Les Dessous de Xen'drik

Le jour des morts
Où on admire les maquillages et déguisements

Dans les jours qui suivirent l’attaque sur le camp des yuan-tis, les aventuriers du Rietveld, vaisseau récemment rebaptisé Les Ailes de la Prophétie, prirent le temps de rattraper un à un les fuyards afin de s’assurer que personne n’ait porté de message ailleurs. Quelques jours furent aussi passés à récupérer tous les artefacts elfiques qui avaient été déterrés par les yuan-tis.

Écoutant pendant ce temps les conseils de Lauraszacrel, les héros eurent la confirmation que les ruines de Tharkgun Dhak, situées de l’autre côté du fleuve, renfermaient certainement les informations nécessaires à l’activation de la coupe invisible.

Du haut des airs, la ruine ne semblait plus qu’un amas de murets d’un mètre ou deux de haut tout au plus, entre lesquels se dressait le camp de plus d’une vingtaine d’ogres. Au nord de Tharkgun Dhak se dressait une imposante et abrupte montagne. Tout le reste était entouré de champs cultivés laissant place à une forêt dense une vingtaine de mètres plus loin. Les ogres virent bien sûr l’aéronef passer et repasser, mais aucun d’entre eux n’était en mesure d’y faire quoi que ce soit. Autre élément remarquable: l’entrée principale de Tharkgun Dhak semblait gardée par les squelettes immobiles de cinq géants de plus de six mètres de haut aux crânes décorés de peintures funéraires.

Éventuellement, Dewdrop, Aolani, Xanaph et Valtrex traversèrent le fleuve pour se rendre en reconnaissance près des ruines de géants. Pour les besoins de la cause, Valtrex utilisa sa magie druidique pour permettre à la goliath de rehausser ses talents pour se cacher.

Alors que les quatre dames s’approchaient lentement de l’entrée des ruines, elles durent se cacher en vitesse à l’approche d’un trio de guerriers ogres. Étrangement, les trois portaient des vestes ou des armures teintes d’un bleu très foncé. Deux des ogres transportaient sur leurs épaules un allié blessé. Valtrex repéra, plantée dans une omoplate, une flèche ressemblant fortement à celles utilisées par les drows vénérant Vulkoor.

Se disant qu’il y avait peut-être là la possibilité d’alliés dans leur combat éventuel contre les ogres, Dewdrop proposa d’aller à la rencontre des drows. Les quatre aventurières remontèrent facilement la piste laissée par les ogres jusqu’au site d’un combat apparent. Sur le sol trainaient des flèches noires sur lesquelles Aolani détecta des traces de poison. Il n’y avait par contre aucune traces de celui ou ceux qui auraient attaqué les ogres.

Après plusieurs minutes de recherche infructueuse, Valtrex leva les yeux au ciel et remarqua que plusieurs hautes branches avaient été brisées, comme si un quelconque être de la taille d’un ogre s’était amusé à sauter d’arbre en arbre. Suivant ces traces du niveau du sol, avançant de peine et de misère à travers les lianes et les ronces, le quatuor avança jusqu’à ce qu’une flèche surgisse d’entre les arbres et aille se loger directement dans le front de Mulraargo, le troll zombi d’Aolani.

Une vingtaine de mètres plus loin, une géante à la peau verdâtre vêtue d’une multitude de peaux d’animaux cousues ensemble tenait dans ses mains un immense arc et des flèches de taille normale qui paraissaient ridiculement petites à côté de l’arme. Bien qu’elle fasse environ cinq mètres de haut, la chasseuse n’avait eu aucune difficulté à se fondre parmi les arbres. À ses côtés, c’est-à-dire à deux mètres au-dessus du sol, se tenaient deux genres d’énormes gorilles blancs munis de quatre bras chacun et d’une longue queue préhensible.

La géante aurait pu continuer à tirer mais, tout en gardant les intruses en joue, elle commença plutôt à les questionner. Heureusement pour elles, Xanaph, Aolani et Valtrex comprenaient toutes la langue des géants. Elles apprirent que la géante, du nom de Sara’tyia, tentait de reprendre les ruines de Tharkgun Dhak des mains des ogres qu’elle considérait impurs et dégénérés.

Elle avait par deux fois tenté d’entrer de force par l’entrée principale des ruines, mais avait dû faire demi-tour devant les attaques combinées des squelettes de géants, capables de se guérir les uns les autres, et des ogres. Si Sara’tyia estimait bonnes ses chances de vaincre les squelettes, il n’en demeurait pas moin squ’Ils étaient eux aussi des reliques de l’âge des géants et qu’elle ne choisirait de les abîmer qu’en dernier recours. En attendant, elle se terrait dans la forêt d’où elle attaquait les ogres s’aventurant trop loin de leur camp avec des flèches conçues pour faire croire à des attaques de drows.

Évitant la confrontation avec la géante, les aventurières proposèrent alors leur collaboration. Si Sara’tyia ne pouvait le faire à cause de sa grande taille, les quatre guerrières pourraient probablement se faufiler par une fissure quelque part autour des ruines. Pendant que la géante des forêts créerait une diversion pour attirer vers elle les squelettes et une partie des ogres, les quatre combattantes pourraient frapper au cœur du campement et peut-être éliminer un grand nombre d’ogres.

Il était clair que Sara’tyia ne souhaitait pas plus voir les ruines de Tharkgun Dhak entre les mains d’un groupe d’étrangers que dans celles des ogres, mais le plan lui plaisait et elle pensait bien être en mesure de chasser ses alliées temporaires si elles s’éternisaient trop.

Alors que la géante fonçait vers l’entrée de l’ancien palais, les aventurières réussirent à grimper par une faille et à s’infiltrer dans l’enceinte du bâtiment. L’attaque avait attiré une majorité d’ogres vers la porte sud, mais leur chef avait cru bon d’envoyer des patrouilles dans le reste du complexe au cas où la géante ait des alliés avec elle. Deux gardes pénétrèrent dans la pièce où étaient tapies les héroïnes, acquiesçant entre eux que l’attaque tombait bien mal, juste avant que les monstres ne leur donne de nouveaux trésors. Frappés par surprise par Valtrex et Xanaph, ils n’eurent pas le temps de lever leurs armes, mais purent quand même lancer un cris d’alarme avant de s’effondrer sur le sol.

Une minute plus tard, une demi-douzaine d’ogres tous vêtus de bleu foncé approchaient de la porte d’entrée de la pièce. Entretemps, Aolani avait poussé un tas de débris dans l’ouverture de façon à bloquer partiellement le chemin à quiconque prendrait autant d’espace qu’un ogre. Derrière une rangée de guerriers armées de gourdins ou de javelots se trouvaient un colosse de trois mètres brandissant une énorme hache ornée de runes et Khort, le chef des ogres muni d’un long fléau d’armes avec une portée de plus de trois mètres. Ces deux armes contrastaient nettement avec celles principalement en bois des autres guerriers.

Grâce aux obstacles positionnés dans le chemin, les aventurières parvinrent à ne devoir affronter qu’un ogre ou deux à la fois. Éliminant chacun de ses gardes du corps, les combattantes forcèrent Khort à jeter son arme et à implorer leur merci. Avec le maître des lieux en otage, les visiteuses pouvaient aller et venir à leur guise au milieu des autres ogres de la place, du moins jusqu’à ce qu’un autre ogre ne décide de prendre sa place et de se proclamer chef.

En attendant cet événement inévitable, on demanda au chef s’il n’y avait pas de fresques ou d’inscription dans les ruines. Selon lui, la seule chose du genre se trouvait dans les souterrains, mais ceux-ci étaient le domaine des monstres et aucun ogre n’était autorisé à y aller. Se faisant aussi menaçante que possible, Dewdrop le convainquit de les y amener quand même.

Dans les tunnels à moitié effondrés sous la ruine, Valtrex passant devant pour aller en éclaireur. Au détour d’un tournant, elle se fit sauter dessus par trois créatures semblables à des hobgobelins aveugle couverts de tentacules: des dolgaunts, aberrations des profondeurs de Khyber. Accourant à son secours pendant que Khort fuyait les lieux, les alliées de la drow parvinrent à abattre les trois monstres.

Ils avaient sur eux un sac plein d’éclats de Siberys, de même qu’un casque de cuir et de métal. Un rituel révéla qu’il s’était autrefois agit du couvre-chef de Regdar, le leader de la compagnie des Aventuriers, qui se serait fait tuer par des aberrations en ce lieu-même. Un autre sac contenait un grand nombre d’objets militaires de grande qualité probablement destinés aux ogres.

Parmi les éclats de Siberys, un ressemblait à une étoile dont une branche était cassée. Personne n’en fit de cas, sauf Rowan pour qui cet objet était plus que familier. Il y a de nombreuses années, Connor avait eu un tel bijou, jusqu’à ce que Rowan en casse une branche accidentellement. Connor avait tout de même gardé l’étoile brisée, vraisemblablement celle qu’on venait tout juste de retrouver.

Plus loin dans les tunnels, les aventurières arrivèrent enfin devant les restes d’une fresque presque entièrement effacée par le temps. Autour d’un grand dessin semblable à l’arme en forme de coupe invisible trouvée près de Stormreach se trouvaient quatre blocs de texte formés des mêmes mots: “le cœur d’un vrai … dans la coupe.” Passant sa main devant les mots pour en faire un frotti, Valtrex fit apparaître le mot géant pour elfe dans l’espace d’un des blocs de texte. La main de Xanaph produisait le même effet. Si ni Dewdrop ni Aolani n’arrivait à faire apparaître quoi que ce soit, la main de Khort, qu’on alla rechercher, fit apparaître le mot “géant” dans un des autres blocs de texte.

Avant la fin de la journée, Lauraszacrel vint visiter les ruines pour y faire sa propre inspection. Au contact de ses doigts, les runes géantes pour “homme-reptile” apparurent dans une troisième phrase. Il ne fut pas possible de trouver ce qui devait s’activer dans le quatrième coin, mais il semblait clair qu’il s’agissait des quatre races ayant collaboré à la création de l’arme. Aucun moyen non plus de savoir ce que le mot “cœur”, qui pouvait également être traduit par “âme” ou “essence” signifiait concrètement.

Quittant Tharkgun Dhak à bord des Ailes de la Prophétie et laissant les ruines à la guerre entre Sara’tyia et les ogres, les compagnons se demandaient quelle serait leur prochaine destination. Valtrex contacta magiquement son père, chef d’un village caché de drows umbragens pour lui expliquer la situation. Il affirma être capable de faire émettre un sauf-conduit pour Valtrex et ses amis leur permettant de visiter une cité drow située dans les ruines d’une ancienne ville elfe, là où on risquait le plus de trouver des instructions par rapport à l’arme.

Xanaph proposa plutôt d’aller chercher plus d’Information sur Xen’drik là où on risquait le plus d’en trouver, soit sur l’île d’Aerenal ou dans la métropole de Sharn, ironiquement toutes deux bien loin du continent. Quoi qu’il en soit, l’équipage des Ailes se donnait quelques jours de réflexion pour choisir sa prochaine destination et développer, au regard des dernières aventures, des techniques de combat appropriées pour combattre les ennemis qu’on risquait de rencontrer dans les prochains mois.

View
Sus aux serpents
Où on célèbre le jour de la frappe

Après avoir parcouru des yeux le campement des yuan-tis et échappé à la vigilance de Sulvaugren, les aventuriers de Stormreach étaient retournés à bord du Rietveld pour y penser leur plaies et réfléchir à la stratégie à adopter pour la suite des choses.

Tandis qu’elle récupérait de ses blessures, Lauraszacrel discutait avec sa sœur Surrayana. Laura avouait avoir sciemment désobéi à leur grande sœur Sesstaria en déchiffrant des glyphes pouvant être en lien avec la prophétie draconique, malgré l’Interdiction de Sesstaria, et allant même jusqu’à tenter de les utiliser. La reconnaissance de cette faiblesse est probablement la seule chose qui l’empêcha de s’en prendre aux “enfants” adoptés par Surrayana.

Les deux sœurs étaient cependant d’accord sur une chose: les yuan-tis en train de piller les ruines des environs devaient être éliminés. On mit plusieurs heures à établir le plan à suivre, mais le résultat final fut une attaque sur deux flancs.

Surrayana et les pixies les plus aptes à se battre iraient créer une diversion pour attirer loin du site les yuan-tis de sang-pur, nombreux mais moins puissants.

Pendant ce temps, une force de frappe formée de Dewdrop, Aolani, Rowan, Xanaph, Valtrex et Lauraszacrel irait s’attaquer à trois groupes qui, on l’espère, resteraient isolés: Sulvaugren et ses monstres su, un groupe de quatre sang-mêlé entourés de sang-pur œuvrant autour d’un lieu d’excavation et un autre sang-mêlé accompagné de crocodiles, d’une basilisque et d’une naga.

Sulvaugren et ses bêtes infligèrent des dégâts considérables à leurs assaillants mais, en l’espace d’une minute ou deux, l’abomination diabolique gisait immobile sur le sol tandis que ses animaux s’étaient enfuis ou bien subissaient le même sort. Dans le vacarme causé par la diversion des pixies, l’alerte de Sulvaugren ne donna strictement rien.

Sitôt après avoir repris leur souffle, Rowan et les autre guerrières s’en allèrent au champs de fouilles archéologiques. S’apprêtant à aller porter main forte à leurs subalternes de sang-pur, les quatre sang-mêlé aperçurent les aventuriers qui s’approchaient et firent volte-face. Les yuan-tis eurent initialement l’avantage du terrain, pouvant se cacher dans les ronces tout en canardant leurs adversaires à coup de dagues, de magie ou de flèches. La vapeur fut cependant renversée quand toute l’équipe fut en mesure de se rendre en corps-à-corps. Comme l’abomination avant eux, les quatre sang-mêlé tombèrent et Valtrex en profita pour délester la magicienne de son bâton magique.

Le dernier combat devait avoir lieu sur les berges de la rivière qui bordait le camp, mais les proies recherchées avaient entretemps changé de place. Ayant apparemment moins de scrupules que ses compagnons, le dernier sang-mêlé avait profité de la commotion pour traverser jusqu’au campement principal, accompagné de la basilisque, de la naga et d’une meute de crocodiles, pour y faire main basse sur les possessions de ses anciens alliés malgré le fait que le combat y faisait toujours rage entre les pixies du Rietveld et une poignée de sang-pur. Le dernier sang-mêlé envoya donc sa basilisque pétrifier les pixies du regard et ordonna aux autres yuan-tis de se joindre à lui.

Voilà pourquoi le dernier combat de la journée eut lieu au beau milieu du campement des yuan-tis, entre les huttes et les feux de camp. Cette fois-ci, ce sont les héros du Rietveld qui avaient l’avantage de la mobilité, la basilisque et les crocodile étant particulièrement lents, mais la naga lançait un sort après l’autre en restant bien à l’abri derrière les premières lignes. Il fallut donc foncer à travers les autres reptiles pour éliminer la magicienne.

Lauraszacrel usa de sa propre magie pour téléporter la basilisque au beau milieu de ses alliés. Ceux-ci n’en firent qu’une bouchée, assez rapidement pour que la bête soit éliminée avant d’avoir pu pétrifier de nouvelle victime, même si Dewdrop faillit y passer. Lorsque le groupe se rendit à portée de la naga et du yuan-ti, Aolani ne put s’empêcher de la maudire afin de faire d’elle un nouveau zombi. Pour rendre la situation encore plus complexes, des sang-purs armés de marteau avaient profité de la cohue pour s’approcher des pixies pétrifiées, intimant les aventuriers de se rendre sans quoi ils détruiraient les statues. La menace fut cependant de courte durée: coupant entre les deux adversaires restants, Valtrex fila à l’autre bout du village pour éliminer les sang-pur à coup de pierres imbues d’énergie primale.

Après avoir constaté la victoire sur les yuan-tis et après avoir dépétrifié les pixies grâce au sang prélevé sur la basilisque, le groupe s’en retourna directement au vaisseau pour se reposer. Laurazacrel leur annonça que, tout juste de l’autre côté de la rivière, dans les ruines de Tharkgun Dhak, se trouvait l’information qui permettrait d’activer l’arme ancienne trouvée près de Stormreach.

View
Archéologies
Où les ruines ne sont plus ce qu'elles étaient

Ravitaillés en nourriture, les membres d’équipage du Rietveld poursuivaient leur route vers ce que Lauraszacrel paraissait vouloir dire par “la tête de l’Hydre”. En arrivant près du delta formé par les bras du fleuve nommé d’après le monstre légendaire, Xanaph fit effectuer quelques tours au vaisseau pour trouver une clairière assez dégagée pour permettre au vaisseau de se poser. Chemin faisant, ses compagnons remarquèrent des volutes de fumée s’échappant de la forêt, signe clair que quelque chose était en train de brûler. Comme premier arrêt, on décida donc de marcher vers la colonne de fumée la plus près.

À peine à l’orée de la jungle, le groupe envoyé en éclaireurs tomba nez à nez avec une meute de bêtes éclipsantes. L’écume à la bouche, elles fonçaient droit sur les aventuriers. Usant de son talent pour parler aux animaux, Dewdrop les questionna rapidement et compris que ce n’était pas ses compagnins que les bêtes voulaient chasser, mais quelque derrière eux. Espérant éviter un combat, tout le monde se tassa pour les laisser passer, mais Aolani réalisa que c’était au vaisseau élémentaire que les bêtes voulaient s’en prendre. Mettant de côté tout espoir de négociation, Valtrex utilisa alors sa magie primale pour contrôler temporairement les actions de la chef de meute, tandis que Xanaph s’envolait pour reprendre les contrôles de l’aéronef.

Dès la domination mentale de la drow dissipée, les bêtes éclipsantes foncèrent dans le tas avec férocité. La plus grande essaya même au passage d’attraper les cordage du Rietveld pour le tirer jusqu’au sol, mais les manoeuvres expertes de Xanaph et la rapidité des pixies à bord pour couper les cordage permirent de faire monter le vaisseau hors de la portée des tentacules.

Aolani ne put pas s’empêcher d’utiliser la puissance des sinistres six pour contaminer la plus grosse des bêtes dans le but d’en faire un esclave mort-vivant. Plus intelligente que la moyenne, la bête sentit que quelque chose n’allait pas et pris ses jambes à son cou, arrivant bien vite hors de portée des dagues magiques de Dewdrop et des rayons divins d’Aolani. Même Valtrex n’arriva bientôt plus à suivre, mais Xanaph avait vu la scène et, fonçant à toute vapeur à bord du Rietveld, elle ramassa ses compagnes restées au sol et amena le vaisseau suffisamment près pour que les membres d’équipage arrivent à achever la bête éclipsante, qui se releva quelques instants plus tard sous l’effet de la magie nécrotique du Geôlier.

Avant de repartir, Surrayana leur indiqua avoir reçu un message télépathique de sa soeur Lauraszacrel. Elle disait être coincée dans le fond d’une ruine depuis deux jour par des yuan-tis et ne plus avoir la force de se relever.

Xanaph, Valtrex, Dewdrop et Aolani repartirent donc en direction de la colonne de fumée vue précédemment. Au milieu d’une zone boisée, elle découvrirent un feu de camp encore fumant entouré d’un campement rudimentaire. À en juger par la taille du matériel, le propriétaire du camp devait avoir la taille d’un ogre.

Les aventurières allaient s’avancer plus près quand Xanaph leur cria d’arrêter. Dans les branches des arbres, une meute de monstres su, créatures mi-singe mi-loup venues de Thelanis, les épiaient avec un regard cruel. Les su étant connus pour être particulièrement aggressifs, la seule explication logique pour expliquer pourquoi ils n’étaient pas déjà passés à l’attaque est que quelqu’un les avait dressés pour servir de chiens de garde.

Effectivement, quelques minutes plus tard, Valtrex entendi le bruit d’une créature se rapprochant. Au son, elle se déplaçait en rampant à la manière d’un serpent. Sans avoir eu le temps de se cahcer convenablement, les aventurières ne virent la créature que quelques secondes avant qu’elle ne les voie aussi. Couverte d’écialles rouge et effectivement grande comme un ogre, la créature avait grossièrement l’air d’un humanoïde, mis à part le fait que, en guisse de jambes, elle avait une longue queue serpentine finissant en deux pointes. Sa tête était en outre sertie de plusieurs cornes. Il s’agissait sans soute là d’un yuan-ti, ce créatures tenant à la fois de l’humain et du serpent, mais celui-ci semblait avoir hérité de traits de diable ou de démon.

En s’approchant du milieu du camp, le yuant-ti s’empressa de sortir une hache de guerre et d’ordonner aux intrues de sortir de leur cachette. Si la première commande ne fonctionna pas, il menaça ensuite d’envoyer ses su, ce qui fit sortir les quatre guerrières de leur buisson. Dewdrop présenta le groupe comme une compagnie d’aventurières ârtie explorer les ruines de Xen’drik, ce qui n’était pas entièrement faux.

Le yuan-ti, du nom de Malvaugren cherchait apparemment lui aussi à éviter la confrontation. Il tenta donc de profiter de la situation en engageant les aventurières à sa solde. Selon son histoire, une de ses cousines éloignées lui avait volé des notes précieuses et s’était terrée au fond d’une ruine pleine de morts-vivants. Ses gardes du corps n’étant pas ressortis vivants, Malvaugren n’osait pas s’y aventurer seul. Il proposait donc quelques milliers de pièces d’or à quiconque irait dans les ruine et en ramènerait la traitresse morte ou vice.

Se doutant bien qu’il s’agissait de Lauraszacrel, les quatres compagnes travaillèrent fort pour jouer le jeu jusqu’au bout. Elle demandèrent même une avance sur leur paie, en foi de quoi Malvaugren finit par leur remettre son armure en peau de troll. Il guida ensuite ses nouveaux employés jusqu’à l’entrée d’un tunnel de pierre.

Vu le point auquel l’érosion et la végétation avaient fait leur oeuvre pour user la construction, il s’agissait clairement là de quelque chose de plusieurs fois millénaires. Comme à l’habitude, Valtrex et Dewdrop partirent les premières pour jouer les éclaireuses mais, après deux virages, il faisait si noir que la pixie n’y voyait plus rien. Quant à la drow, le plancher en pente couvert de mousse humide faillit lui faire perdre pied et la projeter droit contre le mur, mais sa compagne diminutive la ratrappa juste à temps.

Après une descente dans les ténèbres presque interminable, le quatuor arriva face à une espèce de crypte avec des alcôves le long de deux murs. Certaines d’entre elles abritaient les cadavres momifiés d’anciens elfes tandis que d’autres n’avaient plus devant elles que des tas d’os tachés de sang. Pour s’assurer que les momies n’étaient pas des morts-vivants prêts à passer à l’attaque, Valtrex lança des pierres sur quelques-unes d’entre elles. La bpnne nouvelles est que l’attaque fit tomber à la renverse deux des momies. La mauvaise est que toutes les autres sortirent de leur alcôve pour foncer sur la drow irrespectueuse.

Pour couronner le tout, deux autres momies, beaucoup mieux équipées, arrivèrent du fond de la pièce. Une portait une armure de bronze et maniait un énorme cimeterre alrs que l’autre tenait dans ses mains un cimeterre double et était affublé de bijoux et de décorations le marquant clairement comme un noble. Xanaph identifiant les elfes momifiés comme des elfes taernadals, ancêtres des elfes d’Aerenal et Valenar et proches parents des drows.

Les momies succombèrent bientôt aux coups des quatre aventurières, mais elles avaient entre temps trouvé le moyen de maudire chacune d’entre elles. Les malédictions pesant sur Aolani et Valtrex se dissipèrent en quelques secondes après la destruction des morts-vivants et celle ralentisssant les pas de Xanaph ne mit que quelques minutes à faire de même, mais celle qui affaiblissait Dewdrop, imposée par la momie royale, refusait de s’en aller. Aolani trouva le moyen de suspendre les effets de la malédiction, mais seulement pour quelques jours. Xanaph ramassa le cimeterre royal tombé par terre, honorée d’avoir eu la chance de mettre la main sur un tel trésor.

Sortant par l’autre extrémité de la crypte, les aventurières entrèrent dans une chambre mortuaire somptueuse d’où étaient sortis le prince et le guerrier. Cette pièce était elle aussi couverte de sang et, pour rendre les choses encore plus macabres, de morceaux de cadavres momifiés. Couverts de fines écailles vertes, ceux-ci semblaient provenir de yuan-tis, mais il était impossible qu’ils se soient désséchés autant en seulement quelques jours. Un seul cadavre était encore dans un état relativement frais. La yuan-ti plutôt humaine était dans une position indiquant qu’elle avait apparemment réussi à vaincre un autre elfe momifié avant de tomber.

PLus loin encore, dans un cul de sac froid et humide, les aventurières trouvèrent un énorme serpent à plumes dans une profonde léthargie. Se souvenant avoir vu Lauraszacrel prendre cette forme, elles prirent le temps qu’il fallu pour la soigner de ses afflictions physiques et magiques. La shulassakar fut éventuellement en mesure de se lever et de reprendre forme humaine.

Pendant que Xanaph et Aolani discutaient avec elle pour décider de la suite des choses, Dewdrop et Valtrex continuaient de fouiller les ruines pour trouver une autre sortie. Elle trouvèrent un puits étroit et profond dont le fond semblait rempli de papillons morts. Dewdrop tenta de descendre, mais elle coula à travers plus de quatre mètres de papillons. Elle aurait pu s’y noyer si Valtrex ne lui avait pas envoyé une corde. Au fond du puits, cependant, la pixie avait aperçu un cadavre parfaitement conservé.

Creusant un peu dans les lépidoptères, les autre membres du groupe arrivèrent au corps qui s’avéra être celui d’un noble éladrin. Un rituel de divination permit de le voir apporter livres et instruments de musique à une tribu d’elfes résolument primitifs. Pour que des taernadals lui aient accordé une sépulture aussi élaborée, ils devaient lui vouer un immense respect.

Alors que tout le monde était au fond du puits, le Soleil se trouva à passer juste au-dessus de l’étroite cheminée. L’espace de quelques minutes, la pièce s’illumina de mille feux. Cet événement indiqua aussi une seconde issue au groupe. Grimpant par la cheminée jusqu’à devoir enlever la terre et les racines en bloquant la sortie, les cinq dames arrivèrent sur le haut d’une colline ou sur ce qui avait sans doute dû être jadis le toit de la tombe.

D’un côté, Valtrex put apercevoir Malvaugren et ses su attendre impatiamment la sortie de leurs mercenaires. De l’autre, par-delà un large bras de rivière, la drow vit un village de tentes et de bâches dans lequel s’activaient des dizaines de yuan-tis. Sachant que les yuan-tis ne voient pas mieux qu’un humain dans les ténèbres, Lauraszacrel et ses sauveuses attendirent la tombée de la nuit pour effectuer un large détour et ainsi revenir au Rietveld sans avertir les yuan-tis.

View
Partie de chasse
Où la chaîne alimentaire se renverse

Après le départ en catastrophe de Stormreach en direction du delta connu sous le nom de l’Hydre, les passagers du Rietveld furent bientôt rattrapés par des préoccupations des plus terre-à-terre. En effet, dans la hâte de quitter la ville assiégée par les dragons et les sahuagins, on n’avait pas songé à emporter de vivres pour tous les passagers. Même en tenant compte du fait que les pixies à bord n’avaient pas besoin d’autant de nourriture, il faudrait trouver le moyen de subvenir aux besoins de l’équivalent de 20 humains. La situation devint critique quand, après 24 heures sans manger, un des enfants adoptifs de Surrayana, tenta de croquer une des pixies pour son déjeuner. Il fut dès lors décidé de descendre au sol pour partir à la recherche de plantes comestibles et de gibier.

Il fut décidé de former deux équipes de ravitaillement. La première serait formée de Dewdrop et de toutes les pixies capables de se défendre contre les mondtres des jungles de Xeńdrik. La deuxième équipe serait composée de Valtrex, Aolani, Xanaph et Rowan, en plus de sa bête éclipsante Mirage. Cependant, quand on réalisa que la première équipe ne comportait personne apte à se débrouiller dans la nature, on changea Rowan et Dewdrop d’équipe.

Tandis qu’ils cherchaient du gibier dans un genre de tourbière, les membres de l’équipe de Valtrex furent confrontés à une forte odeur de goudron, en plus de trouver au sol d’énormes empreintes de pattes elles aussi remplies de goudron. Ces élément rappelèrent à Xanaph la légende de Mulraargo qu’elle avait entendue à Stormreach. Mulraargo était apparemment un troll tout noir capable de prendre une forme amorphe semblable à de la vase. Les Aventuriers juraient l’avoir rencontré dans la jungle au sud de Xendrik.

Éventuellement, l’odeur de goudron devint plu forte. Tout portait à croire que le monstre tournait autour d’eux en se rapprochant. Ralentie par son armure de métal, Aolani n’aurait pas pu le distancer; il fut donc décidé de se préparer au combat. Quand Mulraargo arriva, plus subtilement que n’importe quel troll, seule Valtrex le remarqua, alertant juste à temps ses compagnons de l’attaque imminente.

Fidèle à sa description, Mulraargo ressemblait à un troll bossu couvert de goudron, ou plutôt fait de goudron. La bête dégoûtait constamment, perdant parfois jusqu’à un doigt au complet, qui repoussait aussitôt. Bombardé d’attaques, le troll les encaissait sans broncher. Après quelques coups, la bosse du monstre se détacha et prit vie sur le sol, doublant le nombre d’adversaires. Aolani utilisait sa hache enflammée pour empêcher les monstres de régénérer et se servit de sa magie nécrotique pour transformer Mulraargo en un zombie servile. La bosse continua à se battre un moment jusqu’à ce que, blessée et affaiblie, elle ne commence à s’enfoncer dans le sol par les pores de la tourbière. Au dernier instant, on eut l’impression de voir apparaître les traits d’un visage sur la masse de goudron qui disparaissait.

Pendant le combat, la bruine légère qui tombait sur la région fut remplacée par une pluie diluvienne. Avant qu’on ne soit débarrassés de la menace de Mulraargo, on ne voyait plus qu’à une quinzaine de mètres devant soit. Malgré cela, la chasse et la cueillette continuèrent jusqu’à ce qu’on ait assez de vivres pour nourrir tous les passagers du Rietveld au moins jusqu’au surlendemain.

Sur le chemin du retour vers l’aéronef, Valtrex crut entrevoir Rowan et une pixie s’éloignant du vaisseau. Ayant le pressentiment que quelque chose de louche se tramait, la drow décida de les suivre accompagnée de Dewdrop. Pendant ce temps, Xanaph filait vers le Rietveld pour voir comment tout s’y déroulait. Elle y trouva Rowan, en compagnie de Keptolo et Winona. Le guerrier humain semblait avoir partiellement perdu la mémoire. Les deux pixies racontèrent que leur groupe était tombé sur des arbres animés dont l’un avait trouvé le moyen d’absorber les souvenirs de Rowan à distance. Des fruits à la forme de Rowan et ses amis avaient alors poussé à une vitesse inouïe et s’étaient mis à courir après Rowan et les pixies pour les attraper. Trois d’entre elles seraient encore prisonnières des plantes.

Xanaph ramena la nouvelle à Aolani, qui chargea ses zombis de ramener les rations au vaisseau aller retrouver Valtrex et Dewdrop. Celles-ci avaient traqué le sosie de Rowan et, la pluie ayant diminué, s’étaient rendues compte qu’il s’agissait plutôt d’un immense fruit semblable à une courge à la silhouette et à la mobilité semblables à celles de Rowan. En plus de la fausse pixie, la courge humaine fut rapidement rejointe par un fruit aux allures d’elfe, un autre aux traits de drow et un dernier avec la même carrure qu’Aolani.

Les cinq légumes transportaient avec eux un cerf encore vivant. Ils l’amenèrent jusqu’à un grand arbre couvert de mousse et de lierres aux branches garnies de fruits difformes. Il s’agissait sans doute là d’un arbre de l’oubli, parent de l’orcwort des Confins d’Eldeen, un arbre carnivore originaire de Thelanis se nourrissant de chair autant que de souvenirs.

À moitié noyés dans les lierres se trouvaient Jasmine, Flânerie et Siebold. Si la fée de métal semblait indigeste et si celle de feu paraissait avoir de bonnes chances de s’en tirer avant qu’il ne soit trop tard, les choses auguraient mal pour le médecin aquatique.

Les quatre compagnes présentes chargèrent à travers les branches et les hautes herbes pour combattre l’arbre et ses servants végétaux. À plusieurs reprises, l’arbre fouilla dans les pensées d’une de ses opposantes pour faire murir prématurément un de ses fruits. À coups d’objets magiques et de dons personnels, les compagnes résistèrent particulièrement bien à l’aura d’amnésie. Les trois pixies prisonnières purent être sauvées et tout le monde put rentrer au navire.

View
Le retour de l'île aux quatre défis
Où les pièces du puzzle se mettent en place

S’accrochant à la paroi rocheuse au-dessus de l’entrée de la caverne où se trouvaient leurs rivaux de la Compagnie de la roue noire, les cinq compagnons tentaient d’établir un plan. Pendant de longues minutes, on débattit de ce qui serait le mieux entre une attaque surprise à l’intérieur de la grotte et un leurre qui forcerait les autres à passer sous l’eau pour venir se mettre à découvert.

Après de longues discussions, c’est finalement la première option qui fut choisie. Valtrex et Dewdrop se faufilaient pour frapper furtivement alors que Rowan, Xanaph et Aolani suivaient en nageant dans le tunnel d’entrée.

À l’intérieur, dans une grande pièce éclairée à la chandelle, se trouvaient Stragia et Sangri d’Medani, accompagnés du petit forgelier nommé Lescout et du gnoll Maanhaar Ashpaw, entouré d’un essaim de chauves-souris. Fidèle aux talents de sa famille, Sangri fut le seul à entendre les deux intrus arriver. Comme le tunnel se trouvait dans une zone mal éclairée, il en tâta le fond en plantant plusieurs fois sa lance, mais sans succès. Lescout voyant là une occasion de sa battre et de briser la monotonie de l’attente, alluma un cristal sur son torse et descendit les marche menant sous l’eau.

En le voyant arriver, Valtrex et Dewdrop reconnurent leur dernière chance de frapper par surprise et lâchèrent leurs plus puissantes techniques. Dans les secondes qui suivirent, tout le monde se joint à la mêlée. Si le début du combat se révéla être difficile pour les associés de l’Alliance de la lumière, coincés comme ils étaient dans le’étroit corridor d’entrée, les choses se rétablirent après qu’on ait assommé Sangri, l’empêchant de guérir ses alliés.

Alors que les compagnons se battaient de façon non létale et que Sangri et Stragia en faisaient de même, le gnoll et le forgelier, eux, attaquaient clairement pour tuer, et ce malgré les multiples invectives de Stragia leur rappelant que Veren d’Tharashk avait ordonné que les adversaires soient faits prisonniers.

Maanhaar perdit sa seconde ligne de défense quand Lescout mordit la poussière et tomba inactif sur le sol. Après avoir sacrifié ses familiers pour bloquer les attaques contre sa personne, le gnoll dut se défendre en corps-à-corps, où il se battait férocement, mais avec nettement moins d’efficacité. Il tomba inconscient, tout comme Stragia. Rowan profita de l’occasion pour achever Maanhaar et Lescout afin qu’Ils ne se relèvent pas.

Au moment où son marteau écrasait le crâne de métal du forgelier, une petite boîte ailée se détacha de sa carcasse et s’envola tout droit vers la sortie. Xanaph reconnu l’objet comme un homoncule messager capable d’aller raconter à son destinataire les détails des dernières minutes de la vie de son porteur. Chacun tenta de l’abattre, mais le messager étant lui aussi couvert d’Une armure de métal, les coups rebondirent sans faire le moindre dégât. Le messager fut finalement arrêté par le sahuagin mutant que le groupe avait combattu plus tôt et dont Aolani avait fait un zombi servile. Lui ordonnant de lancer son trident sur le mécanisme volant, le mort-vivant fit mouche et arrêta le dernier espoir de Lescour.

Piratant la boîte comme elles l’avaient fait avec la pièces de puzzle piégée, Xanaph et Dewdrop apprirent que le destinataire n’était pas Veren d’Tharashk, mais plutôtXillich d’Lyrandar.

Hésitants à activer la serrure avec toutes les blessures, mais conscients que les forces de la Compagnie risquaient d’arriver d’un moment à l’autre, surtout avec le kidnapping récent de Dharmah d’Cannith et avec le Rietveld bien visible au-dessus de l’Île aux quatre défis, les compagnons retroussèrent leur manches et, grâce à un rituel de divination invoqué par Aolani, plaça chacune des pièce du casse-tête dans le socle.

Les murs de la pièces furent remplacés par un large dôme de lumière et, un instant après, tout le monde, Sangri et Stragia compris, se trouvait dans une pièce carrée dont chacun des murs était remplacé par un des quatre éléments primordiaux: l’air, le feu, la pierre et l’eau. Au fond de chaque zone élémentaire, une créature vaguement humanoïde, une pour chaque élément, apparut et avança de façon menaçante. En langue primordiale et dans un vocabulaire simpliste, elles expliquèrent qu’elles servaient de test pour éliminer ceux qui seraient trop faibles pour contrôler ce qui se trouve plus bas.

Au cours du combat, les élémentaires d’eau et de pierres utilisèrent des attaques qui ciblaient tous les adversaires dans une grande zone. Sangri d’Medani eut la chance de rester à deux doigts de la mort, mais Stragia se retrouva avec la nuque brisée par un tremblement de terre.

Malgré la mort de leur ancienne collègue, les cinq aventuriers réussirent à vaincre les quatre élémentaires aux styles de combat si différents. Une fois les créatures vaincus, il ne se passa rien, mais Valtrex aperçut une petite porte qu fond de la section remplie d’eau. Plongeant, Dewdrop alla crocheter la porter pour l’ouvrir et y découvrir un océan immense, sans surface ni fond, peuplé de sirènes et d’autres créatures jamais vues ailleurs.

Profitant de la protection donnée par son tatouage tribal, Aolani fit de même avec la zone de feu et découvrit un monde de flammes et de lave. Xanaph sauta de nuage en nuage puis s’agrippa au mur de la zone d’air pour ouvrir la troisième porte. La dernière était cachée derrière un énorme roc. Rowan aurait pu en venir à bout à coups de marteau si on lui avait donné une heure, mais Valtrex repéra une fissure juste assez large pour la pixie du groupe. Dewdrop s’exécuta et, encore une fois, la pièce se retrouva baignée de lumière et tout le monde, sauf Stragia, se retrouva dans une autre salle.

Cette dernière salle était de forme carrée, éclairée par quatre brasiers situés dans les coins. Juchées sur des corniches au-dessus des brasiers se trouvaient quatre sculptures de gargouille. Au centre, un piédestal de pierre brute était balayé sans cesse par un courant d’air glacial. Enfin, il y avait sur le sol deux de ces étranges forgeliers de cristal tel qu’on en avait vu dans des ruines au cœur de a jungle. À la manière dont les courant d’air bougeaient, Rowan réalisa qu’il y avait un grand objet invisible posé sur le piédestal. Xanaph s’approcha pour tâter la chose et en souleva la partie supérieure, en forme de bol ou de coupe. C’est à ce moment que les mécanismes de la pièce se mirent en marche.

Les deux forgeliers se relevèrent instantanément, armes aux poings. Deux des gargouilles s’envolèrent pour plonger sur les aventuriers, alors que les deux autres baissaient simplement les bras, révélant un torrent d’eau froide qui éteignit deux des brasiers. Au rythme où l’eau coulant, il ne faudrait pas plus de dix minutes pour que son niveau atteignent le plafond et noie tout le monde excepté Dewdrop.

Par télépathie, les des étranges forgeliers firent comprendre à tout le monde qu’ils étaient les derniers gardiens de l’arme ultime. Au lieu de se battre, Dewdrop et Xanapah usèrent de leurs talents de négociatrices pour faire comprendre aux forgeliers qu’ils avaient tout intérêt à les aider. Pendant que le reste du groupe s’occupait des deux gargouilles agressives, le niveau de l’eau continuait cependant à monter. Sangri d’Medani, toujours inconscient, se serait rapidement noyé si Aolani ne l’avait pas pris pour le maintenir hors de l’eau. Dewdrop tenta de boucher les tuyau apportant l’eau dans la salle, mais ne réussit qu’à en diminuer le débit de moitié.

Les deux forgeliers finirent par comprendre que, avec le retour des dragons élémentaires, il était temps de laisser partir l’arme secrète qu’ils gardaient. Valtrex tenta en vain de les convaincre de venir avec le groupe, mais ils considéraient leur tâche accomplie et n’avaient aucun désir de poursuivre leur existence plus loin. Encore une fois la pièce se couvrit de lumière et tout le monde se retrouva à l’extérieur, sur le dessus de l’Île aux défis avec l’arme invisible quelque part entre eux. Une nuit entière semblait avoir passé depuis le combat contre les sahuagins. Le Rietveld était lui aussi toujours là et on se dépêcha de monter à bord. Bien leur en pris, car une immense colonne de lumière jaillit de la presqu’île, consumant les arbres du dessus comme la pierre en-dessus et ne laissant qu’un tas de laves fumantes.

Les dragons avaient continué de descendre et certains commençaient à s’en prendre aux plus hautes structures de Stormreach. La marée avait aussi continué à monter. Les rues près de la baie étaient maintenant recouvertes de près d’un mètre d’eau. Des dizaines de sahuagins armés de tridents s’engouffraient dans la ville livrée au chaos, abattant quiconque tentait de s’opposer en eux.

Maintenant en possession d’une arme ancienne, mais n’ayant aucune idée de comment s’en servir, le groupe se trouva un peu au dépourvu. Surrayana proposa de contacter sa sœur Lauraszacrel pour demander conseil. Xanaph s’exécuta à l’aide d’un rituel et la shulassakar répondit brièvement qu’elle pourrait leur expliquer comme utiliser l’arme si on allait la rencontrer à la tête de l’hydre. Trivial se souvint d’une taverne de ce nom dans la cité de Sharn mais, pour Rowan et Valtrex, il s’agissait sans doute plutôt d’une immense rivière aux multiples bras située dans la partie centrale de Xen’drik.

Voyant une barque remplies d’agents de la Compagnie s’avancer vers le Rietveld malgré les sahuagins, on ne pris pas le temps de préparer ses bagages et on mit le cap directement vers la tête de l’Hydre. Avec à son bord les cinq compagnons, mais aussi Trivial, Keptolo, vingt pixies élémentaires, Surrayana, ses quatre enfants adoptifs, de même que les prisonniers Dharmah d’Cannith et Sangri d’Medani, le ravitaillement allait rapidement devenir la première priorité.

View
Pour quelques divinations en plus
Où on contrecarre les plans de l'ennemi

Dans les jours suivant leur retour des montagnes du nord, les aventuriers alliés à l’Aliance de la lumière se demandaient quoi faire des quatre morceaux de la clé circulaire qu’ils avaient récupéré des mains des agents de la Cabale des ombres. Il avait été question de les séparer et de les cacher dans quatre endroits différents, connus chacun d’une seule personne. Avant cela, cependant, Xanaph et Valtrex eurent l’idée de demander à Aolani d’Invoquer quelques rituels pour extraire des informations de ces quatre objets.

Un a un, les morceaux de la clé révélèrent des informations sur leur passé. On appris qu’ils furent créés il y a longtemps par une créature formée essentiellement d’énergie élémentaire primaire, que cette cet être a remis au moins un morceau en personne à des elfes qui venaient tout juste de s’affranchir de l’esclavage des géants et que cet objet fut passé d’elfe en elfe pendant au moins trois générations. Un autre morceaux avait été à un moment donné en la possession d’un géant de race indéterminée et un troisième avant été porté par un petit humanoïde reptilien.

À un certain moment, sous un ciel couvert de dragons, des représentants de ces trois races et d’une quatrième non identifiée se sont réunis pour forger une sorte d’alliance. Un certain temps plus tard, quatre individus assemblaient les morceaux dans ce qui semble être la stèle de l’île aux quatre défis puis, plus tard encore, les enfermaient dans les coffres où ils seront retrouvé des siècles ou des millénaires plus tard.

Le dernier morceau révéla cependant quelque chose de tout à fait différent. Il n’avait pas été forgé dans l’éther, mais dans un laboratoire, par nulle autre Dharmah d’Cannith pour le compte de Veren d’Tharashk, qui le remis ensuite à Xillich d’Lyrandar. Le morceau fut ensuite dérobé facilement dans les édifices des Douze par ce qu’on croit être la bande de Taïpan.

En observant attentivement le fragment, Rowan décela une petite tige noire qui ne se trouvait pas sur les trois autres. L’analyse magique de Xanaph révéla qu’il émanait d’elle une aura de divination différente de celle d’abjuration des trois autres pièces. Des tests plus poussés révélèrent ce que plusieurs s’étaient mis à redouté, soit que quelqu’un, quelque part, pouvait savoir exactement où se trouvait ce morceau et entendre tout ce qui se disait à proximité, comme avec une pierre magique de la maison Sivis qui fonctionnerait à sens unique seulement. Cela impliquerait que toutes les conversations des dernières heures seraient connues de quelqu’un ‘autre, probablement la Compagnie de la roue noire, et qu’ils auraient compris que les aventuriers savent que le morceau est un faux.

Risquant le tout pour le tout, Dewdrop, aidé des prouesses arcanes d’Aolani et Xanaph, tenta de pirater la tige pour ouvrir le canal de communication dans l’autre sens. Après de longs efforts, on entendit la voix de Veren d’Tharashk qui discutait avec Stragia, Sangri d’Medani et deux autres personnes inconnues. Le commandant se demandait à voix haute si, puisque que la supercherie avait été découverte, il valait encore la peine d’attendre en espérant que les adversaires ne viennent se jeter dans le piège. L’eau bloquant apparemment la sortie de l’endroit où ils se trouvaient, Veren indiqua qu’il ne servait pas à grand chose de s’en aller pour le moment. Il sortirait seul grâce à ses objets magiques, se débrouillerait face aux sahuagins et reviendrait avec de l’aide, probablement celle de Dharma, dès le lendemain. Entretemps, les quatre autres devaient rester sur leurs gardes au cas où ceux en possession des autres fragments de la clé ne décident de foncer en se disant qu’ils ne risquent rien puisqu’ils savent que c’est un piège.

Pour empêcher de laisser fuir d’autres informations, Valtrex mis le morceau piégé dans son sac dimensionnel avant de transformer sac et fragment avec elle dans sa forme de mille-pattes géant. Tant qu’elle resterait ainsi, au moins, l’émetteur ne fonctionnerait pas. On s’apprêtait à descendre poser quelques questions à Trivial quand le forgelier monta de lui-même, abandonnant exceptionnellement le comptoir de son bar. Il demanda aux autres s’ils avaient eu connaissance d’un fragment de prophétie concernant les lunes d’Eberron. Il demandait cela parce que, bien que les marées de la planète , influencées par ses douze lunes, soient pratiquement chaotiques, la marée n’était pas redescendue de son maximum depuis plus de 24 heures. Plus inquiétant encore, au moins trois dragons étaient vus volant haut au-dessus de Stormreach et une pluie aussi soudaine qu’intense commençait à s’abattre sur la ville.

Intrigués par ce phénomène, les compagnons ne mirent pas moins à exécution leur plan d’aller intercepter Veren et Dharma directement aux quartiers des Douze. Se rendant sans problème dans le district des maisons à dracogrammes, Rowan, Dewdrop, Valtrex et Aolani furent interceptés par Morley, Xilliich et quelques gardes des Douze, qui leurs firent clairement comprendre qu’ils n’étaient plus les bienvenus. Qu’à cela ne tienne, Dewdrop et Valtrex se faufilèrent par une des fenêtre pour explorer le bâtiment et retrouver Veren dans un des laboratoires de la maison Cannith, en compagnie de Dharma. Rejointes par leurs deux compagnons, elles entrèrent discrètement dans le laboratoire. Comme Veren était déjà parti, on choisit de s’en prendre à Dharma. L’artificière n’eut pas le temps de se défendre qu’elle était déjà inconsciente et mise dans une caisse.

Plutôt que de fuir par où ils étaient entrés, le groupe de quatre prit les escalier pour monter le plus haut possible. Arrivés à un bacon juste en-dessous du quai d’ancrage du Triskaïdeka, le vaisseau-forteresse de la Compagnie de la roue noire, les compagnons semblaient être pris au piège, avec des gardes qui viendraient inévitablement à leurs trousses mais, entre les nuages de pluie, le Rietveld arriva avec Xanaph à la barre, qui lança une corde pour récpérer tout le monde.

Dans les précieuses minutes qui suivirent, Valtrex utilisa sa magie pour contacter les shulassakars rencontré dans la dernière année et leur demander conseil. La première, Lauraszacrel, les traita d’idiots avant de leur dire d’utiliser les pièces du casse-tête avant qu’il ne soit trop tard. La seconde, Surrayana, en savait moins, mais leur donna rendez-vous chez elle.

Entretemps, Rowan, Dewdrop et Aolani interrogeaient Dharma. Elle révéla que l’ordre de faire un faux venait de Veren lui-même. Le commandant suspectait la présence d’un traître dans son organisation et le stratagème avait permis d’augmenter les soupçons à l’égard de Xillich d’Lyrandar.

Pour récupérer le morceau laissé à Trivial, le vaisseau s’Immobilisa au-dessus de l’auberge, où toutes les pixies grimpèrent à bord en plus du forgelier. Sentant un danger imminent, elles ne tenaient pas à rester seules.

On alla ensuite chercher Surrayana et ses quatre enfants à demi yuan-ti dans les bas fonds de la ville.

Pendant ce temps, les trois énormes dragons descendaient de plus en plus près de la ville et étaient maintenant accompagnés de dizaines de petits dragons allant de la taille d’un humain à celle des plus grosses bêtes des plaines de Talente.

Suivant l’invective de Lauraszacrel, il fut décidé d’aller activer le sceau dans l’île aux quatre défis. L’entrée de la caverne était cependant caché sous les eaux de la marée haute et infestées de requins. Dewdrop plongea pour réaliser que le passage avait été barricadé de l’intérieur. Elle put facilement dire aux requins de s’éloigner, mais leurs maîtres, des sahuagins dont un mutant à quatre bras, leur ordonnèrent de revenir s’attaquer à la pixie.

Aolani et Rowan plongèrent pour prêter main forte à Dewdrop en attirant sur eux les attaques des requins tandis que Xanaph s’envolait hors du vaisseau pour faire de même. Valtrex reprit d’abord sa forme de drow pour attaquer les requins tout en restant sur le pont de l’aéronef, mais elle finit par sauter elle aussi pour s’en prendre physiquement aux sahuagins. Les héros furent encore une fois victorieux, mais ne surent jamais pourquoi les sahuagins avaient attaqué puisque personne ne comprenait la langue des hommes-poissons.

Quoiqu’il en soit, la voie était maintenant libre pour pénétrer dans le hall du l’île aux quatre défis. Dewdrop plongea pour défaire les verrous de la porte d’entrée, puis Aolani et Rowan parvinrent ensuite à retenir leur souffle assez longtemps pour défaire les barricades derrière. S’avançant furtivement, Valtrex sortit la tête de l’eau pour écouter et reconnut les voix de Stragia et Sangri, en plus des deux personnes non identifiées entendues plus tôt. Le piratage de la fausse clé avait permis de confirmer que ces quatre étaient bel et bien en possession du fragment manquant. Il ne restait qu’à voir si on pouvait le leur soutirer par la négociation ou si on allait devoir se battre pour l’avoir.

View
La chute
Où la prophécie se déchaîne

Au fond du cratère du volcan actif, le combat de Dewdrop, Xanaph, Valtrex et Aolani contre Erebus faisait rage de façon violente. Aidé par deux créatures des ombres qu’il avait conjurées grâce à un secret appris de son maître, le vampire affaiblissait constamment ses adversaires. Comme lors de leur deux dernières rencontres avec le mort-vivant, les aventurières devaient payer chèrement la moindre blessure qu’elles infligeaient à l’ancien prêtre, qui avait en plus la capacité de se régénérer.

Toujours à la barre du Rietveld, qui flottait en place au-dessus du volcan, Rowan entendait plus qu’il ne voyait le combat qui se déroulait en-dessous de lui. Du coin de l’œil, Rowan aperçut à un certain moment Xorchilit qui rampait hors du cratère et qui sectionnait les câbles tendus par les aventurières avant de filer en douce. Rowan fut tenté de quitter temporairement l’aéronef pour tenter de mettre la main au collet de l’homme-lézard aberrant, mais les cris de peur et de douleurs de ses compagnes le poussèrent plutôt à plonger à l’aide de cordes jusqu’au fond du volcan.

Atterri en catastrophe, Rowan leva son marteau pour venir en aide à ses alliées. Maintes fois blessé et brulé vif par la lave dans laquelle il avait été poussé, Erebus décida de tirer sa révérence une fois de plus en se changeant en nuage de vapeur. Les compagnons choisirent cependant d’ignorer les attaques des deux créatures d’ombre pour quelques instants, le temps d’en finir une fois pour toutes avec Erebus.

Le groupe élimina ensuite une des deux êtres conjurés par le vampire avant de réaliser qu’il n’y avait aucune raison de risquer leur peau à rester combattre le dernier. Xanaph s’envola pour attraper la corde descendue par Rowan puis se hâta d’aller aux commandes du vaisseau pour le stabiliser et le descendre prudemment dans le cratère. Les autres se dépêchèrent de grimper à leur tour malgré les tirs de la dernière créature d’ombre. Grand bien leur en pris, car la lave dans le volcan commença à grimper à une vitesse inquiétante.

S’écartant tout aussi rapidement, les compagnons purent voir la lave déborder du cratère et commencer à s’écouler de tous les côtés. Quelques instants plus tard, cette simple coulée fut remplacée par une gigantesque explosion. Du cratère volcanique s’élevait un gigantesque dragon entièrement fait de lave et de flammes, projetant autour de lui des débris et d’autres créatures de flammes par dizaines. À une vitesse ahurissante, le dragon fila dans les nuages et disparut.

Quelques instants plus tard, la lueur de la coulée de lave permit au groupe de voir Ferrimark en train de se battre contre un groupe de mages et d’archers. À y regarder de plus prêt, il s’agissait de l’unité de la Cabale de ombre menée par Taïpan. Accompagnée d’un autre tielfling, de deux demi-orques, trois féraux et une demie-drow, Taïpan tirait à répétition sur le dragon de fer. Ce dernier plongea dans le tas et ne fit qu’une bouchée de la drow. Ferrimark reprit ensuite son envol pour cracher son terrible souffle d’électricité et griller les deux demi-orques d’un seul coup. Un tir combiné des cinq survivants toucha cependant un organe vital du dragon et celui-ci lâcha un dernier jets d’éclairs avant de s’écraser au sol immobile.

Après délibération, le groupe d’aventuriers décida de se rendre auprès du village de goliaths pour aider l’évacuation, si nécessaire. Chemin faisant, on fouilla les possessions d’Erebus qui avaient été ramassées plus tôt. À la surprise de tous, on trouva un morceau de la clé circulaire qui avait été divisée entre les quatre factions pourchassant la prophétie draconique. Il ne s’agissait pas de la clé dérobée à l’Alliance de la lumière, mais bien d’un autre morceau.

Arrivés près du village de goliaths, les compagnons durent lutter contre un groupe de créatures de feu qui avaient été projetées par le réveil du dragon. Les guerriers goliaths tenaient à l’écart quelques-unes d’entre elles, mais ils n’étaient pas de taille à s’attaquer aux plus coriaces. Pour compliquer le tout, la coulée de lave avançait directement vers l’endroit où les quatre bêtes les plus fortes s’étaient rassemblées. Les monstres ne se préoccupaient guère de la chaleur, mais les atteindre en mêlée devenait une tâche des plus périlleuses. Malgré cela, les compagnons furent encore une fois victorieux.

Libérés des monstres de feu qui avaient atterri dans leur village, les goliaths étaient libres de se déplacer vers les hauteurs. Les compagnons leur indiquèrent le chemin pour se rendre au repaire de Ferrimark, qu’on supposait maintenant désert. Les goliaths apprirent au groupe que, dans la confusion, le changeling connu sous le nom de Derecka Tran s’était échappé mais, vus les circonstances, cela était devenu un souci plutôt mineur.

Les aventuriers retournèrent alors rapidement à leur aéronef et filèrent vers l’antre du dragon. Les motivations derrière ce geste étaient multiple. On voulait d’abord s’assurer que le repaire était bel et bien sécuritaire pour les goliaths qui s’en venaient, mais on cherchait aussi à arriver avant les agents des autres factions de sorte à être les premiers à piller le trésor amassé par Ferrimark au fil des décennies.

Après un bref inventaire des objets magiques, œuvres d’art et métaux précieux gardés dans la tanière du dragon, les cinq comparses s’installèrent confortablement pour se reposer en attendant l’arrivée des goliaths. Environ une heure plus tard, le groupe fut réveillé par des cris venant de l’extérieur. Il ne s’agissait pas de goliaths, mais plutôt des survivants de la bande de Taïpan. Dans la nuit, seuls les yeux perçants de Valtrex pouvaient la distinguer correctement, tandis que Rowan et Aolani ne voyaient rien du tout.

Taïpan était apparemment venus pour proposer un marché. Ayant déjà appris que les héros de l’Alliance de la lumière étaient en possession d’un des quarts de la clé circulaire, elle leur montra qu’elle possédait également un fragment de clé semblable. Elle offrit un duel entre les deux groupe: les vainqueurs récupérant les deux morceaux et les trésors de la caverne du dragon. Les héros se rendirent bien compte qu’ils n’avaient guère le choix. Si on refusait le défi, rien n’empêchait Taïpan et sa bande d’attaquer quand tout le monde serait couché, et il fallait sécuriser l’endroit avant l’arrivée prochaine des goliaths.

Bien sûr, le groupe d’artillerie avait choisi le moment et l’endroit à leur avantage. Dans le noir, de l’autre côté d’une étroite tranchée, le groupe de féraux et de tieflings avait l’avantage sur tous ceux qui combattaient en mêlée ou qui ne voyait pas bien dans le noir. Les hostilités furent ouvertes par un des féraux, qui combina tir à l’arc et magie primale pour empoisonner tous ses adversaires d’un coup. Certains se débarrassèrent de cet effet rapidement, mais Dewdrop resta affectée pendant près d’Une minute, drainant ses forces jusqu’à la limite de l’évanouissement. Petit à petit, malgré le désavantage de départ, le groupe de l’Alliance prit le dessus sur ses adversaires. Après un long combat, les agents de la Cabale étaient tous hors d’état de se battre.à

Respectant sa parole, Taïpan remis la bourse dans laquelle on l’avait vu ranger la pièce de casse-tête avant d’ordonner à ses alliés blessés de rebrousser chemin. À la grande surprise de tous, il n’y avait pas un mais trois morceaux de la clé circulaire dans le sac. Il semblerait que Taïpan ait eu en sa possession tous les morceaux sauf un. Tous les compagnons auraient voulu savoir pourquoi elle s’était montrée si généreuse alors qu’elle aurait pu remettre un seul morceau et tout de même garder sa parole, mais des torches au loin marquaient déjà l’arrivée des goliaths, et chacun était bien trop épuisé pour poursuivre qui que ce soit avant le lendemain matin.

View
Quand la prophétie contre-attaque
Où le passé récent nous rattrappe à toute vitesse

Bien souvent à Stormreach, une surprise n’arrive jamais seule, c’est ainsi que commença le premier jour de therendor, aux petites heures du matin, par Trivial ayant convoqué tous ses compagnons pour leur faire part d’une révélation. Après avoir eu une brève intuition, il lui était venu à l’esprit de dresser la liste des prénoms de tout ceux résidant dans l’immeuble abritant Les Charmes de Kythri (anciennement Le Caveau). En comptant lui-même. Aolani, Dewdrop, Keptolo, Valtrex, Xanaph d’Lyrandar et les 19 pixies élémentaires ramenées de la jungle de Xen’drik, il se trouvait que l’ensemble n’utilisait comme première lettre de leur nom qu’une et une seule fois chacune des 26 lettres de l’alphabet commun. Il ne savait pas quoi faire de cette information, mais cela était clairement trop fort pour être une coïncidence (les chances que cela arrive par hasard n’étant que d’une sur 15.26 milliards).

Quelques instants plus tard, ce fut au tour de Surrayana de cogner à la porte de la taverne. Venue pour repayer la dette qu’elle redevait aux aventuriers de l’endroit pour l’avoir épargnée elle et ses enfants adoptifs, elle allait leur confier des informations qu’elle avait pourtant juré à sa supérieure Sesstaria de ne jamais révéler.

La sœur de Surrayana, Lauraszacrel, était partie il y a près d’un an de cela en direction du désert de Mechtarun avec un escorte de thri-kreens et de troglodytes. Récemment, elle avait contacté Surrayana pour lui dire qu’elle avait trouvé des ruines enfouies dans le sable avec des morceaux de fresque faisant penser à des fragments de prophétie. Comme les shulassakars ont juré de détruire ces fragments pour empêcher qu’ils ne tombent entre de mauvaises mains, Laura s’était mise à l’œuvre, mais un tremblement de terre causant l’ouverture d’un trou béant et la libération d’une volée de dragons de terre et de pierre, dont un de plus de 10 mètres de long. Le tout était assortis de fragments de prophétie comme quoi les quatre déclencheraient la première de quatre libérations. Espérant que cette information privilégiée soit d’une quelconque utilité aux héros, Surrayana quitta promptement en espérant que personne ne devrait quoi que ce soit à l’autre la prochaine fois qu’ils se rencontreraient.

Jamais deux sans trois, dit le proverbe. Quelques minutes plus tard, Xanaph reçut un message télépathique du frère Mahdi, appelant à l’aide alors que ses compagnons de l’Alliance de la lumière défendaient l’Héritier de Siberys contre une attaque-surprise.

Suivie de Dewdrop, Aoloani et Valtrex, Xanaph se mit à la course vers le port de Stormreach. Arrivée la première, Valtrex s’arrangea pour affairer une barque pour ses compagnes. L’Héritier fumait ça et là et enfonçait dans la baie bien plus profondément qu’à l’habitude. Une fois à côté du navire, aucun signe de combat. Quelqu’un lança une échelle de corde aux quatre aventurières et les fit monter à bord. Là, le frère Bristol leur expliqua rapidement la situation. Alors que le Soleil venait de se lever, un groupe de cinq ou six bandits vêtus de noir et au visage couvert avaient surgi sur le pont et rapidement maîtrisé tous les membres d’équipage. Grâce à l’intervention de Bristol, Mahdi et leurs alliés, il n’y avait eu aucune perte de vie, mais les assaillants s’étaient tous enfuit.

Étonnamment, ils ne semblaient pas avoir eu pour but d’assassiner qui que ce soit, ou encore visé l’or ou la réserve de parchemins magique. Il fallu un moment pour que Mahdi monte de la cale et indique qu’Il n’y manquait qu’un seul article: la cassette contenant le fragment de clé circulaire de l’Alliance de la lumière. Les suspects se dirigèrent directement vers les trois autres factions, mais comment savoir laquelle?

Ne perdant pas un instant pour partir aux trousses des attaquants, Dewdrop plongea dans l’eau chaude de la baie pour tenter de trouver des traces. Des algues aplaties la menèrent jusqu’à la rive, à partir de où Xanaph et elle interrogèrent les gens pour trouver où étaient passées cinq ou six personnes vêtues d’habits de plongée. La piste les mena tout droit vers le chantier naval de la maison Lyrandar, puis jusqu’au mur séparant celle-ci de l’enclave Kundarak.. Grimpant aussi discrètement que possible sur le mur en question, les héroïnes virent au loin le Triskaïdeka quitter les environs de la CItadelle des Douze pour se diriger vers le nord.

Débattant rapidement de ce qu’il fallait faire, les quatre se dirent que, si la Compagnie de la roue noire avait fait le coup, ils étaient probablement partis directement avec la pièce de casse-tête pour l’utiliser d’une quelconque façon. Attrapant Rowan au passage, les aventurières se rendirent à toute vitesse à la caverne dans laquelle le groupe avait caché le Rietveld. Animant l’anneau de flammes élémentaires, Xanaph fit décoller l’aéronef et mit le cap plein nord tandis que les autres agents de l’Alliance de la lumière faisaient sans doute de même avec l’Éthérée.


Après quelques heures de vol, l’équipage du Rietveld vit le Triskaïdeka en train de se poser dans la seule clairière suffisamment grand pour l’accueillir, au pied d’un petit groupe de montagne que tous les héros reconnurent pour être déjà allés. C’est là que vivait la tribu de goliaths qui avait jadis fait prisonniers les agents de la Compagnie de la roue noire, ainsi que le dragon métallique Ferrimark.

Se doutant que les agents de la Compagnie avaient fait le voyage jusqu’ici pour s’en prendre au dragon ou encore au ruines se trouvant au fond du volcan, les aventuriers se dirigèrent tout droit vers le plateau entre le volcan et les sommets enneigés, convaincus de trouver un endroit assez grand pour leur aéronef diminutif.

En remontant le long des pentes, le groupe aperçut un paquet de tentes installées juste en aval d’une rivière de lave qui avait jadis forcé les compagnons à la contourner via les tunnels d’une colonie de fourmis géantes. Discrètement, se faufilant de buisson en rocher, une groupe composé entre autres de tieflings, de féraux, et de demi-drows s’approchait du campement. Parmi eux, Aolani reconnût son ancienne camarade Taïpan. À environ 15 mètres de distance, le groupe commença à bombarder le campement de flèches et de magie. Des tentes surgirent quelques-uns des membres du Codex écarlate. Dès que leurs cibles furent blessées, les membres de la Cabale se dépêchèrent de battre en retraite.

Le RIetveld trouva éventuellement un endroit où se poser de manière sécuritaire. Puisque que le village de goliaths ne se trouvait qu’à une heure de route de là environ, le groupe se mit en marche dans cette direction. Un tirage au sort désigna Rowan pour garder l’aéronef.

En route vers le village, les quatre aventurières tombèrent sur Pekelo, le chef de la tribu. Contrairement à la dernière fois qu’on l’avait vu, il était vêtu de haillons et avait pour seule arme un couteau de chasse qu’il utilisait pour ajuster des collets à lapin. Reconnaissant les visiteurs, il leur confia que le chamane Inoke, banni de la tribu après sa trahison l’année précédente était récemment revenu et avait organisé un coup d’état contre le chef. Il avait renouer une alliance avec le dragon et c’était maintenant Inoke qui dirigeait la tribu.

Voulant tirer cela au clair, les quatre guerrières se faufilèrent sous le couvert des arbres jusqu’à l’orée du village. Inoke sortait de la hutte du chef entouré de trois gardes du corps et appelait au rassemblement tous les autres guerriers de la tribu. Leur annonçant que la Compagnie de la roue noire qui était venue causer tant de problèmes par le passé était en train de revenir, il demanda à tous de prendre les armes pour aller leur barrer le chemin.

Alors qu’il prononçait son discours, des gardes repérèrent Xanaph et Aolani qui tentaient de se cacher dans les branchages. Afin d’acheter du temps pour Valtrex et Dewdrop, les deux avancèrent et commencèrent à discuter avec Inoke. Étrangement, le chamane avait troqué son totem de bois pour une rapière de métal de style khoravar. Et s’il disait se souvenir de la visite de Xanaph, Aolani et leur alliés l’année précédente, il semblait avoir oublié beaucoup de détails importants, comme le fait qu’il avait tenté de les tuer, et inversement.

Pendant ce temps, Dewdrop avait fait le tour du village et s’était rendue à l’arrière de la hutte du chef. Perçant un orifice dans le mur arrière, elle tenta de se glisser à l’Intérieur, mais elle y renversa une étagère et le bruit alerta tout de suite Inoke. À bout de patience, le chamane ordonna à ses guerriers de passer à l’attaque, mais seule sa garde rapprochée prit les armes, les autres goliaths, troublés par les trous de mémoire flagrants de leur nouveau chef, n’osant pas se mêler du conflit.

Durant le combat, Inoke n’utilisait étrangement aucune attaque primale et ne prit pas sa forme de loup comme autrefois, mais multipliait les feintes, les esquives et les coups de rapière, le tout entremêlé d’une légère dose de magie d’enchantement.

Une fois ses gardes assommés et lui-même acculé au pied du mur, Valtrex utilisa sa propre magie druidique pour prendre momentanément le contrôle du corps du chamane. Suspectant qu’il s’agissait du changeling, Valtrex le força à reprendre sa vraie forme et le goliath fondit sous les yeux de tous pour laisser place à une humanoïde grisâtre et imberbe. En l’examinant attentivement, les aventurières lui trouvèrent tout de suite une ressemblance troublante avec Derecka Tran, la capitaine du Parasol, mais aussi avec Dreka, la femme-lézard qui avait tenté de faire tomber les agents de l’Alliance et du Codex dans un piège mortel.

La changeling répondit de bon gré aux questions de ses capteurs, mais elle semblait en savoir très peu sur l’arrivée imminente et simultanée de membres de toutes les factions courant après la prophétie draconique. Choisissant de la laisser aux mains des goliaths tout en sachant qu’elle risquait de s’évader à tout moment, les quatre héroïnes décidèrent d’aller payer une petite visite à celui qui devrait en savoir le plus au sujet de la prophétie dans les environs, soit le dragon Ferrimark.

Trois heures de marche plus tard, le groupe entrait dans l’antre du dragon. Le maître des lieux étant absent, Dewdrop et Valtrex en profitèrent pour fouiller la place et découvrirent que, comme tous les dragon, Ferrimark gardait précieusement un énorme butin de pierres et de métaux précieux. Si l’idée leur vint peut-être de piger dans le lot, elle fut coupée court par l’arrivé du dragon. Visiblement troublé, il prit néanmoins le temps de bavarder un peu avec ses visiteuses.

C’est lorsqu’on lui parla de la libération du dragon de pierre au sud qu’il mit fin à la conversation. Les membres de la Cabale, du Codex et de la Compagnie étaient en route vers le haut des montagnes, et si l’on considérait les quatre aventurières comme des membres de l’Alliance, cela voudrait dire que les quatre factions seraient bientôt présente.

Selon ce que Ferrimark semblait savoir de la prophétie, cela pourrait annoncer des conséquences désastreuses pour la région et, surtout, pour le dragon lui-même. Puisque les autres factions étaient encore trop loin et trop nombreuses pour être repoussées facilement, la solution la plus facile pour empêcher le cataclysme était malheureusement d’éliminer celles qui se trouvaient devant lui, d’autant plus qu’il était maintenant impossible pour elles de redescendre avant l’arrivée des trois autres factions.

Avec la moindre goutte de diplomatie qu’elle possédait, Dewdop tenta de convaincre le dragon de les épargner. Arguant que, en travaillant ensemble, il serait possible de chasser une des autres factions. Xanaph enfonça le clou, utilisant sa magie pour se rendre plus persuasive, en ajoutant que leur mort ne changerait rien si Rowan se trouvait encore dans les montagnes.

Prêt à donner une chance aux aventurières, Ferrimark enmbarqua Xanaph et Dewdrop sur son dos et les ramena à toute vitesse vers le Rietveld. Pendant ce temps, Valtrex et Aolani eurent la chance de voir le Soleil se coucher par la sortie de la caverne donnant au-dessus d’une vertigineuse falaise. Sous les rayons du Soleil couchant furent illuminés tour à tour quatre immenses rochers, le glacier étincelant d’une montagne voisine, quatre gigantesques arbres dépassant la canopée de la jungle, les restes d’une montagne éloignée qui avait peut-être autrefois servi de carrière pour des géants, quatre sommets lointains, un volcan éteint situé près de Stormreach, puis finalement la ville de Stormreach elle-même, après quoi le Soleil se coucha définitivement, plongeant la montagne dans les ténèbres. La goliath et la drow se dirent que le dragon devait avoir eu l’occasion de voir ce spectacle chaque soir à partir de son perchoir.

C’est à ce moment que Ferrimark et le Rietveld revienrent. Frustré de ne pas être revenu avant le coucher de Soleil, le dragon comprit tout de suite que les autres avaient tout vu. Il n’y eut cependant pas de temps pour en parler. En s’élevant dans les airs, Xanaph, Dewdrop et Rowan avaient pu apercevoir Erebus et Xorchilit à côté du cratère du volcan. C’était là le moment où jamais d’arrêter le vampire une fois pour toutes.

Alors que Ferrimark descendait la montagne à toute vitesse pour aller intercepter Taïpan et sa bande, les cinq compagnons arrêtaient le Rietveld juste à côté du cratère du volcan actif, prêts à y descendre pour régler son compte au vampire de manière permanente.

View
En contre-plongée
Où on mène une vie de pixie

Légèrement différent que lorsqu’on l’avait quitté quelques heures auparavent, le bâtiment de pierre était maintenant percé de deux ouvertures étroites dont l’une était assez grande pour laisser passer Dewdrop, de même que tous ses compagnons maintenant réduits à sa taille.

Hissée jusqu’à la fenêtre par Mirage, la bête éclipsante de Rowan,Valtrex observa attentivement l’Intérieur de l’endroit. Elle y découvrit un enchevêtrement chaotique de murs et de colonnes de pierre brute ainsi qu’un silence absolu. Ce n’est qu’une fois la tête passée par la meurtrière que la drow put distinguer des bruits de pas et les voix de deux personnes discutant à voix basse dans une langue qu’elle ne comprenait pas.

Après avoir ordonné à Mirage de monter la garde devant l’entrée, autant pour surveiller l’entrée elle-même que l’arrivée d’éventuels intrus, le groupe glissa à l’intérieur en utilisant toutes ses cordes, puis se faufila vers les voix à la lueur d’une torche à moitié couverte.

Au fond de la pièce se trouvaient Thalas et Sphero, deux des leaders de la faction du Codex écarlate. Accompagnés d’un chaton, visiblement le familier du mage, ils s’affairaient à retranscrire des runes gravées dans les murs de l’endroit.

Faisant discrètement demi-tour, les cinq aventuriers retournèrent à la fissure par où ils étaient entrés . Là, Aolani, aidée de ses camarades, compléta un rituel magique qui lui permettrait de comprendre à la fois les échanges entre les deux membres du Codex et les runes inscrites sur les murs.

Au retour, la conversation entre les deux membres du Codex pouvait être suivie sans problème. Il semblait que les glyphes racontaient comment un groupe de puissants dragons avait été chassé du plan de Kythri vers celui d’Eberron il y a de cela plusieurs milliers d’années. Le texte ne montrant que quelques mots à la fois changeait apparemment lentement lorsque personne ne le regardait.

Cette fois-ci, les aventuriers ne parvinrent pas à se rapprocher sans que le chat de Sphero ne détecte leur présence. Il s’en fallu de peux pour que tout le groupe se fasse découvrir, mais Dewdrop se servit rapidement de ses talents de ventriloque pour guider ses adversaires dans la mauvaise direction.

Alors que Thalas et Sphero cherchaient la créature qui avait fait ce bruit et dérangé le chat, les autres se dépêchèrent de trouver une cachette, mais Dewdrop et Valtrex profitèrent de l’occasion pour dérober ce qui avait transcrit jusque là des écrits sur les murs.

Quand les deux agents du Codex virent cela, ils se doutèrent que l’intrus n’était pas une simple souris. Pour donner plus de temps à ses alliés, Aolani envoya la goutte de vase acide dont elle avait fait son esclave mort-vivant s’attaquer au chat. La créature n’étant en fait que de la taille d’un gnome, Sphero n’en fit cependant qu’une bouchée.

Dewdrop essaya de détourner l’attention encore une fois en faisant croire que quelqu’un appelait à l’aide de l’extérieur, mais c’était oublier le fait qu’aucun son ne parvient à traverser les murs du bâtiment.

Reliant les points entre eux, Thalas demanda à Dewdrop de se montrer. Usant de flatterie, il tenta de la convaincre de trahir sa faction pour se joindre au Codex. Se faisant promettre tout ce qu’elle désirait, Dewdrop demanda le contrôle d’un portail stable entre le monde des fées et celui d’Eberron. Si Thalas n’en connaissait aucun, il promit que les ressources seraient mobilisées pour en trouver un. En retour, cependant, il n’allait pas se contenter des services de Dewdrop en tant qu’assassin. Il voulait plutôt connaître les points faibles de l’Alliance de la lumière et de la Compagnie de la roue noire, savoir où étaient leurs repaires secrets et où ils cachaient leurs artefacts. La pixie ne pouvant ou ne voulant pas répondre, Thalas ordonna à son comparse de la ligoter.

Voyant que leur amie était acculée au pied du mur, les autres membres de l’Alliance surgirent de leur cachette pour s’attaquer aux deux géants. Usant de davantage de stratégie que leurs collègues barbares Balala et Dovahkiin, Sphero commença par faire croître son familier jusqu’à la taille d’un tigre puis par s’envelopper dans des flammes protectrices tandis que Thalas se servait de sa magie elfique pour recouvrir son corps d’une couche d’écorce protectrice.

Xanaph d’Lyrandar et ses alliés découvrirent que, à l’instar de Dewdrop, leur petite taille ne nuisait nullement à leur capacité à donner des coups ou à en recevoir. Au bout d’un long combat, le chat disparut et les deux géants tombèrent.

Fouillant de nouveau le bâtiment, les vainqueurs réalisèrent que, non seulement le texte sur les fresques avait changé légèrement, mais que ou bien tout le monde, y compris Dewdrop, Thalas et Sphero, était en train de grandir ou bien que l’édifice entier rapetissait.

Ne souhaitant pas abandonner leurs adversaires à une mort atroce, les aventuriers tentèrent de trouver une solution pour les sortir de là. Suspectant que la nourriture leur ayant été donnée par les pixies élémentaires était la cause de leur diminution de taille, Valtrex se dépêcha d’aller chercher les restants qu’elle pouvait avant de revenir les administrer à Thalas et Sphero. La magie ne sembla pas opérer instantanément, cependant, et Valtrex avait entrevu Bravo d’Sivis et les autres membres du Codex écarlate se diriger dans la direction du bâtiment de pierre.

Prise au dépourvu, Xanaph décida d’essayer d’utiliser sa magie arcane pour hisser les deux êtres inconscients à l’extérieur. Si un champ étrange bloquait tous les sons, il n’en allait heureusement pas de même pour la magie de téléportation. Thalas et Sphero se retrouvèrent donc projetés à l’extérieur, suivis de près par les cinq compagnons fuyant la pièce qui rétrécissait rapidement. Alors que tous s’affairaient à s’assurer que leurs deux adversaires étaient toujours en bon état, l’édifice continua à rapetisser jusqu’à devenir de la taille du poing d’un humain moyen. Dewdrop usa de sa magie de pixie pour la rétrécir encore davantage et la glissé dans sa poche juste au moment où Bravo d’Sivis, Balala et Dovahkiin arrivaient.

Voyant la taille ridicule à laquelle les agents de l’Alliance avaient été réduits et surtout à la vue de leurs supérieurs gisant inconscients à côté du cratère béants où s’était trouvé jusqu’à tout récemment un bâtiment de pierre, Bravo jugeait qu’il tenait là l’opportunité de se venger de sa défaite de la veille.

Le combat semblait inévitable, mais les talents d’oratrice de Dewdrop parvinrent à leur faire comprendre que c’était sous cette taille que le groupe avait réussi à venir à bout de Thalas et Sphero et que c’était grâce à eux qu’ils étaient encore en vie. Impressionné et reconnaissants à la fois, Bravo et ses acolytes laissèrent partir les aventuriers miniatures de leur côté. En quittant, Bravo laissa tomber de sa poche quelque chose qui ressemblait davantage à un instrument de torture qu’à un outil de médecin. L’objet étant sous l’effet d’un enchantement, Aolani le ramassa pour s’en servir comme d’une arme, du moins pour le temps qu’elle allait devoir passer à la taille d’une pixie.

Avant de rebrousser chemin, les aventuriers firent un détour vers le village des fées élémentaires. Ils y rencontrèrent Winona qui, revenue en retard d’une de ses patrouilles, avait tout juste eu le temps de voir ses camarades se faire emporter à bord du Rietveld. Sans perdre de temps, les aventuriers filèrent vers le vaisseau du Codex, prenant de vitesse ses propriétaires occupés à prendre soin de leurs deux membres inconscients.

Les homoncules à bord du vaisseau ne reconnurent pas les intrus minuscules comme une menace avant qu’ils ne soient déjà embarqués. Se faufilant discrètement dans la cale, Valtrex et Dewdrop partirent à la recherche des autres pixies. Apercevant ce qui semblait être une statue couverte d’argent, Valtrex s’en approcha pour réaliser qu’il s’agissait plutôt Jasmine, la leader des pixies élémentaires. Toutes avaient été entassées dans des cages minuscules et jetées au fond de la cale du vaisseau. Il ne fallut que quelques instants à Dewdrop pour crocheter toutes les serrures et libérer les pixies de leur fâcheuse situation.

Pendant ce temps, Xanaph était occupée à couper les amarres qui retenaient le Rietveld en place tandis que Rowan et Aolani luttaient contre les multiples homoncules sur le pont. Malgré leur petite taille, les deux guerriers n’avaient apparemment rien perdu de leur force. Il leur fut donc relativement facile de pousser les automates par-dessus bord.

Lorsque Dewdrop et Valtrex vinrent les rejoindre pour les aider à achever les derniers homoncules, Xanaph était fin prête à tenter d’entrer en communion avec l’élémentaire de feu qui permettain au vaisseau de voler. Grimpée sur la tête de Mirage pour atteindre les commandes, elle fit décoller l’aéronef et l’amena jusqu’à l’Éthérée. Attachant le Rietveld pour le faire remorquer par le plus gros vaisseau, le groupe quitta les jungles de Xen’drik avec un aéronef de plus que ce avec quoi ils étaient arrivés.

De retour à Stormreach, les compagnons de Dewdrop durent apprendre à vivre à une taille de quelques centimètre le temps que la magie des fée ne s’estompe. Ils en profitèrent pour socialiser avec les pixies élémentaires, qui avaient toutes accepté, avec plus ou moins d’enthousiasme selon les individus, de rester vivre à Stormreach.

Plusieurs semaines plus tard, alors que les aventuriers regardaient toujours le monde par en-dessous, Keptolo vint les avertir que les agents du Codex écarlate venaient de rentrer en ville. L’air épuisé, mais surtout enragé, on pouvait certainement s’attendre à des représailles de leur part dans un avenir proche.

View
Ah que le monde est petit
Où on remet les choses en perspective

Un matin du mois de vult 999, avant même le lever du Soleil, les aventuriers ayant élu domicile dans les appartements situés au-dessus du bar anciennement nommé Le Caveau se firent réveiller brutalement par un bruyant tintamarre de casseroles. Prêts à prendre les armes, les aventuriers descendirent pour réaliser que tout ce boucan était causé par la seule présence du pixie Keptolo.

Fidèle à une promesse dont il était le seul à se souvenir, il avait retracé les quartiers de membres du Codex écarlate et y avait fait le guet pendant des jours en attendant qu’une opportunité se présente. Ce matin même, Keptolo avait vu le Rietveld s’arrêter au-dessus de la villa du mage Sphero et commencer à se faire charger de matériel d’exploration. Enfilant à la course leurs armures, Aolani, Dewdrop, Rowan of Delethorn, Valtrex et Xanaph d’Lyrandar suivirent leur allié.

Au-dessus de la cour arrière d’une maison cossues, les compagnons reconnurent le vaisseau bleu serti d’un anneau de flammes à bord duquel les membres connus du Codex écarlate s’étaient enfuis après la destruction de ruines anciennes et la libération d’un immense dragon de glace dans les jungles de Xen’drik. À bord se trouvaient déjà le mage Sphéro et Bravo d’Sivis, l’ancien membre de la Compagnie de la roue noire, ainsi que quelques automates assistant dans l’embarquement des bagages. Alors qu’on faisait monter à bord assez d’équipement pour une expédition d’une semaine, en plus de beaucoup de matériel pour combattre les créatures extraplanaires, les deux agents du Codex furent rejoints par Thalas et ses deux sbires Balala et Dovahkiin.

On songea à saboter le départ de l’aéronef, puis à faire grimper Dewdrop à bord secrètement, mais le premie rplan fut vite rejeté comme inutile et le second comme trop risqué. Quand il ne fit plus de doute que le Rietveld allait prendre les cieux, les compagnons partirent à la course pour mettre la main sur le seul aéronef auquel il savaient avoir accès. Tombant nez à nez avec le frère Bristol, on lui demanda de réquisitionner l’Éthérée. Vues l’urgence et l’importance de la situation, Bristol accepta de se joindre immédiatement à l’expédition. Si Netayef, le seul autre membre de l’Alliance de la lumière était trop loin pour qu’on aille le chercher, Xanaph devrait s’acquitter de la tâche tout aussi bien, sinon mieux.

C’est ainsi que Bristol guida le groupe jusqu’à la clairière sacrée où était cachée l’Éthérée et que le vaisseau se mit en route. Grâce aux yeux perçants de Rowan, on repéra l’anneau de feu du Rietveld. Malheureusement, celui-ci étant plus rapide, il distançait très lentement l’Éthérée.

Après un jour et une nuit, le Rietveld disparu en un instant. On suspecta qu’il soit devenu invisible, ou même qu’il soit passé vers un autre plan, mais l’hypothèse la plus crédible restait qu’il soit tout simplement descendu sous la cime des arbres. Rattrapant sa dernière position connue une vingtaine de minutes plus tard, quelques recherches permirent en effet de le retrouver dans une très petite clairière. Alors qu’on perdait de l’altitude pour aller inspecter le vaisseau bleu et rouge, une dizaine d’automates se mirent à cribler l’Éthérée de carreaux d’arbalète.

On décida donc d’approcher l’autre vaisseau par le sol. Sans espace dégagé suffisamment grand pour se poser, l’Éthérée dut s’amarrer au-dessus du lit d’une rivière. Bristol et Keptolo restant sur le pont, les autres aventuriers se rendirent donc au point d’atterrissage du Rietveld. Restant assez à l’écart pour ne pas attirer l’attention des homoncules, Dewdrop et Valtrex coupèrent les amarres. Tandis que les automates essayaient de comprendre et de corriger la situation, le reste du groupe trouva des traces indiquant que les cinq membres du Codex étaient tous partis explorer la jungle.

En chemin, des voix mystérieuses murmuraient des commentaires dans la langue des élémentaires à propos des membres du groupe, mais aucun coup d’œil dans les fourrés ne permit de découvrir l’origine des voix.

En suivant les traces, le groupe arriva jusqu’à un petit édifice apparemment creusé à même un immense rocher et devant lequel se trouvaient les cinq membres du Codex. Entre les aventuriers et le bâtiment, un ruisseau de goudron bouillonnant bloquait le passage et ne semblait être traversable que par un petit pont bloqué par Balala et Dovahkiin. Réalisant l’intrusion, Thalas ordonna à Bravo de prendre en charge la situation avant de s’enfermer dans le bâtiment en compagnie de Sphéro.

Outre ses deux compagnons, le gnome d’Sivis était entouré d’une vingtaine de créatures arachnides velues de la taille de Dewdrop, que Valtrex reconnut comme des neogis, des aberrations de Khyber qui considèrent que toutes choses et toutes créatures appartiennent à quelqu’un. La présence d’aberrations faisait rager Rowan, mais même lui tentait d’éviter la confrontation physique si possible.

Sans charger eux non plus, les membres du Codex s’étaient assemblés pour discuter entre eux dans ce qui semblait être la langue draconique. Ça et là, un commentaire vraiment blessant à l’égard de Xanaph, Aolani ou un autre membre du groupe, murmuré en commun, rendait encore plus difficile pour les alliés de l’Alliance de la lumière de garder leur sang froid.

C’est quand on entendit la voix de Thalas crier de l’intérieur de la hutte : “Changement de programme, Bravo. N’en laissez pas un s’en allez vivant, On vous rejoint dans une minute.” que la bataille devint inévitatable. Ne s’étant pas fait dire spécifiquement de tuer, Bravo dit à ses alliés de frapper pour assommer, mais le mal était fait. Aolani, Rowan et Xamaph défendirent chèrement leur peau. Valtrex et Dewdrop, qui étaient allées observer l’édifice par une fissure laissèrent vite leur poste d’Observation pour aller prêter main forte à leurs compagnons.

Les neogis furent décimés, et les trois agents du Codex assomés. Seul Bravo fut gardé conscient pour pouvoir répondre aux questions. Il expliqua que Thalas et Sphero avaient trianguler le point central de la conjonction entre les plans d’Eberron et de Kiyhrii, le plan du chaos élémentaire, qui avait eux lieu quelques mois plus tôt. Se demandant si cela n’aurait pas laissé d’indice en lien avec la prophétie draconique, quelques membres du Codex avaient monté une expédition vers l’endroit. Il en profita aussi pour dire, non sans se vanter, qu’il était un agent du Codex depuis les tous débuts, agent double pendant plus d’un an.

Pendant le combat, l’entrée du mystérieux bâtiment de pierre s’était apparemment scellée magiquement. Même la fissure par laquelle Dewdrop et Valtrex avaient vu Thalas et Sphero entrer était désormais trop petite même pour que la pixie puisse y passer sa tête. Alors qu’on cherchait une autre issue, Bravo chuchota : “Bien joué Dovahkiin. Ils n’y ont vu que du feu. À mon signal, tu leur balance une vague d’acide.”

Prudents mais sceptiques, les compagnons se séparèrent pour éviter l’assaut, mais restèrent en position défensive. L’attaque ne vint jamais et Dovahkiin semblait tout aussi inconscient qu’à la fin du combat.

Les voix étranges, le comportement bizarre des leaders du Codex, le fait qu’on eut entendu clairement la voix de Thalas alors que Dewdrop et Valtrex n’avaient entendu aucun son provenir de l’intérieur de la cabane…. Tout cela s’additionnait pour indiquer que quelqu’un essayait de monter tout le monde les uns contre les autres.

Faisant comme si de rien n’était, Rowan épiait les environs du coin de l’œil, jusqu’à ce qu’il voit une créature humanoïde de la taille de Dewdrop se faufiler entre les branches. Au signal de Rowan, Valtrex sauta sur la créature avec sa forme de centipède et la serra entre ses multiples pattes. La créature ressemblait superficiellement à Dewdrop, mais ses cheveux et ses yeux étaient d’un rouge écarlate,. et ses ailes ressemblaient davantage à deux flammes qu’aux ailes d’un insecte. Incapable de fuir, la minuscule femme demande à ses alliés de sortir de leur cachette.

Partout autour, une dizaine d’autres fées, mâles et femelles, apparurent. Étrangement, bien que leurs apparences varient énormément, toutes avaient un ou des traits rappelant un élément de base. Certaines avaient des traits aquatique rappelant ceux de Dewdrop, mais en plus prononcés encore, d’autres avaient la peau luisante comme de l’argent poli ou bien granuleuse comme du gravier. D’autres encore volaient librement sans avoir à rester au raz du sol. Xanaph émit l’hypothèse qu’il s’agissait là d’habitants de Kythrii restés coincés sur Eberron après la séparation des deux plans.

Pour survivre, les pixies chaotiques ont usé des tactiques qu’elles avaient perfectionné sur Kythrii, notamment en montant leurs ennemis les uns contre les autres pour vaincre sans avoir à se battre, mais elles désespéraient maintenant de rester coincées à jamais sur Eberron. Malheureusement pour les pixies, il est absolument impossible de prévoir la prochaine conjonction avec le plan du chaos. Désirant en discuter dans un endroit plus sécuritaire et assurant les Dewdrop et les géants avec qui elle voyageait qu’il était tout aussi impossible de prévoir quand le bâtiment, lui aussi venu de Kythrii allait s’ouvrir, les pixies invitèrent leurs nouvelles connaissance à venir se désaltérer dans leur village. Les compagnons n’ayant pas eu le temps d’apporter ni eau ni nourriture, ils se firent presque forcés d’accepter.

Le village en question était plutôt un campement de fortune. Une trentaine de cabane creusées sous la base de gros arbres ou à même les immenses champignons que l’on retrouve dans la jungle de Xen’drik abritaient chacune quelques pixies supplémentaires, toutes avec une apparence marquée par un des éléments de base de la nature.

Le camp était également entouré de torches bleues irradiant non pas de la chaleur mais du froid. Les pixies indiquaient que c’était pour tenir le dragon à l’écart du village. En regardant attentivement, les compagnons virent bien un petit dragon rouge de la taille d’un chat voleter autour du camp. Quoi qu’il en soit, les défenses semblaient marcher, car il ne s’approcha jamais plus près que la ligne de torches.

L’escorte des compagnons ligota Bravo et ses deux acolytes à un arbres pendant que d’autres pixies apportaient nourriture et rafraîchissements. Les portions étaient si petites qu’il fallait les prendre du bout des doigts. Aolani dut même se faire assister par une des pixies pour arriver à porter un des verres de nectar à ses lèvres. Dewdrop, quant à elle, en tant que consœur pixie, eux droit à un repas spécial rien qu’en son honneur. Alors que la fête battait son plein sans nouvelles du bâtiment de pierre élémentaire, les compagnons se sentirent pris à tour de rôle d’une étrange fatigue. Récitant une brève incantation, Xanaph détecta la trace d’un sortilège sur les restes de son repas, mais c’était trop tard. Elle et ses quatre camarades tombèrent dans un profond sommeil.

Quant Dewdrop se réveilla, il faisait déjà presque soir et toutes les pixies avaient disparu. cherchant ses alliés pour les réveiller, elle constata avec horreur qu’elle était devenue aussi grande qu’eux. Sans arriver à comprendre ce qui se passait, elle rassembla tout le monde un peu partout dans le village, et c’est là que l’explication lui sauta aux yeux: elle n’avait pas grossit, sans quoi le campement lui serait apparut beaucoup plus petit, mais c’est plutôt ses compagnons et leur équipement qui avaient rapetissé.

Autour du camp, aucune trace des autres pixies, des trois prisonniers du Codex, ou même du mobilier qui avait servi à la fête. Hésitant, les cinq aventuriers se dirent qu’ils pourraient profiter de la situation pour voir si une brèche, même longue de seulement quelques centimètres, ne se serait pas ouverte dans l’édifice de pierre.

Au moment de traverser le petit pont enjambant la dorénavant immense rivière de goudron, une énorme force rouge fonça pour leur bloquer le passage. Du point du vue d’une pixie, le minuscule dragon avait l’air bien plus impressionnant. Semblant être fait de flammes pures, il rappela la fresque vue dans le bol au-dessus des ruines dans la jungle, là où un gigantesque dragon de glace s’était échappé.

Plus stupide que les dragons d’Eberron, mais tout de même doté de la parole, le dragon expliqua être affamé et que les proies du monde des géants ne parvenaient pas à le sustenter. S’entourant d’un nuage de gaz toxiques grandissant à vue d’œil, le dragon plongea. Pour compliquer les choses, des bulles de goudron se retrouvèrent projetées sur la rive du ruisseau et prirent vie, fonçant elles aussi vers les héros. Si le combat se poursuivit au point où le dragon parvint à mettre le feu à son nuage de gaz, arrivant ainsi à brûler vif tous ses adversaires à la fois, il fut tout de même exécuté et poussé dans le torrent de goudron.

La voie libérée et ne souhaitant pas rester là pour se faire attaquer par d’autres gouttelettes meurtrière, le petit groupe s’en alla jusqu’aux abords de la mystérieuse construction pour se reposer un peu avent de passer à l’action.

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.