passer à l’attaque.

Le combat s’étendit rapidement à tout l’étage, puis au rez-de-chaussée de l’auberge, en bonne partie dû au fait que plusieurs des combattants se sont retrouvés projetés en bas de la mezzanine. Tandis que les employés de l’auberge se barricadaient derrière les comptoirs et que les clients fuyaient sans payer leur addition, les agents de la Compagnie, partis en force, perdaient peu à peu du terrain face à leurs adversaires au travail d’équipe supérieur.

Quatre des membres du la Compagnie gisant bientôt inconscients sur le sol et la cinquième s’étant enfuit, les compagnons ne demandèrent pas leur reste et, après avoir fait les poches de leurs derniers adversaires, ils quittèrent bien vite le quartier pour se mettre à l’abri des représailles de la Compagnie de la roue noire. Dans leur refuge temporaire, les compagnons réfléchirent à la meilleure façon de rattraper un aéronef en route vers Xen’drik avec déjà deux jours d’avance. Il était hors de question d’acheter ou de voler un autre vaisseau et toute collaboration avec la Compagnie de la roue noire était désormais à oublier.

Rowan et Valtrex se souvinrent alors de l’existence d’une monture capable de rivaliser en vitesse avec leur ancien vaisseau: le dragon-faucon d’Aundair. Ces majestueux reptiles à plumes ne sont utilisés que par les autorités d’Aundair et par les druides des confins d’Eldyne. Tandis qu’Aolani et Veltrex commençaient le travail d’assimilation des livres de rituels laissés derrière par les agents de la Compagnie, Dewdrop, Rowan et Xanaph partirent donc à la recherche de faucons-dragons quelque part sur le marché noir de Sharn.

Après plusieurs heures, elles apprirent l’existence d’un lieu appelé la Clinique d’herpétologie. Officiellement marchand et vétérinaire pour créatures reptiliennes, l’arrière-boutique débouchait supposément sur une réserve de monstres rares et sur une arène où les bêtes pouvaient se battre entre elles ou contre les visiteurs. Après de nombreux euphémisme et une généreuse donation, le trio fut autorisé à accéder aux pièces cachées. Là-bas, on vit nombre de reptiles beaucoup plus grand et dangereux que ce qui se trouvait à l’entrée, mais également des créatures intelligentes comme des yuan-tis et des drakkoths, êtres reptiliens à six pattes retrouvés en Argonessen et dans la jungle de Q’bara.

Bien que le maître de la ménagerie essayait de le cacher, Rowan réalisa qu’il avait les doigts de la main droite renversés par rapport à la normale. Était-ce là un signe qu’il s’agissait d’un rakshasa? Quoi qu’il en fût, il était prématuré de lui demander de sacrifier son âme éternelle pour une arme que les compagnons n’avaient même plus en leur possession. Xanaph s’acquitta donc des quelques milliers de pièces d’or nécessaires à l’acquisition de quatre dragons-faucons, une bonne partie de cette somme provenant des poches des agents de la Compagnie de la roue noire, et amenèrent les montures discrètement à l’extérieur de Sharn.

Pendant ce temps, Aolani et Valtrex prévoyaient éplucher les rituels contenus dans les livres de ces mêmes agents. Un d’entre eux avait piqué particulièrement leur attention. Contenu dans le grimoire de l’éladrine de la famille Phiarlann, il s’agissait d’un rituel permettant de raccourcir n’importe quel trajet en coupant, malgré les risques que cela implique, par Dollurh, le plan des ombres. En cherchant un endroit sûr où s’Inatller, elles tombèrent cependant sur une galerie d’art tenant une exposition d’hommage posthume à Anthroparaio. Organisée par les anciens mécènes de la méduse, Nantic et Dora Mroranon, l’exposition récoltait un succès fou. Avec ce qui se passait à Stormreach en ce moment, les deux nains avaient pris pour acquis que la peintre était déjà morte ou, du moin, qu’elle ne remettrait jamais les pieds au Khorvaire. Nantic Mroranon insinua doucement qu’il valait mieux de pas tenter d’aller la secourir.

Quoi qu’il en soit, Aolani et Valtrex réussirent à saisir les détails du rituel de voyage dans les ombres. En combinant les nouvelles montures et ce rituel, il devait théoriquement être possible d’arriver à Stormreach avec près de deux semaines d’avance sur l’aéronef du Codex écarlate, en supposant bien sûr qu’ils se dirigeaient bien eux aussi vers Stormreach.

Comments

Borris34

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.