Les Dessous de Xen'drik

L'Anneau des tempêtes

Où on a le vent dans le visage

Suite à la découverte dans les ruines géantes de Tharkgun Dhak d’une ancienne fresque concernant l’arme ayant jadis permis de sceller les dragons élémentaires, l’équipage des Ailes de la prophétie mit le cap vers la région connue sous le nom d’Anneau des tempêtes, où des drows vivaient dans les ruines d’anciennes cités elfes ensevelies depuis des siècles.

Avant de mettre le cap vers l’est, Valtrex avait pris soin de contacter magiquement son père, Zen’kar, pour s’assurer que ses compagnons de voyage bénéficient d’un accueil chaleureux sur le territoire des drows umbragens. Zen’kar répondit qu’il s’en chargerait personnellement et qu’il attendrait sa fille et ses amis dans l’ancienne cité d’Ossiryn.

Malheureusement pour les passagers des Ailes de la prophétie, l’Anneau des tempêtes devait son nom aux vents aussi puissants qu’imprévisibles qui soufflaient sur une zone de plusieurs dizaines de kilomètres de rayon. L’aéronef fut donc stationné près de l’orée de la zone de vents violents et laissé entre les mains de Trivial pendant qu’un groupe composé de Valtrex, Xanaph, Rowan, Dewdrop, Aolani et Lauraszacrel se mettait en marche vers la cité drow.

Sur papier, la randonnée jusqu’à la ville située en plein centre de l’Anneau des tempêtes aurait dû ne prendre que deux ou trois jours. Cependant, les conditions menaçant à tout moment de faire chuter quelqu’un ou de le pousser dans un précipice ou dans les ronces vampiriques, la vitesse de marche se vit sérieusement diminuée, et ce malgré les conseils de Valtrex qui avait déjà voyagé dans la région.

Après cinq jours de marche, alors que le groupe pouvait enfin espérer atteindre Ossiryn avant la tombée de la nuit, le vent porta aux oreilles de Rowan les bribes d’une conversation en langue géante. Le ton grave et caverneux des voix laissant supposer qu’il s’agissait d’ogres ou de géants et qu’on risquait de tomber nez à nez avec eux au détour d’un rocher. Dewdrop et Valtrex furent envoyées en éclaireuses et arrivèrent face à face avec deux géants de trois mètres au teint bleu et blanc. Malgré leur taille, les deux colosses étaient presque aussi habiles que la drow et la pixie pour se cacher et, qui plus est, n’eurent aucune difficulté à les repérer.

Criant à un supérieur encore dissimulé qu’ils avaient trouvé une drow, une pixie et un paquet d’autres races étranges, les deux guerriers reçurent l’ordre de ne laisser que la drow en vie. Le reste du groupe d’aventuriers fonça donc dans le tas pour venir en aider aux deux filles se trouvant dans une fâcheuse position. Les deux éclaireurs géants furent vite rejoints par cinq autres géants de froid, dont un sorcier manipulant avec brio le vent et la neige. Une bourrasque intense projeta Xanaph au sol avant même qu’elle n’ait pu s’approcher, mettant la demi-elfe hors d’État de nuire pour un long moment et transformant le combat en une lutte à sept contre quatre. Les probabilités furent vite rétablies quand les quatre géants les plus jeunes et les moins expérimentés furent envoyés au tapis par Dewdrop et Rowan. Alors qu’il était immobilisé par la magie de Valtrex, Aolani lança sa terrible malédiction sur le chef des géants dans le but d’en faire son zombi. Se relevant d’entre les morts, il n’eut cependant pas le temps de se montrer utile, car un des éclaireurs géant s’assura qu’il tombe encore et ne se relève plus.

Pendant tout le combat, le vent bouscula les combattants d’un côté à l’autre. Même si les géants résistaient facilement à cette poussée, la situation se trouva étonnamment à avantager les aventuriers venus de Stormreach. Alors que le vent poussait parfois assez fort pour envoyer les géants directement dans les ronces acérées, il arrivait au contraire qu’il en sorte leurs adversaires. Plusieurs se demandaient s’il ne s’agissait pas là d’une manifestation inconsciente de la marque des tempêtes de Xanaph.

Quoi qu’il en soit, le groupe se rendit ensuite rapidement jusqu’aux portes d’Ossiryn, où les vestiges d’une ancienne muraille protégeaient l’entrée des tunnels menant à la cité souterraine. Bien en vue sur un des murs, un groupe de neuf drows umbragens montait la garde armé d’arcs, d’arbalètes et de baguettes magiques. À la vue du groupe d’étrangers et de zombis, les drows brandirent tous leurs armes, près à frapper.

Ayant espéré un accueil plus cordial, mais s’attendant malgré tout à ce genre de réception, les aventurières se mirent tout de suite en position défensive. Valtrex avança pour se présenter et expliquer la situation, mais elle ne reçut que des menaces de se faire abattre si elle faisait un pas de plus. Dewdrop eut un peu plus de succès, mais le groupe se butait toujours à une fin de non-recevoir. Pendant de longues minutes, les négociations tournèrent en rond, les drows, apparemment inquiets et effrayés, refusant de laisser s’approcher les étrangers.

À plusieurs reprises, Rowan menaça de perdre patience et de charger dans le tas avec son marteau. Ç’aurait sans doute été l’issue de la rencontre si l’intuition d’Aolani n’avait pas permis de réaliser que les drows voyaient les membres du groupe comme autant d’aberrations tentaculaires plutôt que comme ce qu’ils étaient vraiment. Xanaph fut en effet en mesure de détecter une faible aura d’illusion sur chacun d’entre eux. Celle-ci avait dû se déposer quelque part depuis la rencontre avec les géants, mais l’important était que, aidée de ses alliés, la demi-elfe parvint à dissiper l’illusion. Les négociations purent alors reprendre sur un ton un peu moins méfiant et les aventuriers furent escortés à l’intérieur des ruines d’Ossiryn.

Dans les dédales sans lumière de l’ancienne forteresse elfique, les compagnons n’eurent d’autre choix que de sortir leurs torches pour voir où ils mettaient les pieds, ce qui leur valut quantité de regards désapprobateurs de la part des drows qu’ils croisaient. De fil en aiguille, le groupe fut amené au temple de l’Umbra, ancienne chapelle du palais reconverti par les drows umbragens. À cet endroit, on leur fit clairement comprendre qu’aucune source de lumière ne serait la bienvenue. Valtrex entra d’abord seule, profitant de la vision nocturne parfaite des drows.

À l’intérieur, elle put finalement être réunie avec son père Zen’kar, qu’elle avait quitté trois ans plus tôt pour partir à la recherche de quelque chose qui puisse aider son peuple contre les aberrations des souterrains. Zen’kar était cependant ligotté à un trône de pierre, supposément parce qu’il s’était porté volontaire pour une expérience qui devait le rendre plus apte à lutter contre les aberrations. Demandant à s’adresser à tous les compagnons de Valtrex, elle alla les chercher et les guida, dans le noir le plus total, à la chambre où était retenu son père.

Au meilleur de sa connaissance, Zen’kar put confirmer les informations acquises dans les ruines géantes de Tharkgun Dhak. Selon lui, les elfes et drows ayant survécu à la chute de l’empire des géants auraient clairement gardé des traces de ces informations. La forteresse d’Ossiryn aurait été un endroit parfait pour ce genre de devoir de mémoire, mais de telles informations auraient été gardée dans la bibliothèque, or celle-ci se trouvait jadis au sous-sol et les deux étages inférieurs du palais étaient désormais scellés depuis qu’ils avaient été pris d’assaut par des aberrations.

Alors que Vank’kar expliquait que, si aucune aide extérieure n’était trouvée, la société des umbragens telle qu’on la connaissait n’en avait plus que pour quelques dizaines d’années d’existence, dans ce qui ressemblait drôlement à des adieux à sa fille, une alarme retentit et un garde fit irruption dans le temple en hurlant qu’une brèche avait éclaté dans les fortifications empêchant les aberrations de monter des étages les plus profonds. Des dizaines de monstres semblables à des termites géantes avec des lames en guise de pattes avaient commencé à grimper dans la cité. Tous les drows en état de se battre se voyaient ordonnés d’aller aider à endiguer l’invasion.

Une fois à l’extérieur du temple, les héros de Stormreach échangèrent quelques regards et se dépêchèrent d’aller prêter main forte aux gardes de la citadelle. Arrivés sur les lieux du drame, les compagnons virent des dizaines de drows luttant comme ils le pouvaient contre des monstres de la taille de gros chiens. Deux autres créatures, respectivement deux et cinq fois plus grosses, ne laissaient de leur côté aucun quartier, abattant un drow après l’autre.

Les cinq aventuriers foncèrent dans le tas pour leur prêter secours et éliminer ce qui semblait être les meneurs de l’attaque. Au prix de multiples blessures et d’un des zombis d’Aolani, les aberrations furent vaincues et la plupart des drows ayant porté participé à l’attaque purent être sauvés.

Dans les minutes qui suivirent, alors que des drows arrivaient déjà pour refaire temporairement les barricades bloquant l’accès aux niveaux inférieurs, les compagnons se rendirent compte que le chemin vers la bibliothèque se trouvait droit devant eux. Trop blessés et épuisés pour descendre dans l’immédiat, ils jugèrent de convaincre les drows de les laisser y aller dans les prochains jours afin de découvrir l’information dont ils avaient besoin

Comments

Borris

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.