Les Dessous de Xen'drik

Le retour de l'île aux quatre défis
Où les pièces du puzzle se mettent en place

S’accrochant à la paroi rocheuse au-dessus de l’entrée de la caverne où se trouvaient leurs rivaux de la Compagnie de la roue noire, les cinq compagnons tentaient d’établir un plan. Pendant de longues minutes, on débattit de ce qui serait le mieux entre une attaque surprise à l’intérieur de la grotte et un leurre qui forcerait les autres à passer sous l’eau pour venir se mettre à découvert.

Après de longues discussions, c’est finalement la première option qui fut choisie. Valtrex et Dewdrop se faufilaient pour frapper furtivement alors que Rowan, Xanaph et Aolani suivaient en nageant dans le tunnel d’entrée.

À l’intérieur, dans une grande pièce éclairée à la chandelle, se trouvaient Stragia et Sangri d’Medani, accompagnés du petit forgelier nommé Lescout et du gnoll Maanhaar Ashpaw, entouré d’un essaim de chauves-souris. Fidèle aux talents de sa famille, Sangri fut le seul à entendre les deux intrus arriver. Comme le tunnel se trouvait dans une zone mal éclairée, il en tâta le fond en plantant plusieurs fois sa lance, mais sans succès. Lescout voyant là une occasion de sa battre et de briser la monotonie de l’attente, alluma un cristal sur son torse et descendit les marche menant sous l’eau.

En le voyant arriver, Valtrex et Dewdrop reconnurent leur dernière chance de frapper par surprise et lâchèrent leurs plus puissantes techniques. Dans les secondes qui suivirent, tout le monde se joint à la mêlée. Si le début du combat se révéla être difficile pour les associés de l’Alliance de la lumière, coincés comme ils étaient dans le’étroit corridor d’entrée, les choses se rétablirent après qu’on ait assommé Sangri, l’empêchant de guérir ses alliés.

Alors que les compagnons se battaient de façon non létale et que Sangri et Stragia en faisaient de même, le gnoll et le forgelier, eux, attaquaient clairement pour tuer, et ce malgré les multiples invectives de Stragia leur rappelant que Veren d’Tharashk avait ordonné que les adversaires soient faits prisonniers.

Maanhaar perdit sa seconde ligne de défense quand Lescout mordit la poussière et tomba inactif sur le sol. Après avoir sacrifié ses familiers pour bloquer les attaques contre sa personne, le gnoll dut se défendre en corps-à-corps, où il se battait férocement, mais avec nettement moins d’efficacité. Il tomba inconscient, tout comme Stragia. Rowan profita de l’occasion pour achever Maanhaar et Lescout afin qu’Ils ne se relèvent pas.

Au moment où son marteau écrasait le crâne de métal du forgelier, une petite boîte ailée se détacha de sa carcasse et s’envola tout droit vers la sortie. Xanaph reconnu l’objet comme un homoncule messager capable d’aller raconter à son destinataire les détails des dernières minutes de la vie de son porteur. Chacun tenta de l’abattre, mais le messager étant lui aussi couvert d’Une armure de métal, les coups rebondirent sans faire le moindre dégât. Le messager fut finalement arrêté par le sahuagin mutant que le groupe avait combattu plus tôt et dont Aolani avait fait un zombi servile. Lui ordonnant de lancer son trident sur le mécanisme volant, le mort-vivant fit mouche et arrêta le dernier espoir de Lescour.

Piratant la boîte comme elles l’avaient fait avec la pièces de puzzle piégée, Xanaph et Dewdrop apprirent que le destinataire n’était pas Veren d’Tharashk, mais plutôtXillich d’Lyrandar.

Hésitants à activer la serrure avec toutes les blessures, mais conscients que les forces de la Compagnie risquaient d’arriver d’un moment à l’autre, surtout avec le kidnapping récent de Dharmah d’Cannith et avec le Rietveld bien visible au-dessus de l’Île aux quatre défis, les compagnons retroussèrent leur manches et, grâce à un rituel de divination invoqué par Aolani, plaça chacune des pièce du casse-tête dans le socle.

Les murs de la pièces furent remplacés par un large dôme de lumière et, un instant après, tout le monde, Sangri et Stragia compris, se trouvait dans une pièce carrée dont chacun des murs était remplacé par un des quatre éléments primordiaux: l’air, le feu, la pierre et l’eau. Au fond de chaque zone élémentaire, une créature vaguement humanoïde, une pour chaque élément, apparut et avança de façon menaçante. En langue primordiale et dans un vocabulaire simpliste, elles expliquèrent qu’elles servaient de test pour éliminer ceux qui seraient trop faibles pour contrôler ce qui se trouve plus bas.

Au cours du combat, les élémentaires d’eau et de pierres utilisèrent des attaques qui ciblaient tous les adversaires dans une grande zone. Sangri d’Medani eut la chance de rester à deux doigts de la mort, mais Stragia se retrouva avec la nuque brisée par un tremblement de terre.

Malgré la mort de leur ancienne collègue, les cinq aventuriers réussirent à vaincre les quatre élémentaires aux styles de combat si différents. Une fois les créatures vaincus, il ne se passa rien, mais Valtrex aperçut une petite porte qu fond de la section remplie d’eau. Plongeant, Dewdrop alla crocheter la porter pour l’ouvrir et y découvrir un océan immense, sans surface ni fond, peuplé de sirènes et d’autres créatures jamais vues ailleurs.

Profitant de la protection donnée par son tatouage tribal, Aolani fit de même avec la zone de feu et découvrit un monde de flammes et de lave. Xanaph sauta de nuage en nuage puis s’agrippa au mur de la zone d’air pour ouvrir la troisième porte. La dernière était cachée derrière un énorme roc. Rowan aurait pu en venir à bout à coups de marteau si on lui avait donné une heure, mais Valtrex repéra une fissure juste assez large pour la pixie du groupe. Dewdrop s’exécuta et, encore une fois, la pièce se retrouva baignée de lumière et tout le monde, sauf Stragia, se retrouva dans une autre salle.

Cette dernière salle était de forme carrée, éclairée par quatre brasiers situés dans les coins. Juchées sur des corniches au-dessus des brasiers se trouvaient quatre sculptures de gargouille. Au centre, un piédestal de pierre brute était balayé sans cesse par un courant d’air glacial. Enfin, il y avait sur le sol deux de ces étranges forgeliers de cristal tel qu’on en avait vu dans des ruines au cœur de a jungle. À la manière dont les courant d’air bougeaient, Rowan réalisa qu’il y avait un grand objet invisible posé sur le piédestal. Xanaph s’approcha pour tâter la chose et en souleva la partie supérieure, en forme de bol ou de coupe. C’est à ce moment que les mécanismes de la pièce se mirent en marche.

Les deux forgeliers se relevèrent instantanément, armes aux poings. Deux des gargouilles s’envolèrent pour plonger sur les aventuriers, alors que les deux autres baissaient simplement les bras, révélant un torrent d’eau froide qui éteignit deux des brasiers. Au rythme où l’eau coulant, il ne faudrait pas plus de dix minutes pour que son niveau atteignent le plafond et noie tout le monde excepté Dewdrop.

Par télépathie, les des étranges forgeliers firent comprendre à tout le monde qu’ils étaient les derniers gardiens de l’arme ultime. Au lieu de se battre, Dewdrop et Xanapah usèrent de leurs talents de négociatrices pour faire comprendre aux forgeliers qu’ils avaient tout intérêt à les aider. Pendant que le reste du groupe s’occupait des deux gargouilles agressives, le niveau de l’eau continuait cependant à monter. Sangri d’Medani, toujours inconscient, se serait rapidement noyé si Aolani ne l’avait pas pris pour le maintenir hors de l’eau. Dewdrop tenta de boucher les tuyau apportant l’eau dans la salle, mais ne réussit qu’à en diminuer le débit de moitié.

Les deux forgeliers finirent par comprendre que, avec le retour des dragons élémentaires, il était temps de laisser partir l’arme secrète qu’ils gardaient. Valtrex tenta en vain de les convaincre de venir avec le groupe, mais ils considéraient leur tâche accomplie et n’avaient aucun désir de poursuivre leur existence plus loin. Encore une fois la pièce se couvrit de lumière et tout le monde se retrouva à l’extérieur, sur le dessus de l’Île aux défis avec l’arme invisible quelque part entre eux. Une nuit entière semblait avoir passé depuis le combat contre les sahuagins. Le Rietveld était lui aussi toujours là et on se dépêcha de monter à bord. Bien leur en pris, car une immense colonne de lumière jaillit de la presqu’île, consumant les arbres du dessus comme la pierre en-dessus et ne laissant qu’un tas de laves fumantes.

Les dragons avaient continué de descendre et certains commençaient à s’en prendre aux plus hautes structures de Stormreach. La marée avait aussi continué à monter. Les rues près de la baie étaient maintenant recouvertes de près d’un mètre d’eau. Des dizaines de sahuagins armés de tridents s’engouffraient dans la ville livrée au chaos, abattant quiconque tentait de s’opposer en eux.

Maintenant en possession d’une arme ancienne, mais n’ayant aucune idée de comment s’en servir, le groupe se trouva un peu au dépourvu. Surrayana proposa de contacter sa sœur Lauraszacrel pour demander conseil. Xanaph s’exécuta à l’aide d’un rituel et la shulassakar répondit brièvement qu’elle pourrait leur expliquer comme utiliser l’arme si on allait la rencontrer à la tête de l’hydre. Trivial se souvint d’une taverne de ce nom dans la cité de Sharn mais, pour Rowan et Valtrex, il s’agissait sans doute plutôt d’une immense rivière aux multiples bras située dans la partie centrale de Xen’drik.

Voyant une barque remplies d’agents de la Compagnie s’avancer vers le Rietveld malgré les sahuagins, on ne pris pas le temps de préparer ses bagages et on mit le cap directement vers la tête de l’Hydre. Avec à son bord les cinq compagnons, mais aussi Trivial, Keptolo, vingt pixies élémentaires, Surrayana, ses quatre enfants adoptifs, de même que les prisonniers Dharmah d’Cannith et Sangri d’Medani, le ravitaillement allait rapidement devenir la première priorité.

View
Pour quelques divinations en plus
Où on contrecarre les plans de l'ennemi

Dans les jours suivant leur retour des montagnes du nord, les aventuriers alliés à l’Aliance de la lumière se demandaient quoi faire des quatre morceaux de la clé circulaire qu’ils avaient récupéré des mains des agents de la Cabale des ombres. Il avait été question de les séparer et de les cacher dans quatre endroits différents, connus chacun d’une seule personne. Avant cela, cependant, Xanaph et Valtrex eurent l’idée de demander à Aolani d’Invoquer quelques rituels pour extraire des informations de ces quatre objets.

Un a un, les morceaux de la clé révélèrent des informations sur leur passé. On appris qu’ils furent créés il y a longtemps par une créature formée essentiellement d’énergie élémentaire primaire, que cette cet être a remis au moins un morceau en personne à des elfes qui venaient tout juste de s’affranchir de l’esclavage des géants et que cet objet fut passé d’elfe en elfe pendant au moins trois générations. Un autre morceaux avait été à un moment donné en la possession d’un géant de race indéterminée et un troisième avant été porté par un petit humanoïde reptilien.

À un certain moment, sous un ciel couvert de dragons, des représentants de ces trois races et d’une quatrième non identifiée se sont réunis pour forger une sorte d’alliance. Un certain temps plus tard, quatre individus assemblaient les morceaux dans ce qui semble être la stèle de l’île aux quatre défis puis, plus tard encore, les enfermaient dans les coffres où ils seront retrouvé des siècles ou des millénaires plus tard.

Le dernier morceau révéla cependant quelque chose de tout à fait différent. Il n’avait pas été forgé dans l’éther, mais dans un laboratoire, par nulle autre Dharmah d’Cannith pour le compte de Veren d’Tharashk, qui le remis ensuite à Xillich d’Lyrandar. Le morceau fut ensuite dérobé facilement dans les édifices des Douze par ce qu’on croit être la bande de Taïpan.

En observant attentivement le fragment, Rowan décela une petite tige noire qui ne se trouvait pas sur les trois autres. L’analyse magique de Xanaph révéla qu’il émanait d’elle une aura de divination différente de celle d’abjuration des trois autres pièces. Des tests plus poussés révélèrent ce que plusieurs s’étaient mis à redouté, soit que quelqu’un, quelque part, pouvait savoir exactement où se trouvait ce morceau et entendre tout ce qui se disait à proximité, comme avec une pierre magique de la maison Sivis qui fonctionnerait à sens unique seulement. Cela impliquerait que toutes les conversations des dernières heures seraient connues de quelqu’un ‘autre, probablement la Compagnie de la roue noire, et qu’ils auraient compris que les aventuriers savent que le morceau est un faux.

Risquant le tout pour le tout, Dewdrop, aidé des prouesses arcanes d’Aolani et Xanaph, tenta de pirater la tige pour ouvrir le canal de communication dans l’autre sens. Après de longs efforts, on entendit la voix de Veren d’Tharashk qui discutait avec Stragia, Sangri d’Medani et deux autres personnes inconnues. Le commandant se demandait à voix haute si, puisque que la supercherie avait été découverte, il valait encore la peine d’attendre en espérant que les adversaires ne viennent se jeter dans le piège. L’eau bloquant apparemment la sortie de l’endroit où ils se trouvaient, Veren indiqua qu’il ne servait pas à grand chose de s’en aller pour le moment. Il sortirait seul grâce à ses objets magiques, se débrouillerait face aux sahuagins et reviendrait avec de l’aide, probablement celle de Dharma, dès le lendemain. Entretemps, les quatre autres devaient rester sur leurs gardes au cas où ceux en possession des autres fragments de la clé ne décident de foncer en se disant qu’ils ne risquent rien puisqu’ils savent que c’est un piège.

Pour empêcher de laisser fuir d’autres informations, Valtrex mis le morceau piégé dans son sac dimensionnel avant de transformer sac et fragment avec elle dans sa forme de mille-pattes géant. Tant qu’elle resterait ainsi, au moins, l’émetteur ne fonctionnerait pas. On s’apprêtait à descendre poser quelques questions à Trivial quand le forgelier monta de lui-même, abandonnant exceptionnellement le comptoir de son bar. Il demanda aux autres s’ils avaient eu connaissance d’un fragment de prophétie concernant les lunes d’Eberron. Il demandait cela parce que, bien que les marées de la planète , influencées par ses douze lunes, soient pratiquement chaotiques, la marée n’était pas redescendue de son maximum depuis plus de 24 heures. Plus inquiétant encore, au moins trois dragons étaient vus volant haut au-dessus de Stormreach et une pluie aussi soudaine qu’intense commençait à s’abattre sur la ville.

Intrigués par ce phénomène, les compagnons ne mirent pas moins à exécution leur plan d’aller intercepter Veren et Dharma directement aux quartiers des Douze. Se rendant sans problème dans le district des maisons à dracogrammes, Rowan, Dewdrop, Valtrex et Aolani furent interceptés par Morley, Xilliich et quelques gardes des Douze, qui leurs firent clairement comprendre qu’ils n’étaient plus les bienvenus. Qu’à cela ne tienne, Dewdrop et Valtrex se faufilèrent par une des fenêtre pour explorer le bâtiment et retrouver Veren dans un des laboratoires de la maison Cannith, en compagnie de Dharma. Rejointes par leurs deux compagnons, elles entrèrent discrètement dans le laboratoire. Comme Veren était déjà parti, on choisit de s’en prendre à Dharma. L’artificière n’eut pas le temps de se défendre qu’elle était déjà inconsciente et mise dans une caisse.

Plutôt que de fuir par où ils étaient entrés, le groupe de quatre prit les escalier pour monter le plus haut possible. Arrivés à un bacon juste en-dessous du quai d’ancrage du Triskaïdeka, le vaisseau-forteresse de la Compagnie de la roue noire, les compagnons semblaient être pris au piège, avec des gardes qui viendraient inévitablement à leurs trousses mais, entre les nuages de pluie, le Rietveld arriva avec Xanaph à la barre, qui lança une corde pour récpérer tout le monde.

Dans les précieuses minutes qui suivirent, Valtrex utilisa sa magie pour contacter les shulassakars rencontré dans la dernière année et leur demander conseil. La première, Lauraszacrel, les traita d’idiots avant de leur dire d’utiliser les pièces du casse-tête avant qu’il ne soit trop tard. La seconde, Surrayana, en savait moins, mais leur donna rendez-vous chez elle.

Entretemps, Rowan, Dewdrop et Aolani interrogeaient Dharma. Elle révéla que l’ordre de faire un faux venait de Veren lui-même. Le commandant suspectait la présence d’un traître dans son organisation et le stratagème avait permis d’augmenter les soupçons à l’égard de Xillich d’Lyrandar.

Pour récupérer le morceau laissé à Trivial, le vaisseau s’Immobilisa au-dessus de l’auberge, où toutes les pixies grimpèrent à bord en plus du forgelier. Sentant un danger imminent, elles ne tenaient pas à rester seules.

On alla ensuite chercher Surrayana et ses quatre enfants à demi yuan-ti dans les bas fonds de la ville.

Pendant ce temps, les trois énormes dragons descendaient de plus en plus près de la ville et étaient maintenant accompagnés de dizaines de petits dragons allant de la taille d’un humain à celle des plus grosses bêtes des plaines de Talente.

Suivant l’invective de Lauraszacrel, il fut décidé d’aller activer le sceau dans l’île aux quatre défis. L’entrée de la caverne était cependant caché sous les eaux de la marée haute et infestées de requins. Dewdrop plongea pour réaliser que le passage avait été barricadé de l’intérieur. Elle put facilement dire aux requins de s’éloigner, mais leurs maîtres, des sahuagins dont un mutant à quatre bras, leur ordonnèrent de revenir s’attaquer à la pixie.

Aolani et Rowan plongèrent pour prêter main forte à Dewdrop en attirant sur eux les attaques des requins tandis que Xanaph s’envolait hors du vaisseau pour faire de même. Valtrex reprit d’abord sa forme de drow pour attaquer les requins tout en restant sur le pont de l’aéronef, mais elle finit par sauter elle aussi pour s’en prendre physiquement aux sahuagins. Les héros furent encore une fois victorieux, mais ne surent jamais pourquoi les sahuagins avaient attaqué puisque personne ne comprenait la langue des hommes-poissons.

Quoiqu’il en soit, la voie était maintenant libre pour pénétrer dans le hall du l’île aux quatre défis. Dewdrop plongea pour défaire les verrous de la porte d’entrée, puis Aolani et Rowan parvinrent ensuite à retenir leur souffle assez longtemps pour défaire les barricades derrière. S’avançant furtivement, Valtrex sortit la tête de l’eau pour écouter et reconnut les voix de Stragia et Sangri, en plus des deux personnes non identifiées entendues plus tôt. Le piratage de la fausse clé avait permis de confirmer que ces quatre étaient bel et bien en possession du fragment manquant. Il ne restait qu’à voir si on pouvait le leur soutirer par la négociation ou si on allait devoir se battre pour l’avoir.

View
La chute
Où la prophécie se déchaîne

Au fond du cratère du volcan actif, le combat de Dewdrop, Xanaph, Valtrex et Aolani contre Erebus faisait rage de façon violente. Aidé par deux créatures des ombres qu’il avait conjurées grâce à un secret appris de son maître, le vampire affaiblissait constamment ses adversaires. Comme lors de leur deux dernières rencontres avec le mort-vivant, les aventurières devaient payer chèrement la moindre blessure qu’elles infligeaient à l’ancien prêtre, qui avait en plus la capacité de se régénérer.

Toujours à la barre du Rietveld, qui flottait en place au-dessus du volcan, Rowan entendait plus qu’il ne voyait le combat qui se déroulait en-dessous de lui. Du coin de l’œil, Rowan aperçut à un certain moment Xorchilit qui rampait hors du cratère et qui sectionnait les câbles tendus par les aventurières avant de filer en douce. Rowan fut tenté de quitter temporairement l’aéronef pour tenter de mettre la main au collet de l’homme-lézard aberrant, mais les cris de peur et de douleurs de ses compagnes le poussèrent plutôt à plonger à l’aide de cordes jusqu’au fond du volcan.

Atterri en catastrophe, Rowan leva son marteau pour venir en aide à ses alliées. Maintes fois blessé et brulé vif par la lave dans laquelle il avait été poussé, Erebus décida de tirer sa révérence une fois de plus en se changeant en nuage de vapeur. Les compagnons choisirent cependant d’ignorer les attaques des deux créatures d’ombre pour quelques instants, le temps d’en finir une fois pour toutes avec Erebus.

Le groupe élimina ensuite une des deux êtres conjurés par le vampire avant de réaliser qu’il n’y avait aucune raison de risquer leur peau à rester combattre le dernier. Xanaph s’envola pour attraper la corde descendue par Rowan puis se hâta d’aller aux commandes du vaisseau pour le stabiliser et le descendre prudemment dans le cratère. Les autres se dépêchèrent de grimper à leur tour malgré les tirs de la dernière créature d’ombre. Grand bien leur en pris, car la lave dans le volcan commença à grimper à une vitesse inquiétante.

S’écartant tout aussi rapidement, les compagnons purent voir la lave déborder du cratère et commencer à s’écouler de tous les côtés. Quelques instants plus tard, cette simple coulée fut remplacée par une gigantesque explosion. Du cratère volcanique s’élevait un gigantesque dragon entièrement fait de lave et de flammes, projetant autour de lui des débris et d’autres créatures de flammes par dizaines. À une vitesse ahurissante, le dragon fila dans les nuages et disparut.

Quelques instants plus tard, la lueur de la coulée de lave permit au groupe de voir Ferrimark en train de se battre contre un groupe de mages et d’archers. À y regarder de plus prêt, il s’agissait de l’unité de la Cabale de ombre menée par Taïpan. Accompagnée d’un autre tielfling, de deux demi-orques, trois féraux et une demie-drow, Taïpan tirait à répétition sur le dragon de fer. Ce dernier plongea dans le tas et ne fit qu’une bouchée de la drow. Ferrimark reprit ensuite son envol pour cracher son terrible souffle d’électricité et griller les deux demi-orques d’un seul coup. Un tir combiné des cinq survivants toucha cependant un organe vital du dragon et celui-ci lâcha un dernier jets d’éclairs avant de s’écraser au sol immobile.

Après délibération, le groupe d’aventuriers décida de se rendre auprès du village de goliaths pour aider l’évacuation, si nécessaire. Chemin faisant, on fouilla les possessions d’Erebus qui avaient été ramassées plus tôt. À la surprise de tous, on trouva un morceau de la clé circulaire qui avait été divisée entre les quatre factions pourchassant la prophétie draconique. Il ne s’agissait pas de la clé dérobée à l’Alliance de la lumière, mais bien d’un autre morceau.

Arrivés près du village de goliaths, les compagnons durent lutter contre un groupe de créatures de feu qui avaient été projetées par le réveil du dragon. Les guerriers goliaths tenaient à l’écart quelques-unes d’entre elles, mais ils n’étaient pas de taille à s’attaquer aux plus coriaces. Pour compliquer le tout, la coulée de lave avançait directement vers l’endroit où les quatre bêtes les plus fortes s’étaient rassemblées. Les monstres ne se préoccupaient guère de la chaleur, mais les atteindre en mêlée devenait une tâche des plus périlleuses. Malgré cela, les compagnons furent encore une fois victorieux.

Libérés des monstres de feu qui avaient atterri dans leur village, les goliaths étaient libres de se déplacer vers les hauteurs. Les compagnons leur indiquèrent le chemin pour se rendre au repaire de Ferrimark, qu’on supposait maintenant désert. Les goliaths apprirent au groupe que, dans la confusion, le changeling connu sous le nom de Derecka Tran s’était échappé mais, vus les circonstances, cela était devenu un souci plutôt mineur.

Les aventuriers retournèrent alors rapidement à leur aéronef et filèrent vers l’antre du dragon. Les motivations derrière ce geste étaient multiple. On voulait d’abord s’assurer que le repaire était bel et bien sécuritaire pour les goliaths qui s’en venaient, mais on cherchait aussi à arriver avant les agents des autres factions de sorte à être les premiers à piller le trésor amassé par Ferrimark au fil des décennies.

Après un bref inventaire des objets magiques, œuvres d’art et métaux précieux gardés dans la tanière du dragon, les cinq comparses s’installèrent confortablement pour se reposer en attendant l’arrivée des goliaths. Environ une heure plus tard, le groupe fut réveillé par des cris venant de l’extérieur. Il ne s’agissait pas de goliaths, mais plutôt des survivants de la bande de Taïpan. Dans la nuit, seuls les yeux perçants de Valtrex pouvaient la distinguer correctement, tandis que Rowan et Aolani ne voyaient rien du tout.

Taïpan était apparemment venus pour proposer un marché. Ayant déjà appris que les héros de l’Alliance de la lumière étaient en possession d’un des quarts de la clé circulaire, elle leur montra qu’elle possédait également un fragment de clé semblable. Elle offrit un duel entre les deux groupe: les vainqueurs récupérant les deux morceaux et les trésors de la caverne du dragon. Les héros se rendirent bien compte qu’ils n’avaient guère le choix. Si on refusait le défi, rien n’empêchait Taïpan et sa bande d’attaquer quand tout le monde serait couché, et il fallait sécuriser l’endroit avant l’arrivée prochaine des goliaths.

Bien sûr, le groupe d’artillerie avait choisi le moment et l’endroit à leur avantage. Dans le noir, de l’autre côté d’une étroite tranchée, le groupe de féraux et de tieflings avait l’avantage sur tous ceux qui combattaient en mêlée ou qui ne voyait pas bien dans le noir. Les hostilités furent ouvertes par un des féraux, qui combina tir à l’arc et magie primale pour empoisonner tous ses adversaires d’un coup. Certains se débarrassèrent de cet effet rapidement, mais Dewdrop resta affectée pendant près d’Une minute, drainant ses forces jusqu’à la limite de l’évanouissement. Petit à petit, malgré le désavantage de départ, le groupe de l’Alliance prit le dessus sur ses adversaires. Après un long combat, les agents de la Cabale étaient tous hors d’état de se battre.à

Respectant sa parole, Taïpan remis la bourse dans laquelle on l’avait vu ranger la pièce de casse-tête avant d’ordonner à ses alliés blessés de rebrousser chemin. À la grande surprise de tous, il n’y avait pas un mais trois morceaux de la clé circulaire dans le sac. Il semblerait que Taïpan ait eu en sa possession tous les morceaux sauf un. Tous les compagnons auraient voulu savoir pourquoi elle s’était montrée si généreuse alors qu’elle aurait pu remettre un seul morceau et tout de même garder sa parole, mais des torches au loin marquaient déjà l’arrivée des goliaths, et chacun était bien trop épuisé pour poursuivre qui que ce soit avant le lendemain matin.

View
Quand la prophétie contre-attaque
Où le passé récent nous rattrappe à toute vitesse

Bien souvent à Stormreach, une surprise n’arrive jamais seule, c’est ainsi que commença le premier jour de therendor, aux petites heures du matin, par Trivial ayant convoqué tous ses compagnons pour leur faire part d’une révélation. Après avoir eu une brève intuition, il lui était venu à l’esprit de dresser la liste des prénoms de tout ceux résidant dans l’immeuble abritant Les Charmes de Kythri (anciennement Le Caveau). En comptant lui-même. Aolani, Dewdrop, Keptolo, Valtrex, Xanaph d’Lyrandar et les 19 pixies élémentaires ramenées de la jungle de Xen’drik, il se trouvait que l’ensemble n’utilisait comme première lettre de leur nom qu’une et une seule fois chacune des 26 lettres de l’alphabet commun. Il ne savait pas quoi faire de cette information, mais cela était clairement trop fort pour être une coïncidence (les chances que cela arrive par hasard n’étant que d’une sur 15.26 milliards).

Quelques instants plus tard, ce fut au tour de Surrayana de cogner à la porte de la taverne. Venue pour repayer la dette qu’elle redevait aux aventuriers de l’endroit pour l’avoir épargnée elle et ses enfants adoptifs, elle allait leur confier des informations qu’elle avait pourtant juré à sa supérieure Sesstaria de ne jamais révéler.

La sœur de Surrayana, Lauraszacrel, était partie il y a près d’un an de cela en direction du désert de Mechtarun avec un escorte de thri-kreens et de troglodytes. Récemment, elle avait contacté Surrayana pour lui dire qu’elle avait trouvé des ruines enfouies dans le sable avec des morceaux de fresque faisant penser à des fragments de prophétie. Comme les shulassakars ont juré de détruire ces fragments pour empêcher qu’ils ne tombent entre de mauvaises mains, Laura s’était mise à l’œuvre, mais un tremblement de terre causant l’ouverture d’un trou béant et la libération d’une volée de dragons de terre et de pierre, dont un de plus de 10 mètres de long. Le tout était assortis de fragments de prophétie comme quoi les quatre déclencheraient la première de quatre libérations. Espérant que cette information privilégiée soit d’une quelconque utilité aux héros, Surrayana quitta promptement en espérant que personne ne devrait quoi que ce soit à l’autre la prochaine fois qu’ils se rencontreraient.

Jamais deux sans trois, dit le proverbe. Quelques minutes plus tard, Xanaph reçut un message télépathique du frère Mahdi, appelant à l’aide alors que ses compagnons de l’Alliance de la lumière défendaient l’Héritier de Siberys contre une attaque-surprise.

Suivie de Dewdrop, Aoloani et Valtrex, Xanaph se mit à la course vers le port de Stormreach. Arrivée la première, Valtrex s’arrangea pour affairer une barque pour ses compagnes. L’Héritier fumait ça et là et enfonçait dans la baie bien plus profondément qu’à l’habitude. Une fois à côté du navire, aucun signe de combat. Quelqu’un lança une échelle de corde aux quatre aventurières et les fit monter à bord. Là, le frère Bristol leur expliqua rapidement la situation. Alors que le Soleil venait de se lever, un groupe de cinq ou six bandits vêtus de noir et au visage couvert avaient surgi sur le pont et rapidement maîtrisé tous les membres d’équipage. Grâce à l’intervention de Bristol, Mahdi et leurs alliés, il n’y avait eu aucune perte de vie, mais les assaillants s’étaient tous enfuit.

Étonnamment, ils ne semblaient pas avoir eu pour but d’assassiner qui que ce soit, ou encore visé l’or ou la réserve de parchemins magique. Il fallu un moment pour que Mahdi monte de la cale et indique qu’Il n’y manquait qu’un seul article: la cassette contenant le fragment de clé circulaire de l’Alliance de la lumière. Les suspects se dirigèrent directement vers les trois autres factions, mais comment savoir laquelle?

Ne perdant pas un instant pour partir aux trousses des attaquants, Dewdrop plongea dans l’eau chaude de la baie pour tenter de trouver des traces. Des algues aplaties la menèrent jusqu’à la rive, à partir de où Xanaph et elle interrogèrent les gens pour trouver où étaient passées cinq ou six personnes vêtues d’habits de plongée. La piste les mena tout droit vers le chantier naval de la maison Lyrandar, puis jusqu’au mur séparant celle-ci de l’enclave Kundarak.. Grimpant aussi discrètement que possible sur le mur en question, les héroïnes virent au loin le Triskaïdeka quitter les environs de la CItadelle des Douze pour se diriger vers le nord.

Débattant rapidement de ce qu’il fallait faire, les quatre se dirent que, si la Compagnie de la roue noire avait fait le coup, ils étaient probablement partis directement avec la pièce de casse-tête pour l’utiliser d’une quelconque façon. Attrapant Rowan au passage, les aventurières se rendirent à toute vitesse à la caverne dans laquelle le groupe avait caché le Rietveld. Animant l’anneau de flammes élémentaires, Xanaph fit décoller l’aéronef et mit le cap plein nord tandis que les autres agents de l’Alliance de la lumière faisaient sans doute de même avec l’Éthérée.


Après quelques heures de vol, l’équipage du Rietveld vit le Triskaïdeka en train de se poser dans la seule clairière suffisamment grand pour l’accueillir, au pied d’un petit groupe de montagne que tous les héros reconnurent pour être déjà allés. C’est là que vivait la tribu de goliaths qui avait jadis fait prisonniers les agents de la Compagnie de la roue noire, ainsi que le dragon métallique Ferrimark.

Se doutant que les agents de la Compagnie avaient fait le voyage jusqu’ici pour s’en prendre au dragon ou encore au ruines se trouvant au fond du volcan, les aventuriers se dirigèrent tout droit vers le plateau entre le volcan et les sommets enneigés, convaincus de trouver un endroit assez grand pour leur aéronef diminutif.

En remontant le long des pentes, le groupe aperçut un paquet de tentes installées juste en aval d’une rivière de lave qui avait jadis forcé les compagnons à la contourner via les tunnels d’une colonie de fourmis géantes. Discrètement, se faufilant de buisson en rocher, une groupe composé entre autres de tieflings, de féraux, et de demi-drows s’approchait du campement. Parmi eux, Aolani reconnût son ancienne camarade Taïpan. À environ 15 mètres de distance, le groupe commença à bombarder le campement de flèches et de magie. Des tentes surgirent quelques-uns des membres du Codex écarlate. Dès que leurs cibles furent blessées, les membres de la Cabale se dépêchèrent de battre en retraite.

Le RIetveld trouva éventuellement un endroit où se poser de manière sécuritaire. Puisque que le village de goliaths ne se trouvait qu’à une heure de route de là environ, le groupe se mit en marche dans cette direction. Un tirage au sort désigna Rowan pour garder l’aéronef.

En route vers le village, les quatre aventurières tombèrent sur Pekelo, le chef de la tribu. Contrairement à la dernière fois qu’on l’avait vu, il était vêtu de haillons et avait pour seule arme un couteau de chasse qu’il utilisait pour ajuster des collets à lapin. Reconnaissant les visiteurs, il leur confia que le chamane Inoke, banni de la tribu après sa trahison l’année précédente était récemment revenu et avait organisé un coup d’état contre le chef. Il avait renouer une alliance avec le dragon et c’était maintenant Inoke qui dirigeait la tribu.

Voulant tirer cela au clair, les quatre guerrières se faufilèrent sous le couvert des arbres jusqu’à l’orée du village. Inoke sortait de la hutte du chef entouré de trois gardes du corps et appelait au rassemblement tous les autres guerriers de la tribu. Leur annonçant que la Compagnie de la roue noire qui était venue causer tant de problèmes par le passé était en train de revenir, il demanda à tous de prendre les armes pour aller leur barrer le chemin.

Alors qu’il prononçait son discours, des gardes repérèrent Xanaph et Aolani qui tentaient de se cacher dans les branchages. Afin d’acheter du temps pour Valtrex et Dewdrop, les deux avancèrent et commencèrent à discuter avec Inoke. Étrangement, le chamane avait troqué son totem de bois pour une rapière de métal de style khoravar. Et s’il disait se souvenir de la visite de Xanaph, Aolani et leur alliés l’année précédente, il semblait avoir oublié beaucoup de détails importants, comme le fait qu’il avait tenté de les tuer, et inversement.

Pendant ce temps, Dewdrop avait fait le tour du village et s’était rendue à l’arrière de la hutte du chef. Perçant un orifice dans le mur arrière, elle tenta de se glisser à l’Intérieur, mais elle y renversa une étagère et le bruit alerta tout de suite Inoke. À bout de patience, le chamane ordonna à ses guerriers de passer à l’attaque, mais seule sa garde rapprochée prit les armes, les autres goliaths, troublés par les trous de mémoire flagrants de leur nouveau chef, n’osant pas se mêler du conflit.

Durant le combat, Inoke n’utilisait étrangement aucune attaque primale et ne prit pas sa forme de loup comme autrefois, mais multipliait les feintes, les esquives et les coups de rapière, le tout entremêlé d’une légère dose de magie d’enchantement.

Une fois ses gardes assommés et lui-même acculé au pied du mur, Valtrex utilisa sa propre magie druidique pour prendre momentanément le contrôle du corps du chamane. Suspectant qu’il s’agissait du changeling, Valtrex le força à reprendre sa vraie forme et le goliath fondit sous les yeux de tous pour laisser place à une humanoïde grisâtre et imberbe. En l’examinant attentivement, les aventurières lui trouvèrent tout de suite une ressemblance troublante avec Derecka Tran, la capitaine du Parasol, mais aussi avec Dreka, la femme-lézard qui avait tenté de faire tomber les agents de l’Alliance et du Codex dans un piège mortel.

La changeling répondit de bon gré aux questions de ses capteurs, mais elle semblait en savoir très peu sur l’arrivée imminente et simultanée de membres de toutes les factions courant après la prophétie draconique. Choisissant de la laisser aux mains des goliaths tout en sachant qu’elle risquait de s’évader à tout moment, les quatre héroïnes décidèrent d’aller payer une petite visite à celui qui devrait en savoir le plus au sujet de la prophétie dans les environs, soit le dragon Ferrimark.

Trois heures de marche plus tard, le groupe entrait dans l’antre du dragon. Le maître des lieux étant absent, Dewdrop et Valtrex en profitèrent pour fouiller la place et découvrirent que, comme tous les dragon, Ferrimark gardait précieusement un énorme butin de pierres et de métaux précieux. Si l’idée leur vint peut-être de piger dans le lot, elle fut coupée court par l’arrivé du dragon. Visiblement troublé, il prit néanmoins le temps de bavarder un peu avec ses visiteuses.

C’est lorsqu’on lui parla de la libération du dragon de pierre au sud qu’il mit fin à la conversation. Les membres de la Cabale, du Codex et de la Compagnie étaient en route vers le haut des montagnes, et si l’on considérait les quatre aventurières comme des membres de l’Alliance, cela voudrait dire que les quatre factions seraient bientôt présente.

Selon ce que Ferrimark semblait savoir de la prophétie, cela pourrait annoncer des conséquences désastreuses pour la région et, surtout, pour le dragon lui-même. Puisque les autres factions étaient encore trop loin et trop nombreuses pour être repoussées facilement, la solution la plus facile pour empêcher le cataclysme était malheureusement d’éliminer celles qui se trouvaient devant lui, d’autant plus qu’il était maintenant impossible pour elles de redescendre avant l’arrivée des trois autres factions.

Avec la moindre goutte de diplomatie qu’elle possédait, Dewdop tenta de convaincre le dragon de les épargner. Arguant que, en travaillant ensemble, il serait possible de chasser une des autres factions. Xanaph enfonça le clou, utilisant sa magie pour se rendre plus persuasive, en ajoutant que leur mort ne changerait rien si Rowan se trouvait encore dans les montagnes.

Prêt à donner une chance aux aventurières, Ferrimark enmbarqua Xanaph et Dewdrop sur son dos et les ramena à toute vitesse vers le Rietveld. Pendant ce temps, Valtrex et Aolani eurent la chance de voir le Soleil se coucher par la sortie de la caverne donnant au-dessus d’une vertigineuse falaise. Sous les rayons du Soleil couchant furent illuminés tour à tour quatre immenses rochers, le glacier étincelant d’une montagne voisine, quatre gigantesques arbres dépassant la canopée de la jungle, les restes d’une montagne éloignée qui avait peut-être autrefois servi de carrière pour des géants, quatre sommets lointains, un volcan éteint situé près de Stormreach, puis finalement la ville de Stormreach elle-même, après quoi le Soleil se coucha définitivement, plongeant la montagne dans les ténèbres. La goliath et la drow se dirent que le dragon devait avoir eu l’occasion de voir ce spectacle chaque soir à partir de son perchoir.

C’est à ce moment que Ferrimark et le Rietveld revienrent. Frustré de ne pas être revenu avant le coucher de Soleil, le dragon comprit tout de suite que les autres avaient tout vu. Il n’y eut cependant pas de temps pour en parler. En s’élevant dans les airs, Xanaph, Dewdrop et Rowan avaient pu apercevoir Erebus et Xorchilit à côté du cratère du volcan. C’était là le moment où jamais d’arrêter le vampire une fois pour toutes.

Alors que Ferrimark descendait la montagne à toute vitesse pour aller intercepter Taïpan et sa bande, les cinq compagnons arrêtaient le Rietveld juste à côté du cratère du volcan actif, prêts à y descendre pour régler son compte au vampire de manière permanente.

View
En contre-plongée
Où on mène une vie de pixie

Légèrement différent que lorsqu’on l’avait quitté quelques heures auparavent, le bâtiment de pierre était maintenant percé de deux ouvertures étroites dont l’une était assez grande pour laisser passer Dewdrop, de même que tous ses compagnons maintenant réduits à sa taille.

Hissée jusqu’à la fenêtre par Mirage, la bête éclipsante de Rowan,Valtrex observa attentivement l’Intérieur de l’endroit. Elle y découvrit un enchevêtrement chaotique de murs et de colonnes de pierre brute ainsi qu’un silence absolu. Ce n’est qu’une fois la tête passée par la meurtrière que la drow put distinguer des bruits de pas et les voix de deux personnes discutant à voix basse dans une langue qu’elle ne comprenait pas.

Après avoir ordonné à Mirage de monter la garde devant l’entrée, autant pour surveiller l’entrée elle-même que l’arrivée d’éventuels intrus, le groupe glissa à l’intérieur en utilisant toutes ses cordes, puis se faufila vers les voix à la lueur d’une torche à moitié couverte.

Au fond de la pièce se trouvaient Thalas et Sphero, deux des leaders de la faction du Codex écarlate. Accompagnés d’un chaton, visiblement le familier du mage, ils s’affairaient à retranscrire des runes gravées dans les murs de l’endroit.

Faisant discrètement demi-tour, les cinq aventuriers retournèrent à la fissure par où ils étaient entrés . Là, Aolani, aidée de ses camarades, compléta un rituel magique qui lui permettrait de comprendre à la fois les échanges entre les deux membres du Codex et les runes inscrites sur les murs.

Au retour, la conversation entre les deux membres du Codex pouvait être suivie sans problème. Il semblait que les glyphes racontaient comment un groupe de puissants dragons avait été chassé du plan de Kythri vers celui d’Eberron il y a de cela plusieurs milliers d’années. Le texte ne montrant que quelques mots à la fois changeait apparemment lentement lorsque personne ne le regardait.

Cette fois-ci, les aventuriers ne parvinrent pas à se rapprocher sans que le chat de Sphero ne détecte leur présence. Il s’en fallu de peux pour que tout le groupe se fasse découvrir, mais Dewdrop se servit rapidement de ses talents de ventriloque pour guider ses adversaires dans la mauvaise direction.

Alors que Thalas et Sphero cherchaient la créature qui avait fait ce bruit et dérangé le chat, les autres se dépêchèrent de trouver une cachette, mais Dewdrop et Valtrex profitèrent de l’occasion pour dérober ce qui avait transcrit jusque là des écrits sur les murs.

Quand les deux agents du Codex virent cela, ils se doutèrent que l’intrus n’était pas une simple souris. Pour donner plus de temps à ses alliés, Aolani envoya la goutte de vase acide dont elle avait fait son esclave mort-vivant s’attaquer au chat. La créature n’étant en fait que de la taille d’un gnome, Sphero n’en fit cependant qu’une bouchée.

Dewdrop essaya de détourner l’attention encore une fois en faisant croire que quelqu’un appelait à l’aide de l’extérieur, mais c’était oublier le fait qu’aucun son ne parvient à traverser les murs du bâtiment.

Reliant les points entre eux, Thalas demanda à Dewdrop de se montrer. Usant de flatterie, il tenta de la convaincre de trahir sa faction pour se joindre au Codex. Se faisant promettre tout ce qu’elle désirait, Dewdrop demanda le contrôle d’un portail stable entre le monde des fées et celui d’Eberron. Si Thalas n’en connaissait aucun, il promit que les ressources seraient mobilisées pour en trouver un. En retour, cependant, il n’allait pas se contenter des services de Dewdrop en tant qu’assassin. Il voulait plutôt connaître les points faibles de l’Alliance de la lumière et de la Compagnie de la roue noire, savoir où étaient leurs repaires secrets et où ils cachaient leurs artefacts. La pixie ne pouvant ou ne voulant pas répondre, Thalas ordonna à son comparse de la ligoter.

Voyant que leur amie était acculée au pied du mur, les autres membres de l’Alliance surgirent de leur cachette pour s’attaquer aux deux géants. Usant de davantage de stratégie que leurs collègues barbares Balala et Dovahkiin, Sphero commença par faire croître son familier jusqu’à la taille d’un tigre puis par s’envelopper dans des flammes protectrices tandis que Thalas se servait de sa magie elfique pour recouvrir son corps d’une couche d’écorce protectrice.

Xanaph d’Lyrandar et ses alliés découvrirent que, à l’instar de Dewdrop, leur petite taille ne nuisait nullement à leur capacité à donner des coups ou à en recevoir. Au bout d’un long combat, le chat disparut et les deux géants tombèrent.

Fouillant de nouveau le bâtiment, les vainqueurs réalisèrent que, non seulement le texte sur les fresques avait changé légèrement, mais que ou bien tout le monde, y compris Dewdrop, Thalas et Sphero, était en train de grandir ou bien que l’édifice entier rapetissait.

Ne souhaitant pas abandonner leurs adversaires à une mort atroce, les aventuriers tentèrent de trouver une solution pour les sortir de là. Suspectant que la nourriture leur ayant été donnée par les pixies élémentaires était la cause de leur diminution de taille, Valtrex se dépêcha d’aller chercher les restants qu’elle pouvait avant de revenir les administrer à Thalas et Sphero. La magie ne sembla pas opérer instantanément, cependant, et Valtrex avait entrevu Bravo d’Sivis et les autres membres du Codex écarlate se diriger dans la direction du bâtiment de pierre.

Prise au dépourvu, Xanaph décida d’essayer d’utiliser sa magie arcane pour hisser les deux êtres inconscients à l’extérieur. Si un champ étrange bloquait tous les sons, il n’en allait heureusement pas de même pour la magie de téléportation. Thalas et Sphero se retrouvèrent donc projetés à l’extérieur, suivis de près par les cinq compagnons fuyant la pièce qui rétrécissait rapidement. Alors que tous s’affairaient à s’assurer que leurs deux adversaires étaient toujours en bon état, l’édifice continua à rapetisser jusqu’à devenir de la taille du poing d’un humain moyen. Dewdrop usa de sa magie de pixie pour la rétrécir encore davantage et la glissé dans sa poche juste au moment où Bravo d’Sivis, Balala et Dovahkiin arrivaient.

Voyant la taille ridicule à laquelle les agents de l’Alliance avaient été réduits et surtout à la vue de leurs supérieurs gisant inconscients à côté du cratère béants où s’était trouvé jusqu’à tout récemment un bâtiment de pierre, Bravo jugeait qu’il tenait là l’opportunité de se venger de sa défaite de la veille.

Le combat semblait inévitable, mais les talents d’oratrice de Dewdrop parvinrent à leur faire comprendre que c’était sous cette taille que le groupe avait réussi à venir à bout de Thalas et Sphero et que c’était grâce à eux qu’ils étaient encore en vie. Impressionné et reconnaissants à la fois, Bravo et ses acolytes laissèrent partir les aventuriers miniatures de leur côté. En quittant, Bravo laissa tomber de sa poche quelque chose qui ressemblait davantage à un instrument de torture qu’à un outil de médecin. L’objet étant sous l’effet d’un enchantement, Aolani le ramassa pour s’en servir comme d’une arme, du moins pour le temps qu’elle allait devoir passer à la taille d’une pixie.

Avant de rebrousser chemin, les aventuriers firent un détour vers le village des fées élémentaires. Ils y rencontrèrent Winona qui, revenue en retard d’une de ses patrouilles, avait tout juste eu le temps de voir ses camarades se faire emporter à bord du Rietveld. Sans perdre de temps, les aventuriers filèrent vers le vaisseau du Codex, prenant de vitesse ses propriétaires occupés à prendre soin de leurs deux membres inconscients.

Les homoncules à bord du vaisseau ne reconnurent pas les intrus minuscules comme une menace avant qu’ils ne soient déjà embarqués. Se faufilant discrètement dans la cale, Valtrex et Dewdrop partirent à la recherche des autres pixies. Apercevant ce qui semblait être une statue couverte d’argent, Valtrex s’en approcha pour réaliser qu’il s’agissait plutôt Jasmine, la leader des pixies élémentaires. Toutes avaient été entassées dans des cages minuscules et jetées au fond de la cale du vaisseau. Il ne fallut que quelques instants à Dewdrop pour crocheter toutes les serrures et libérer les pixies de leur fâcheuse situation.

Pendant ce temps, Xanaph était occupée à couper les amarres qui retenaient le Rietveld en place tandis que Rowan et Aolani luttaient contre les multiples homoncules sur le pont. Malgré leur petite taille, les deux guerriers n’avaient apparemment rien perdu de leur force. Il leur fut donc relativement facile de pousser les automates par-dessus bord.

Lorsque Dewdrop et Valtrex vinrent les rejoindre pour les aider à achever les derniers homoncules, Xanaph était fin prête à tenter d’entrer en communion avec l’élémentaire de feu qui permettain au vaisseau de voler. Grimpée sur la tête de Mirage pour atteindre les commandes, elle fit décoller l’aéronef et l’amena jusqu’à l’Éthérée. Attachant le Rietveld pour le faire remorquer par le plus gros vaisseau, le groupe quitta les jungles de Xen’drik avec un aéronef de plus que ce avec quoi ils étaient arrivés.

De retour à Stormreach, les compagnons de Dewdrop durent apprendre à vivre à une taille de quelques centimètre le temps que la magie des fée ne s’estompe. Ils en profitèrent pour socialiser avec les pixies élémentaires, qui avaient toutes accepté, avec plus ou moins d’enthousiasme selon les individus, de rester vivre à Stormreach.

Plusieurs semaines plus tard, alors que les aventuriers regardaient toujours le monde par en-dessous, Keptolo vint les avertir que les agents du Codex écarlate venaient de rentrer en ville. L’air épuisé, mais surtout enragé, on pouvait certainement s’attendre à des représailles de leur part dans un avenir proche.

View
Ah que le monde est petit
Où on remet les choses en perspective

Un matin du mois de vult 999, avant même le lever du Soleil, les aventuriers ayant élu domicile dans les appartements situés au-dessus du bar anciennement nommé Le Caveau se firent réveiller brutalement par un bruyant tintamarre de casseroles. Prêts à prendre les armes, les aventuriers descendirent pour réaliser que tout ce boucan était causé par la seule présence du pixie Keptolo.

Fidèle à une promesse dont il était le seul à se souvenir, il avait retracé les quartiers de membres du Codex écarlate et y avait fait le guet pendant des jours en attendant qu’une opportunité se présente. Ce matin même, Keptolo avait vu le Rietveld s’arrêter au-dessus de la villa du mage Sphero et commencer à se faire charger de matériel d’exploration. Enfilant à la course leurs armures, Aolani, Dewdrop, Rowan of Delethorn, Valtrex et Xanaph d’Lyrandar suivirent leur allié.

Au-dessus de la cour arrière d’une maison cossues, les compagnons reconnurent le vaisseau bleu serti d’un anneau de flammes à bord duquel les membres connus du Codex écarlate s’étaient enfuis après la destruction de ruines anciennes et la libération d’un immense dragon de glace dans les jungles de Xen’drik. À bord se trouvaient déjà le mage Sphéro et Bravo d’Sivis, l’ancien membre de la Compagnie de la roue noire, ainsi que quelques automates assistant dans l’embarquement des bagages. Alors qu’on faisait monter à bord assez d’équipement pour une expédition d’une semaine, en plus de beaucoup de matériel pour combattre les créatures extraplanaires, les deux agents du Codex furent rejoints par Thalas et ses deux sbires Balala et Dovahkiin.

On songea à saboter le départ de l’aéronef, puis à faire grimper Dewdrop à bord secrètement, mais le premie rplan fut vite rejeté comme inutile et le second comme trop risqué. Quand il ne fit plus de doute que le Rietveld allait prendre les cieux, les compagnons partirent à la course pour mettre la main sur le seul aéronef auquel il savaient avoir accès. Tombant nez à nez avec le frère Bristol, on lui demanda de réquisitionner l’Éthérée. Vues l’urgence et l’importance de la situation, Bristol accepta de se joindre immédiatement à l’expédition. Si Netayef, le seul autre membre de l’Alliance de la lumière était trop loin pour qu’on aille le chercher, Xanaph devrait s’acquitter de la tâche tout aussi bien, sinon mieux.

C’est ainsi que Bristol guida le groupe jusqu’à la clairière sacrée où était cachée l’Éthérée et que le vaisseau se mit en route. Grâce aux yeux perçants de Rowan, on repéra l’anneau de feu du Rietveld. Malheureusement, celui-ci étant plus rapide, il distançait très lentement l’Éthérée.

Après un jour et une nuit, le Rietveld disparu en un instant. On suspecta qu’il soit devenu invisible, ou même qu’il soit passé vers un autre plan, mais l’hypothèse la plus crédible restait qu’il soit tout simplement descendu sous la cime des arbres. Rattrapant sa dernière position connue une vingtaine de minutes plus tard, quelques recherches permirent en effet de le retrouver dans une très petite clairière. Alors qu’on perdait de l’altitude pour aller inspecter le vaisseau bleu et rouge, une dizaine d’automates se mirent à cribler l’Éthérée de carreaux d’arbalète.

On décida donc d’approcher l’autre vaisseau par le sol. Sans espace dégagé suffisamment grand pour se poser, l’Éthérée dut s’amarrer au-dessus du lit d’une rivière. Bristol et Keptolo restant sur le pont, les autres aventuriers se rendirent donc au point d’atterrissage du Rietveld. Restant assez à l’écart pour ne pas attirer l’attention des homoncules, Dewdrop et Valtrex coupèrent les amarres. Tandis que les automates essayaient de comprendre et de corriger la situation, le reste du groupe trouva des traces indiquant que les cinq membres du Codex étaient tous partis explorer la jungle.

En chemin, des voix mystérieuses murmuraient des commentaires dans la langue des élémentaires à propos des membres du groupe, mais aucun coup d’œil dans les fourrés ne permit de découvrir l’origine des voix.

En suivant les traces, le groupe arriva jusqu’à un petit édifice apparemment creusé à même un immense rocher et devant lequel se trouvaient les cinq membres du Codex. Entre les aventuriers et le bâtiment, un ruisseau de goudron bouillonnant bloquait le passage et ne semblait être traversable que par un petit pont bloqué par Balala et Dovahkiin. Réalisant l’intrusion, Thalas ordonna à Bravo de prendre en charge la situation avant de s’enfermer dans le bâtiment en compagnie de Sphéro.

Outre ses deux compagnons, le gnome d’Sivis était entouré d’une vingtaine de créatures arachnides velues de la taille de Dewdrop, que Valtrex reconnut comme des neogis, des aberrations de Khyber qui considèrent que toutes choses et toutes créatures appartiennent à quelqu’un. La présence d’aberrations faisait rager Rowan, mais même lui tentait d’éviter la confrontation physique si possible.

Sans charger eux non plus, les membres du Codex s’étaient assemblés pour discuter entre eux dans ce qui semblait être la langue draconique. Ça et là, un commentaire vraiment blessant à l’égard de Xanaph, Aolani ou un autre membre du groupe, murmuré en commun, rendait encore plus difficile pour les alliés de l’Alliance de la lumière de garder leur sang froid.

C’est quand on entendit la voix de Thalas crier de l’intérieur de la hutte : “Changement de programme, Bravo. N’en laissez pas un s’en allez vivant, On vous rejoint dans une minute.” que la bataille devint inévitatable. Ne s’étant pas fait dire spécifiquement de tuer, Bravo dit à ses alliés de frapper pour assommer, mais le mal était fait. Aolani, Rowan et Xamaph défendirent chèrement leur peau. Valtrex et Dewdrop, qui étaient allées observer l’édifice par une fissure laissèrent vite leur poste d’Observation pour aller prêter main forte à leurs compagnons.

Les neogis furent décimés, et les trois agents du Codex assomés. Seul Bravo fut gardé conscient pour pouvoir répondre aux questions. Il expliqua que Thalas et Sphero avaient trianguler le point central de la conjonction entre les plans d’Eberron et de Kiyhrii, le plan du chaos élémentaire, qui avait eux lieu quelques mois plus tôt. Se demandant si cela n’aurait pas laissé d’indice en lien avec la prophétie draconique, quelques membres du Codex avaient monté une expédition vers l’endroit. Il en profita aussi pour dire, non sans se vanter, qu’il était un agent du Codex depuis les tous débuts, agent double pendant plus d’un an.

Pendant le combat, l’entrée du mystérieux bâtiment de pierre s’était apparemment scellée magiquement. Même la fissure par laquelle Dewdrop et Valtrex avaient vu Thalas et Sphero entrer était désormais trop petite même pour que la pixie puisse y passer sa tête. Alors qu’on cherchait une autre issue, Bravo chuchota : “Bien joué Dovahkiin. Ils n’y ont vu que du feu. À mon signal, tu leur balance une vague d’acide.”

Prudents mais sceptiques, les compagnons se séparèrent pour éviter l’assaut, mais restèrent en position défensive. L’attaque ne vint jamais et Dovahkiin semblait tout aussi inconscient qu’à la fin du combat.

Les voix étranges, le comportement bizarre des leaders du Codex, le fait qu’on eut entendu clairement la voix de Thalas alors que Dewdrop et Valtrex n’avaient entendu aucun son provenir de l’intérieur de la cabane…. Tout cela s’additionnait pour indiquer que quelqu’un essayait de monter tout le monde les uns contre les autres.

Faisant comme si de rien n’était, Rowan épiait les environs du coin de l’œil, jusqu’à ce qu’il voit une créature humanoïde de la taille de Dewdrop se faufiler entre les branches. Au signal de Rowan, Valtrex sauta sur la créature avec sa forme de centipède et la serra entre ses multiples pattes. La créature ressemblait superficiellement à Dewdrop, mais ses cheveux et ses yeux étaient d’un rouge écarlate,. et ses ailes ressemblaient davantage à deux flammes qu’aux ailes d’un insecte. Incapable de fuir, la minuscule femme demande à ses alliés de sortir de leur cachette.

Partout autour, une dizaine d’autres fées, mâles et femelles, apparurent. Étrangement, bien que leurs apparences varient énormément, toutes avaient un ou des traits rappelant un élément de base. Certaines avaient des traits aquatique rappelant ceux de Dewdrop, mais en plus prononcés encore, d’autres avaient la peau luisante comme de l’argent poli ou bien granuleuse comme du gravier. D’autres encore volaient librement sans avoir à rester au raz du sol. Xanaph émit l’hypothèse qu’il s’agissait là d’habitants de Kythrii restés coincés sur Eberron après la séparation des deux plans.

Pour survivre, les pixies chaotiques ont usé des tactiques qu’elles avaient perfectionné sur Kythrii, notamment en montant leurs ennemis les uns contre les autres pour vaincre sans avoir à se battre, mais elles désespéraient maintenant de rester coincées à jamais sur Eberron. Malheureusement pour les pixies, il est absolument impossible de prévoir la prochaine conjonction avec le plan du chaos. Désirant en discuter dans un endroit plus sécuritaire et assurant les Dewdrop et les géants avec qui elle voyageait qu’il était tout aussi impossible de prévoir quand le bâtiment, lui aussi venu de Kythrii allait s’ouvrir, les pixies invitèrent leurs nouvelles connaissance à venir se désaltérer dans leur village. Les compagnons n’ayant pas eu le temps d’apporter ni eau ni nourriture, ils se firent presque forcés d’accepter.

Le village en question était plutôt un campement de fortune. Une trentaine de cabane creusées sous la base de gros arbres ou à même les immenses champignons que l’on retrouve dans la jungle de Xen’drik abritaient chacune quelques pixies supplémentaires, toutes avec une apparence marquée par un des éléments de base de la nature.

Le camp était également entouré de torches bleues irradiant non pas de la chaleur mais du froid. Les pixies indiquaient que c’était pour tenir le dragon à l’écart du village. En regardant attentivement, les compagnons virent bien un petit dragon rouge de la taille d’un chat voleter autour du camp. Quoi qu’il en soit, les défenses semblaient marcher, car il ne s’approcha jamais plus près que la ligne de torches.

L’escorte des compagnons ligota Bravo et ses deux acolytes à un arbres pendant que d’autres pixies apportaient nourriture et rafraîchissements. Les portions étaient si petites qu’il fallait les prendre du bout des doigts. Aolani dut même se faire assister par une des pixies pour arriver à porter un des verres de nectar à ses lèvres. Dewdrop, quant à elle, en tant que consœur pixie, eux droit à un repas spécial rien qu’en son honneur. Alors que la fête battait son plein sans nouvelles du bâtiment de pierre élémentaire, les compagnons se sentirent pris à tour de rôle d’une étrange fatigue. Récitant une brève incantation, Xanaph détecta la trace d’un sortilège sur les restes de son repas, mais c’était trop tard. Elle et ses quatre camarades tombèrent dans un profond sommeil.

Quant Dewdrop se réveilla, il faisait déjà presque soir et toutes les pixies avaient disparu. cherchant ses alliés pour les réveiller, elle constata avec horreur qu’elle était devenue aussi grande qu’eux. Sans arriver à comprendre ce qui se passait, elle rassembla tout le monde un peu partout dans le village, et c’est là que l’explication lui sauta aux yeux: elle n’avait pas grossit, sans quoi le campement lui serait apparut beaucoup plus petit, mais c’est plutôt ses compagnons et leur équipement qui avaient rapetissé.

Autour du camp, aucune trace des autres pixies, des trois prisonniers du Codex, ou même du mobilier qui avait servi à la fête. Hésitant, les cinq aventuriers se dirent qu’ils pourraient profiter de la situation pour voir si une brèche, même longue de seulement quelques centimètres, ne se serait pas ouverte dans l’édifice de pierre.

Au moment de traverser le petit pont enjambant la dorénavant immense rivière de goudron, une énorme force rouge fonça pour leur bloquer le passage. Du point du vue d’une pixie, le minuscule dragon avait l’air bien plus impressionnant. Semblant être fait de flammes pures, il rappela la fresque vue dans le bol au-dessus des ruines dans la jungle, là où un gigantesque dragon de glace s’était échappé.

Plus stupide que les dragons d’Eberron, mais tout de même doté de la parole, le dragon expliqua être affamé et que les proies du monde des géants ne parvenaient pas à le sustenter. S’entourant d’un nuage de gaz toxiques grandissant à vue d’œil, le dragon plongea. Pour compliquer les choses, des bulles de goudron se retrouvèrent projetées sur la rive du ruisseau et prirent vie, fonçant elles aussi vers les héros. Si le combat se poursuivit au point où le dragon parvint à mettre le feu à son nuage de gaz, arrivant ainsi à brûler vif tous ses adversaires à la fois, il fut tout de même exécuté et poussé dans le torrent de goudron.

La voie libérée et ne souhaitant pas rester là pour se faire attaquer par d’autres gouttelettes meurtrière, le petit groupe s’en alla jusqu’aux abords de la mystérieuse construction pour se reposer un peu avent de passer à l’action.

View
Le jour du massacre
Où on épargne des esclaves

Après deux combats glorieux dans l’arène de Stormreach, Aolani, Dewdrop, Valtrex et Xanaph, les quatre aventurières ayant joint l’écurie de gladiateurs du Cœur de dragon pensaient bien avoir droit à quelques heures de repos bien méritées. Au contraire, pendant la majeure partie de la nuit, quelqu’un fit jouer de la musique cacophonique à tue-tête juste à côté des fenêtres de leurs quartiers, si bien que personne ne réussit à fermer l’œil de la nuit.

Le lendemain, ce sont donc quatre aventurières aussi fourbues que la veille qui entrèrent dans l’arène pour prendre part au massacre trimestriel au cours duquel les esclaves invendus se font froidement exécuter pour la plus grande joie des spectateurs. Le quatuor de gladiatrices avait cependant l’intention de tout faire pour protéger ces esclaves des autres gladiateurs.

En plus des quatre guerrières, cinq autres gladiateurs firent leur entrée. Si la majorité d’entre eux semblaient être eux aussi des recrues récentes, un seul eut l’honneur d’être nommé par le présentateur, un nom qui déclencha des cris d’enthousiasme et d’admiration de la part des spectateurs: Drenga Sandspur. Le drow était réputé pour son côté calculateur et son manque total d’empathie. Pour lui, le massacre n’était pas un test ou une corvée, mais plutôt une récompense.

Pendant ce temps, Rowan terminait son entraînement sous la tutelle du druide orc Vaurak. Ses enseignements terminés, il lui remit une armure jadis créée pour combattre les aberrations et lui confia que Connor, le grand frère de Rowan que ce dernier croyait avoir vu tomber aux mains d’aberrations, n’était pas réellement mort mais continuait d’exister sous une autre forme quelque part à Xen’drik. Vaurak ajouta cependant que la meilleure chose à faire si jamais Rowan le rencontrait serait de l’achever le plus rapidement possible.

À ces paroles, Vaurak ajouta encore que Rowan devait plus que jamais compter sur ses amis actuels et que ceux-ci auraient d’ailleurs bien besoin de son aide dans l’immédiat. Récitant un long rituel, l’orc fit disparaître Rowan et sa bête éclipsante Mirage pour les téléporter tous deux directement dans l’arène de Stormreach.

Le quatuor devenu quintet se hâta de s’Interposer entre les esclaves prêts à être sacrifiés et les autres gladiateurs. Un à un, les opposants tombèrent sous les coups des nouveaux gladiateurs du Cœur de dragon. Drenga Sandspur se montra nettement plus coriace que les autres mais, face à cinq adversaires à la fois, il fut rapidement réduit à l’impuissance et, contre toute attente, Dewdrop le poussa à jeter ses armes et à se rendre.

Alors qu’une partie de la foule huait les nouveaux champions et que le reste les acclamait, Malketh Zolark, un des trois dirigeants de l’Anneau rouge et propriétaire de Drenga Sandspur, était plus qu’irrité par la situation. Avec l’approbation de Ralzina Voraal, il donna le signal à certains des gardes, qui ouvrirent une porte pour faire entrer dans l’arène un béhir juvénile mais tout de même gigantesque.

Au bout d’un combat intense, le monstre fut éventuellement terrassé, notamment grâce au tonnerre de Xanaph et aux énergies négatives du marteau de Rowan. Après ce énième exploit, la foule entière était en adulation faces aux cinq guerriers. Même Malketh Zolark n’eut d’autre choix que de suivre la vague et de les récompenser en les couvrant d’or comme il l’aurait fait pour les vainqueurs des jeux d’été.

Malgré la fatigue et l’épuisement, les compagnons durent passer près d’une heure à serrer les mains d’admirateurs et à signer des autographes. Lorsqu’ils purent enfin quitter les environs immédiats de l’arène, on se rendit compte avec horreur que le sac magique contenant tout l’or reçu plus tôt avait été dérobé.

Aolani se souvint avoir vu d’étranges petits humanoïdes en cagoule rôder autour d’eux pendant la séance de signature. À force de fouiller les lieux et d’interroger les témoins potentiels, on trouva une piste et on repéra une créature correspondant à la description. Regardée plus attentivement, il apparut qu’il ne s’agissait pas d’un halfelin ou d’un gnome comme on l’avait initialement supposé, mais plus vraisemblablement d’un enfant humain, elfe ou bien orque.

Alors que Valtrex sautait de toit en toit sans perdre de vu sa cible et qu’Aolani sautait allègrement par-dessus les obstacles en chemin, le groupe vit le fugitif s’enfoncer dans une ruelle étroite. Après avoir envoyé Mirage bloquer l’autre issue selon les indications de Dewdrop, Rowan et Xanaph s’enfoncèrent à la suite du voleur.

Après quelques recherches supplémentaires, on se rendit compte que le gredin n’avait jamais atteint l’autre bout de la ruelle, mais qu’il s’était plutôt engouffré dans une cave sombre et humide. Sans source de lumière, les torches ayant été dérobées avec le reste de l’argent, le groupe dût se fier à la vision nocturne de Valtrex pour naviguer les quelques mètres de corridor.

Au bout se trouvaient, dans un appartement miteux sans fenêtre, trois petits humanoïdes. Leurs capuches relevées, on put voir qu’ils ressemblaient à des enfants humains, mais au visage difforme, boursouflé et couverts d’écailles. Selon les connaissances de Valtrex et Rowan, il s’agissait là du résultat d’expériences menées par des yuan-tis sur d’autres humanoïdes.

Occupés qu’ils étaient à trier le contenu du sac magique à la lueur d’une chandelle, les trois êtres corrompus ne virent pas les intrus arrivés et se firent prendre partiellement par surprise. Par contre, alors qu’un coup du plat d’une lame serait suffisant pour assommer n’Importe quel enfant de cette taille, les trois créatures bloquaient coup après sscoup sans fléchir. Leurs ripostes était quant à elles aussi puissantes que vicieuses.

Alors que le combat commençait enfin à tourner à l’avantage des aventuriers, un autre combattant arriva de la ruelle dans un éclate de lumière. La peau blanche, coiffée d’une longue chevelure rousse et vêtue d’une armure massive, elle s’adressait aux aberrations en ces mots: “Ne vous inquiétez pas les enfants. Maman s’en vient vous sauver.”

Un à un, les trois enfants monstrueux allèrent se barricader au fond de l’appartement. Malgré cela, à bout de souffle et à court de ressources, les aventuriers eurent bien du mal à tenir tête à celle qui semblait être la mère adoptive. Après un mélange de diplomatie et de menaces de s’en prendre à ses enfants, elle finit par accepter que les compagnons récupèrent leur objets et retournent d’où ils venaient.

Tandis que chacun s’affairait à ramasser une par une les milliers de pièces d’or sur le sol, la mère prit le temps de se présenter. Nommée Surrayana, elle était une shulassakar, tout comme Lauraszacrel. D’ailleurs, après avoir entendu son nom, elle avoua être la sœur de cette dernière. Comme Laura, Surrayana luttait contre les yuan-tis de Xen’drik tout en effaçant les traces de la prophétie draconique lorsque l’opportunité se présente.

En partie pour se aire pardonner de son comportement et en partie pour remercier les aventuriers d’avoir épargner sa vie et surtout celles de ses enfants, Surrayana leur confia qu’il n’y avait aucune présence yuan-ti en ville et leur remit quelques objets magiques et précieux créés par les Shulassakar.

Elle les laissa ensuite partir en souhaitant que leur prochaine rencontre se déroule de façon plus conviviale.

View
La veille du massacre
Où on devient gladiatrices

Après avoir passé plusieurs mois chacun de son côté, les anciens agents des Douze s’étaient donné rendez-vous dans l’auberge du Caveau qu’ils avaient acquise à la fin du mois de rhann 999. Si la réunion avait bien eu lieu telle que prévue, elle fut entachée par deux absences. Valtrex annonça que Rowan avait choisi de demeurer quelque temps de plus parmi les druides des Marches de l’Ombre et qu’il ne serait sans doute pas présent avant l’arrivée du prochain navire Lyrandar le mois suivant. Quant à Gregg, in envoya une missive par la maison Sivis indiquant qu’il s’était fait offrir un poste à Sharn par le baron Merrix d’Cannith lui-même et qu’il n’avait tout simplement pas pu refuser une telle proposition. Jointe au message se trouvait une lettre de change Kundarak correspondant au sixième de la dette du Caveau envers le gang criminel des Rats de fond de cale.

Aolani, Dewdrop, Xanaph d’Lyrandar et Valtrex se demandaient bien comment faire pour se libérer du reste de cette dette quand un autre messager Sivis vint porter une missive à Aolani pour l’inviter à prendre part au marché mensuel des esclaves de Stormreach. L’utilisation d’un rituel permit de déterminer que la lettre avait été écrite par Ralzina Voraal, la propriétaire du l’écurie de gladiateurs de la Queue de wiverne. Opposées à la traite des esclaves, mais sachant qu’il se brasserait là-bas beaucoup d’argent, les quatre dames décidèrent de pousser l’enquête un peu plus loin dans les 36 heures qui restaient avant le jour du marché.

Le soir venu, le groupe se dirigea vers un navire de guerre de Darguun, amarré au port de Stormreach, que Xanapah et Valtrex avaient remarqué lors de leur arrivée dans la ville. Quelques questions bien ciblées et quelques pièces d’or distribuées, de même qu’une visite de Valtrex dans la cale, révélèrent que le navire avait bel et bien apporté des dizaines d’esclaves destinés à être vendus au marché de Stormreach. Le pistage du Capitaine Dhrac, un imposant hobgobelin, les mena jusqu’à une fête donnée à l’auberge de la maison Ghallanda, près du marché.

Bloqués par un portier qui semblait être un culturiste halfelin, le groupe put tout de même voir qui était sur la liste d’invités, c’est-à-dire tous les gens influents au niveau de la ville et de l’arène, y compris un certain Xillich d’Lyrandar. Ce dernier était cependant resté chez lui à la Spire du fauconnier. Semblait-il que, depuis son retour d’une expédition dans la jungle avec la Compagnie de la roue noire, il limitait au strict minimum ses sorties à l’extérieur de son enclave.

Les quatre aventurières allèrent ensuite vers l’Anneau rouge pour essayer de trouver où étaient gardés les esclaves puisqu’ils n’étaient manifestement plus sur le bateau de Darguun, mais le nombre impressionnant de gardes en poste en prévision du marché leur fit abandonner cette idée.


Le lendemain, comme de fait, les quatre femmes étaient présentes au marché des esclaves. Bien qu’elles arrivèrent assez tôt, une bonne partie de la “marchandise” avait déjà trouvé preneur dans des ventes aux enchères. Quiconque savait se battre ou était particulièrement joli avait déjà quitté les lieux vers l’arène ou la demeure d’un riche patron.

Les esclaves restants étaient principalement des gnomes, avec un bon nombre d’humains et de nains. Cela remémora à Xanaph un nouvelle lue à Sharn avant son voyage de retour vers Stormreach à propos d’un train ayant déraillé et dont tous les passagers avaient disparu. L’accident s’était justement produit en Zilargo près de la frontière avec Darguun.

Dans la foule, le groupe repéra à sa grande surprise quelques visages connus: Nantic et Dora Mroranon de même que le pixie Keptolo. Négociant sévèrement, Xanaph et Dewdrop réussirent à obtenir les deux nains pour la rondelette somme de 600 pièces d’or. Pendant qu’elles finalisaient la transaction, elles entendirent quelqu’un d’autre être vendu pour 2400 pièces. Il s’agissait de la méduse Anthroparaio, menottée et recouverte d’une cagoule, qui se faisait emporter par les hommes de Malketh Zolark, le plus influent propriétaire de gladiateurs de toute l’Arène rouge.

Ramenées au Caveau, les trois nouvelles acquisitions révélèrent ce qu’elles avaient appris pendant leur passage au marché. Les esclaves invendus ne seraient pas renvoyés en Darguun. Plutôt, ils participeraient à un événement mensuel appelé le Massacre, au cours du quel les jeunes gladiateurs de l’arène devaient faire leurs preuves en exécutant le plus grand nombre de prisonniers. Les fils de Nantic et Dora y étant probablement, les Mroranon supplièrent leurs acheteuses de faire quelques chose.

Il y aurait peut-être moyen d’aller se battre dans l’arène et d’accorder la merci au prisonnier, une option huée par les spectateurs, mais techniquement légale. Or, le seul moyen de prendre part au Massacre en tant que gladiateur était de faire partie d’une écurie. Contrairement à ce qu’Aolani avait fait l’été précédent lors des Jeux annuels, les “civils” ne sont pas normalement admis dans l’arène.

Suivant la trace d’un dépisteur qui avait tenté en vain d’acheter Keptolo et Anthroparaio, les guerrières se rendirent au bureau de Lea Primwell, la propriétaire de l’écurie du Bouclier éclaté. Si elle était disposée à accepter une pixie, une goliathe, une drow et une demi-elfe marquée dans ses rangs, surtout vu son intérêt pour les créatures inhabituelles, elle n’affichait en revanche aucune compassion à l’égard des esclaves et préféraient nettement voir les rejetés se faire exécuter lors du Massacre.

Dewdrop et Xanaph étant un peu dégoûtées par l’attitude de la halfeline, il fut décidé d’aller voir une des deux seules écuries d’employant aucun esclave. Si celle de Kolos aurait pu être un bon choix, le fait qu’il tienne à marquer au fer rouge tous les membres der son organisation força la troupe à reconsidérer l’idée. C’est finalement chez Dhavordrin, un vieil elfe d’Aerenal dont l’écurie sur le déclin était maintenant au bord de la faillite que les héroïnes trouvèrent leur place.


Plutôt que de les marquer au fer rouge, Dhavordrin décora ses nouvelles employées d’un glyphe magique qui était complètement sans douleur et, selon ses dires, facilement effaçable. Malheureusement, le vieil elfe n’aurait pas les moyens de les payer avant qu’elles n’aient engrangées plusieurs victoires mais, à long terme, il leur assura que l’alliance serait profitable pour tout le monde.

Les quatre nouvelles recrues furent amenées dans les quartiers de l’écurie du Cœur de dragon, un endroit qui aurait pu abriter plus de 50 gladiateurs et qui aurait alors été incroyablement exigu mais qui, avec seulement 15 membres restant, était presque spacieux. Les 15 gladiateurs, tous des guerriers d’expérience ayant survécu à des mois ou même des années de combat dans l’arène, multiplièrent les encouragements et les conseils aux nouvelles venues.

Bien que l’événement ne s’adresse qu’aux nouveaux gladiateurs, à qui il reste à faire ses preuves, pour participer au massacre il fallait avoir pris part à au moins deux événements préalables. Pendant toute la journée, Dhavordrin alla supplier les membres du Conseil du sang, Malketh Zolark, Ralzina Voraal et Kolos, et, au prix de plusieurs faveurs qu’il devrait leur rendre plus tard, il obtint de faire participer ses nouvelles acquisitions à deux des épreuves du lendemain.


Le premier match auquel les quatre compagnes prirent part en était un de type lâcher des bêtes. Poussés dans l’arène vers les combattantes, un tigre à deux têtes et une énorme bête éclipsante couverte d’écailles, toutes deux apparemment modifiés grâce à l’influence récente du plan du Chaos sur Eberron, se jetèrent vers leurs proies. Malgré la force imposante des créatures, leur manque de stratégie et de coordination entraîna vite leur mise à mort, sous les applaudissement et les cris de la foule en liesse.

Quelques heures plus tard, le sol de l’arène avait été recouvert d’une épaisse couche de vase au-dessus de laquelle avaient été installées cinq plate-formes en bois reliées entre elles par des chaînes et des passerelle précaires. Opposées à quatre adversaires de l’écurie de la Lance du péché, l’écurie de Shalstri Griteye, dont le dangeureux ogre Gueule d’Acier, les gladiatrices du Cœur de dragon commencèrent par s’approcher prudemment. Mal leur en pris car un long tentacule surgit de la vase pour agripper Valtrex par la jambe. Il s’agissait du bras d’un otyugh qui, heureusement, ne parvint pas à tirer la drow jusqu’à lui.

Dewdrop et Aolani se rendirent sur la plate-forme centrale, respectivement en se balançant et en sautant, pour être à l’abri de la créature. Xanaph vola à la rescousse de Valtrex en téléportant le monstre sur une des plate-formes. Valtrex utilisa ensuite son contrôle sur les bêtes pour la forcer à attaquer Gueule d’Acier. Au final, l’otyugh fut repoussé dans la vase, où il se dépêcha d’aller dévorer les deux alliés de l’ogre, tandis que ce dernier était mis hors d’état de nuire.

Rentrant dans les quartiers du Cœur de dragon pour prendre une douche bien méritée, les aventurières avaient le soulagement de savoir qu’aucune d’entre elles n’avait été sérieusement blessée et qu’elles auraient toutes la chance de tenter de protéger les pauvres prisonniers promis à la boucherie de la soirée.

View
Un été d'aventures
De nymm à rhaan 999

Au retour de leur dernière aventure dans les jungles de Xen’drik, les nouveaux membres de l’Alliance de la lumière écoulent pour un bon prix les divers artefacts trouvés dans leur périple et décident d’investir à Stormreach.

Cambon, le barman du Caveau cède son établissement comprenant un bar au sous-sol, et deux logements voisins au dessus au bord de la faillite dans le district de Cross (quartier Saltire) à six aventuriers avant de repartir pour la Brélande.

Suite à leur engagement envers l’Alliance de la lumière, les six compagnons se voient expulsés de l’organisation des Douze, jetés à la rue et avertis de ne pas se mettre dans le chemin de la Compagnie de la roue noire.

Taïpan est saine et sauve. C’est elle qui avait convaincu Xillich d’Lyrandar d’offrir aux compagnons de joindre la Cabale des ombres. Elle est profondément déçue de la nouvelle allégeance des ses anciens alliés.

Pareillement, les membres du Codex Écarlate font bien sentir que la rivalité vécue jusqu’à maintenant n’était qu’un avant-goût des choses à venir.

Les compagnons déménagent dans les logements au-dessus du Caveau, où s’installe le forgelier Trivial.

Les Aventuriers font de la taverne un de leurs nouveaux établissements de prédilection.

Les compagnons découvrent que l’acte de propriété du Caveau venait avec une dette de plusieurs milliers de pièces d’or envers un groupe de criminels nommés les Rats de fond de cale.

Kythri, le plan du chaos, est juxtaposé à celui d’Eberron pendant tout l’été. Cette conjonction, qui durera jusqu’au 5 Rhaan, ne semble pas avoir d’impact majeur sur la région de Stormreach, du moins en autant que peuvent en juger ses habitants.

Aucun signe de vie de la part du dragon de glace parti des ruines dans les jungles du sud.


Xanaph d’Lyrandar et Gregg d’Cannith embarquent sur un navire à destination du Khorvaire dans le but d’aller faire le point sur la situation à Xen’drik auprès de leurs familles respectives. Les Lyrandar de Taer Valaestas n’ont pas la liberté d’agir auprès de Xillich d’Lyrandar, qui ne répond que des hauts dirigeants de la famille à Stormhome. Une visite-éclair à Stormhome permet de confirmer que Xillich est bien en vue auprès des dirigeants de la maison dû à son habileté à faire fructifier ses investissements à Sharn.

À Sharn, Gregg obtient un entritient avec Merrix d’Cannith en personne. Celui-ci se montre particulièrement intéressé par la découverte de ce qui semble être des forgeliers primitifs dans les jungles de Xen’drik.

Valtrex se rend elle aussi au Khorvaire en compagnie de Rowan. Le duo se rend jusqu’aux Confins d’Eldyn pour trouver des membres de la secte druidique des Gatekeepers et en apprendre plus sur les techniques qu’ils utilisent pour combattre et bannir les aberrations.

Au début de l’été, Aolani, restée à Stormreach, décide de prendre part aux Jeux annuels de l’Anneau rouge, l’arène de gladiateurs de la ville. Elle se démarque du lot de fans et d’aventuriers qui tentent de relever le défi, et remporte une bonne somme de pièces d’or, mais se fait finalement ramasser par une manticore borgne du nom de Vieux Varkaar. Elle aura tout de même l’honneur d’être invitée au Festin du sang, un grand banquet donné au centre de l’arène où tous les agents de l’arène de même que l’élite de Stormreach se trouve à être invités.

Dewdrop profite de l’absence de ses compagnons pour se rendre là où ils ne pourraient pas la suivre de toute façon: au fond de la baie de Stormreach. Elle y retrouve notamment le sahuagin Kamaxtli, qui lui montre que, si la plupart des sahuagins sont prêts à travailler avec les gens de la surface, un prêtre fou du nom de K’shegla gagne de plus en plus en popularité et qu’il promet à ses congénères de conquérir la ville de Stormreach et de dévorer ceux qui s’y trouvent.

View
Le bol
Où une prophétie se réalise

Se sentant interpellé personnellement par sa cousine, Gregg mit partiellement la prudence de côté et descendit de son perchoir pour aller s’entretenir avec elle face-à-face. Lentement, Valtrex, Xanaph, Rowan et Dewdrop firent de même, mais en prenant bien soin de rester cachés dans les broussailles dans la mesure du possible.

La cousine se présenta comme une d’Cannith membre de la Compagnie de la roue noire chargée de retrouver le groupe de Gregg dans la jungle de Xen’drik et de ramener tout le monde à bord du Triskaideka.

Malgré le soulagement d’être secourus et de ne pas avoir à effectuer un voyage de plus d’un mois en territoire hostile, tous se méfiaient. Même si elle ne semblait pas heureuse de la mission qu’on lui avait confiée, l’artificière semblait sincère dans son annonce de vouloir ramener tout le monde sain et sauf, et Moynahan d’Tharashk et ses compagnons en devaient réellement une aux aventuriers qui leur avait sauvé la vie par deux fois. Malgré cela, on ne pouvait présumer des intentions de la Compagnie de la roue noire, à moins que des agents de la Cabale des ombres ne soient en contrôle de la situation.

Frustrée du refus des aventuriers de se laisser secourir, la Cannith tenta de négocier à la baisse pour obtenir le retour des scions marqués Gregg et Xanaph, puis celui de Gregg seulement. Alors que ce dernier hésitait à accepter la proposition, la Cannith ordonna à ses deux forgeliers, Pic et Pioche, de s’emparer du psion et de le ramener au navire.

Refusant qu’on s’en prenne à l’un d’entre eux, le reste du groupe passa en mode combat, Xanaph usant de sa magie pour changer Gregg de place et le ramener dans la cabane de fortune à côté d’Aolani et de la bête éclipsante de Rowan. L’artificière riposta en y envoyant une bombe incendiaire. Elle fut supportée par la chamane demi-orque Taktoo, qui conjurait un nuage de terribles mouches noires et par Moynahan tirant à l’arc, tandis que la drakéide Kwhazza se frayait un chemin vers Gregg en dansant avec sa lance exotique.

Pendant que Rowan et Xanaph se mesuraient à la force combinée des deux forgeliers et de Kwhazaa, Valtrex faisait le tour discrètement pour aller s’en prendre à l’artificière et Dewdrop s’en allait faire de même avec Moynahan et Taktoo. Gregg et Aolani réussirent à se déprendre et avancèrent vers la mêlée, le premier pour couvrir ses alliés et la seconde pour aller guérir leurs blessures.

Un à un, les adversaires tombèrent inconscients. Pour leur éviter une mauvaise surprise, on les plaça doucement dans ce qui avait servi d’abri pour la nuit, mais en prenant grand soin de mettre leurs effets personnels bien haut dans un arbre pour qu’ils aient toute la misère du monde à les récupérer.

Fouillant leurs poches, on ne trouva ni or ni richesses, mais plutôt une carte de la région montrant clairement le village drow détruit quelques jours auparavant. On y voyait également une tour triangulaire qui semblait être la pyramide mentionnée plus tôt par Kwhazaa et Taktoo. Les notes annexées à la carte indiquait que, au cas où le sauvetage prenne plus de temps que prévu, le groupe de Moynahan devrait aller rejoindre le Triskaideka à la pyramide. Désireux de prendre la Compagnie de vitesse, les six aventuriers se hâtèrent d’aller vers le site indiqué.

Grâce aux talents de guide de Valtrex, le groupe atteint rapidement la base d’une très ancienne pyramide de pierre surmontée d’une tour montant par-delà la cime des arbres. Les bruits de la jungle furent rapidement couverts par le craquement du tonnerre et le rugissement des flammes provenant du ciel derrière le groupe. Rowan grimpa à un arbre pour y voir plus clair et put apercevoir le Triskaideka remorquant l’Éthérée sous sa coque et se faisant harceler par un plus petit aéronef lui tournant autour tel un taon. De son emplacement, R»owan put aussi voir que la tour s’élevant au-dessus de la pyramide se terminait en une demi-sphère qui semblait être la destination recherchée par les deux vaisseaux volants.

Au pas de course, le groupe grimpa les énormes marches de l’escalier menant à l’entrée de la tour, enjambant les lierres et les débris jonchant chacune d’entre elles. Une fois à l’intérieur, la quantité phénoménale de poussière et de toiles d’araignées confirma que personne n’était passé par là depuis au moins plusieurs années.

Le corridor étroit – beaucoup trop pour que le bâtiment ait été bâti à l’intention de géants – se sépara bientôt en deux. L’œil aguerri de Valtrex repéra des herses prêtes à tomber du plafond dans chacune des deux branches de même que des serpents mécanique rôdant dans une grande pièce au bout.

Dewdrop désarma les pièges d’un des passages et le groupe se faufila discrètement derrière elle. Les serpents ne virent pas ceux qui approchaient, mais quelque chose d’autre put le faire, car Rowan et Caltex reçurent chacun un carreau d’arbalète en plein visage, les aveuglant temporairement.

Les assaillants se révélèrent être deux forgeliers étranges. Au lieu de bois et de métal, ceux-ci étaient formés d’un agrégat de pierres et de cristaux. Un de leur bras se terminait par une lame de couteau et l’autre était remplacé par une arbalète. Pour rendre les choses encore plus difficiles, il savaient viser les endroits vulnérables des intrus et avaient la capacité de faire se disperser les pierres les composants pour se rassembler plus loin.

Évidemment, une fois le combat entamé, les serpents mécaniques vinrent prêter main forte à leurs alliés en mordant ou en hypnotisant tous ceux qui entraient dans une pièce devenue rapidement trop petite pour tous ceux s’y trouvant.

Les gardiens furent finalement vaincus et, si les créatures ne semblaient à prime abord rien garder, on trouva une trappe secrète dans le plafond. Aolani la décoinça pour révéler une étroite cheminée sur les côtés de laquelle on avait gravé des barreaux d’échelle. Après avoir fait la courte échelle à tous ses compagnons, la goliath sauta sans difficulté pour les rejoindre et entamer la montée.

À la file indienne, les six aventuriers montèrent pendant de longues minutes avant d’arriver à une autre trappe scellée qui céda aussi facilement que la première. Il s’avéra que la demi-sphère au sommet de la tour était creuse comme un bol et que sa surface intérieure était recouverte de glyphes anciens. Par contre, pendant le temps qu’il avait fallu pour escalader jusque là, les deux aéronefs avaient réussi à s’approcher critiquement de l’endroit. Seul les vents violents au-dessus du bol les empêchaient d’atterrir normalement. L’équipage de chacun était maintenant occupé à descendre des ancres pour s’amarrer au sommet de la tour.

Subtilement, les six compagnons rampèrent jusqu’au bord sans être vu par les gens sur le pont du Triskaideka et de l’autre vaisseau.Les fresques représentaient des créatures stylisées, semblables à des dragons ou à des géants de couleurs vives, le tout accompagné de texte dans une langue hiéroglyphique que personne ne reconnaissait. Pendant que Gregg et Xanaph tentaient de déchiffrer l’écriture, les autres s’affairaient à couper les câbles des navires.

Cela eut pour effet de les éloigner de la tour, mais tout le monde à bord put voir ce qui se tramait dans le bol. Dans le but de ralentir davantage les deux vaisseaux, Gregg se servit de sa connaissance de l’arcane et Xanaph de son dracogramme des tempêtes pour utiliser l’énergie magique ambiante de la tour afin d’augmenter l’intensité des vents pendant que les autres reprenaient le travail de recopiage.

Malgré cela, les deux aéronefs réussirent à se positionner suffisamment près pour qu’une première vague de gens ne descendent sur les rebords du bol. Certains remarquèrent que Bravo d’Sivis semblait avoir abandonné la Compagnie de la roue noire pour se joindre au Codex écarlate. Thalas sauta en bas du plus petit aéronef, alors que Xillich d’Lyrandar et Veren d’Tharashk descendaient du Triskaideka. Discrètement, Bristol les suivit.

Au moment où les pieds des quatre hommes frappèrent les murets déjà endommagés par le temps et les multiples tentatives d’y accrocher une ancre, de minces fissures partirent de la périphérie jusqu’à la cheminée centrale, dont les bords commencèrent à s’effondrer. Bientôt, tout le sommet de la tour tremblait et, soudain, le centre du bol éclata en morceaux. Un immense dragon apparemment fait entièrement de glace et de neige fila vers le ciel sous une pluie de glace et de débris de pierre. Parmi ces débris se trouvaient plusieurs dragons plus petit – mais tout de même énormes – et d’autres créatures elles aussi faites de glace et de débris.

Un de ces jeunes dragons fonça vers le petit aéronef alors que deux se ruèrent sur le Triskaideka, mais un troisième se posa sur les restes de la tour, prêt à passer à l’attaque. Alors que Valtrex et Aolani s’occupaient des petites créatures humanoïdes, les autres firent équipe pour mater le dragon. Si Gregg et Dewdrop purent le faire en gardant leurs distance, Rowan et Xanaph durent se rendre au corps-à-corps avec le monstre.

Le dragon était entouré d’un aura de vents violents qui bousculaient ceux qui osaient s’en approcher. Rowan en paya le prix et fut poussé au bord du trou d’où était surgi le grand dragon de glace. Plus le temps passait et plus cette aura gagnait en volume et en intensité. Xanapah alla rejoindre Rowan sur le bord de la cheminée, puis tous les deux furent poussés vers le fond. Heureusement, les talents d’alpinismes des deux leur permirent de se rattraper sur la paroi et de revenir à temps pour aider leurs alliés à achever la bête.

Pendant tout le combat, les gens entourant l’arène incitaient ceux restés au centre à venir les rejoindre:

- Je sais que vous avez soif de connaissance. Venez ici et vous serez les bienvenus dans le Codex écarlate, s’écriait Thalas.

- Je veux simplement revoir mon fils en vie. Vous êtes des bons agents et vous l’avez sauvé deux fois déjà. La Compagnie de la roue noire a besoin de gens comme vous, surenchérit Veren d’Tharashk.

- Taïpan s’est portée garante de vous. Comme le dit mon collègue, joignez notre organisation et nous changerons le monde, ajouta Xillich, avec un clin d’œil indiquant qu’il ne parlait clairement pas de la Compagnie.

Les membres de l’Alliance de la lumière profitèrent de cet échange pour sauter à bord de l’Éthérée, amenant avec eux Drowdude. Avant d’y aller, Bristol se retourna vers les aventuriers: “N’écoutez pas ces impies. Je sais que votre cœur est bon. J’apprécie votre travail et j’aimerais continuer à travailler avec vous. Faites-nous confiance et je vous tirerai d’ici.”

Alors que tout le monde s’empressait de quitter la tour, celle-ci menaçant de s’effondrer d’une minute à l’autre, les aventuriers se concertèrent brièvement puis choisirent de faire confiance à l’Alliance de la lumière. Avec Netayef aux commandes, l’Allliance avait réussit à réactiver l’anneau élémentaire de l’Éthérée et à se détacher de la coque du Triskaideka.

Prenant leurs distances par rapport au vaisseau mère de la Compagnie, l’Éthérée et le Rietveld filèrent chacun de son côté. Quelques minutes plus tard, le sommet de la tour put être observé en train de s’effondrer dans un grand fracas.

Le lendemain matin, l’Alliance et ses nouveaux membres étaient revenus à Stormreach. La tête reposée, les événements de la veille rappelèrent un passage de prophétie noté dans des ruines à quelques jours au sud de la cité: “Le cinquième fut le premier; le cinquième y restera. Quand les quatre iront au sommet, le ver blanc se réveillera.” Était-ce ce qui venait de se passer? Reverrait-on ce “ver blanc”. Le temps allait apporter réponse à ces questions, mais pas avant plusieurs longs mois.

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.