Les Dessous de Xen'drik

Les inquisiteurs

Où tout le monde part à la chasse

Avant de partir pour le Khorvaire, les aventuriers des Ailes de la prophétie durent décider qui de leurs passagers les accompagneraient jusqu’au continent du Nord. Surrayana et Lauraszcrel s’étaient déjà mises suffisamment dans le pétrin en désobéissant à leur sœur aînée Sesstaria et avaient toujours une mission à remplir à Xen’drik. Elles décidèrent donc d’y rester pour jeter un œil sur les agissements des autres factions intéressées par la prophétie draconique. Avec un léger regret, Aolani ordonna à sa bête éclipsante zombie de rester avec les deux dames et de les protéger du mieux de ses capacités. Les pixies élémentaires souhaitaient simplement trouver un endroit sécuritaire à habiter et restèrent sur le navire pour le moment. Keptolo, quant à lui, brûlait d’impatience de revoir le Khorvaire et tenait donc à accompagner les compagnons. Il en allait évidemment de même pour Trivial.

Avant de partir, l’équipage fit un détour pour passer en vue de Stormreach. La ville portuaire semblait en proie à une poignée de catastrophes naturelles simultanées. Le volcan dans les montagnes du nord peuplées par des goliaths était encore en éruption, une pluie torrentielle était en train de s’abattre sur la ville, le port était jonché de blocs de glace et on put déceler au moins deux petits tremblement de terre dans les quelques heures passées en vue de la cité. Pour compliquer les choses, des dizaines de dragons de couleurs et de tailles diverses survolaient la ville. Malgré le danger que cela représentait pour eux, on libéra tout de même les otages Sangri d’Medani et Dharmah d’Cannith près de Stormreach, se disant que le risque de se faire prendre avec deux prisonniers de maisons marquées à Sharn était trop grand.

Arrivé en vue du continent du Khorvaire après un long voyage, l’équipage bifurqua vers l’est en direction de Trolanport, la capitale de la nation gnome de Zilargo. Là, on engagea un groupe de guides pour amener les pixies élémentaires jusqu’à Pylas Pyrial, une ville d’éladrins venue du monde des fées, où on avait toutes les raisons de croire que des fées d’un autre plan pourraient aussi trouver leur place. Après cette escale et de touchants adieux, on repartit droit vers l’ouest en direction de Sharn, la cité des tours.

Arrivés au sommet de la centaine d’étages des tours de Sharn, l’aéronef fut amarré à un quai et, après les formalités de frais de douanes et une fouille par les autorités, les compagnons furent invités à descendre. À son grand regret, Aolani se fit informer que les morts-vivants étaient interdits de présence en Brélande. Puisqu’ils étaient intouchables tant qu’ils restaient dans la cale du vaisseau, elle les y laissa pour le moment.

La première chose à faire en descendant du vaisseau fut de prendre une gondole volante et de se rendre à l’Université Morgrave, où les documents trouvés dans les ruines d’Ossiryn avaient été emmenés. Dans le mélange de races hétéroclites venues étudier à la populaire université, le groupe comprenant une goliath, une pixie et une drow ne paraisait que légèrement étrange. Allant d’abord à la bibliothèque, les cinq compagnons trouvèrent beaucoup de livres sur l’histoire de Xen’drik, mais très peu sur la période de transition entre l’Âge des géants et l’Âge des monstres et encore moins sur l’utilisation d’une éventuelle arme capable de vaincre ou de bannir des dragons élémentaires. Suspectant que rien n’ait encore été publié au sujet des artefacts ramenés d’Ossiryn quelques années auparavant, les aventuriers tentèrent d’aller rencontrer les professeurs du département d’histoire et d’archéologie.

Dans les corridors, ils croisèrent un homme corpulent assis dans un fauteuil de bronze mu par une multitude de pattes mécanique. Son bras droit était remplacé par une prothèse de métal semblable aux membres des forgeliers. Se présentant comme le Halfer Blackfriar, professeur d’histoire spécialisé dans l’étude de l’empire de Dhakaan, il se montra à la fois irrévérencieux et très utile. Après une longue anecdote sur comment il s’était fait mutilé par des gnolls cannibales en Droaam, il remit aux aventuriers une référence pour le professeur Arman Biller qui, lui, était un spécialiste de la chute de l’empire des géants à Xen’dik.

Le professeur Biller devait être important au sein de l’équipe de l’université puisqu’il disposait d’un grand bureau attenant à un immense laboratoire dans lequel s’affairaient des étudiants et étudiantes de différentes races. Acceptant de recevoir les visiteurs dans son bureau, le professeur se trouva vite captivé par les récits de découvertes d’anciennes fresques à Xen’drik et de la visite des ruines d’où provenaient justement les artefacts qu’il étudiait présentement. Il n’était pas contre l’idée de permettre aux aventuriers de voir les fresques par eux-mêmes, mais il leur avisa qu’il attendait le dépôt imminent des rapports d’analyse de certains de ses étudiants et qu’il serait sans doute plus intéressant pour les visiteurs de revenir une fois qu’il serait possible de regarder tout cela. Biller leur donnan donc un rendez-vous pour la semaine suivante.

Avant de quitter l’université, Xanaph emmena ses allés rendre visite à un allié de longue date, Rikard ir’Vlassek, professeur d’histoire et généalogiste à Morgrave. Il fut ravi de revoir la demi-elfe en personne et tenta du mieux qu’il le pouvait d’aider le groupe dans sa quête, mais son expertise se limitait surtout aux lignées du Khorvaire et d’Aerenal.

En route pour se trouver une auberge où passer la semaine, Xanaph ramassa le dernier numéro de l’Inquisiteur de Sharn, histoire se savoir ce qui se passait en ville et dans les environs. Au milieu de chroniques de chats perdus et de débilités patriotiques, le tabloïd parlait de dragons occupant Stormreach, d’une opération militaire conjointe entre la Brélande et la Compagnie de la roue noire et faisait même allusion à la présence de la changeling Derecka Tran à Sharn.

Les compagnons trouvèrent facilement une auberge confortable dans le quartier de Moyen-Tavick, mais Rowan choisit de profiter de la semaine d’attente pour aller rendre visite à son mentor Vaurak, histoire de lui faire un compte rendu sur les événements des derniers mois, notamment au sujet de la rencontre avec Connor. Avec les cercles de téléportation de la maison Orien, Rowan devrait être revenu à Sharn à temps pour le rendez-vous.

Le reste du groupe profita du délai pour ramasser de l’information sur l’actualité khorvairienne ou encore pour vendre et acheter des objets magiques. Les quatre se rendirent même au port de Sharn pour vérifier qu’il s’y trouvait bel et bien le Parasol, clipper de Derecka Tran. Son équipage était éparpillé dans les bordels des environs, mais personne ne pouvait dire où la capitaine se trouvait.

On retrouva également la trace de Cambon, celui qui avait vendu une auberge cribblée de dettes à Stormreach. Il s’était reparti une auberge dans le secteur de Bas-Dura. On considéra aller lui payer une visite mais, comme on ne voyait ce que cela apporterait au-delà d’un léger sentiment de satisfaction, on remit cela à plus tard.

Le deuxième jour, les quatre femmes se rendirent à l’enclave de la maison Cannith dans l’espoir de rencontrer leur ancien compagnon Gregg. Ce dernier était absent mais, entendant les nom de Xanaph, Valtrex et Dewdrop, la secrétaire alla chercher une grand enveloppe noire qu’elle leur remis, supposément de la part de Gregg.

Dans une longue lettre, Gregg expliquait que Merix d’Cannith s’était montré très intéressé par les homuncules et proto-forgeliers rencontrés dans les jungles de Xen’drik. Il avait malgré tout envoyé Gregg à la tête d’une expédition dans les Terres du deuil pour y rencontrer et ramener des forgeliers dotés de pouvoirs psioniques. Peu convaincu qu’il reviendrait vivant, Gregg laissait le code d’une voûte de la banque Kundarak ainsi qu’une étrange clé magique. À l’intérieur de la voûte se trouvait quelques armes alchimiques ainsi qu’une rondelette somme en pièces de platine. Il y avait aussi une lettre encryptée et rédigée en géant indiquant l’emplacement d’un coffre-fort où se trouvait des objets magiques jugés trop dangereux pour être utilisés par les membres de la maison.

C’est à ce moment que Valtrex et Aolani se rendirent compte que le groupe était épié depuis un bon moment, pas partout, mais à tous les endroits visités affiliés à une des familles marquées : l’auberge, les bureau Cannith et maintenant la banque. Après avoir retenu prisonniers deux scions de familles marquées pendant plusieurs mois, les aventurières commençaient à se demander si elles ne s’étaient pas attiré les foudres des treize familles. Malgré les problèmes de sécurité que cela implique, les compagnes décidèrent de se relocaliser dans une auberge des bas-fonds, établissement qui ne serait certainement pas affilié à la maison Ghallanda.

Alors que le groupe retournait à l’auberge pour récupérer ses affaires, Valtrex aperçu un groupe formé des cinq membres du Codex écarlate rencontrés à Xen’drik. Ils ne virent heureusement pas les quatre dames et s’engouffrèrent dans un magasin d’armes et armures magiques. Dewdrop et Valtrex voulurent s’approcher pour épier l’autre groupe, mais ce n’est que trop tard qu’elles s’aperçurent qu’elles étaient suivies depuis des heures par un vieux nain et une demi-orque. Alors que les deux sortaient leurs rapières pour montrer à la drow de faire demi-tour, une férale avec une double épée et un tiefling en riches habits d’aventuriers bloquèrent le passage par l’autre côté.

Le tiefling se présenta comme Omen, chef d’un groupe de détectives qui avait été chargé de retrouver et d’escorter jusqu’à une destination précise les personnes de Xanapah, Valtrex, Dewdrop, Aolani et Rowan. Des papiers signés par les autorités lui donnaient la permission d’utiliser la force si les gens recherchés refusaient d’obtempérer. Se doutant que le mystérieux employeur ne leur voulait pas que du bien, les quatre aventurières firent quand même un bout de chemin avec les investigateurs jusqu’à ce qu’elles réalisent qu’on les ramenait vers le quartier des guildes des maisons marquées et que des archers en uniformes de la Compagnie de la roue noire patrouillaient l’étage supérieur.

D’un signe de tête, toutes les quatre sortirent leurs armes, mais les autres les avaient vu venir et en firent autant. Le nain et la demi-orque se révélèrent être des changelings avec des techniques de combat similaires à celles de Dewdrop. La férale, en plus de frapper fort avec ses deux épées, avait l’art d’attirer sur elle les attaques de ses adversaires puis de les bloquer. Omen, quand à lui, s’arrangeait pour ne se battre qu’avec un ennemi à la fois et profita d’une pause de quelques secondes pour conjuré un diable qui tirait des dards empoisonnés à distance.

Le combat dura plus d’une minute, amplement de temps pour qu’une petite foule se place sur les balustrades pour regarder, mais le point tournant fut franchi quand Valtrex réussit à contrôler l’esprit d’Omen et à le forcer à se jeter cinq mètres plus bas. Les trois autres furent maîtrisés et assommés et on ne revit pas Omen dans les minutes qui suivirent.

Prenant le risque de se faire intercepter par les forces de l’ordre, Dewdrop alla chez le marchand d’armes magique, mais les membres du Codex ne s’y trouvait déjà plus. Questionné sur leurs achats, le marchand répondit que ses derniers clients avaient acheté une importante quantité d’armures légères, d’armes et et d’outils, de même que plusieurs pierres augmentant la facilité à dialoguer avec les dragons.

Les compagnes décidèrent ensuite d’abandonner les quelques effets personnels laissés à l’auberge et de trouver un endroit où se cacher. Le refuge choisi se trouva à être un temple de l’Ost souverain tenu pas le frère Edwin, un allié de longue date du frère Bristol. Edwin accepta sans hésitation de donner sanctuaire aux quatre aventurières. Il savait que son ami et ses alliés se portaient bien à Stormreach, mais les deux ou trois phrases échangées par semaine ne permettaient pas d’avoir une vue d’ensemble de la situation.

Edwin proposa tout de même une piste pour ses nouvelles amies. Il croyait en effet savoir où se terrait la changeling Derecka Tran. Un agent influent de la Cabale des ombres se cachait dans le quatier mal famé de Bas-Dura. Il s’agissait en outre d’un ennemi que Xanaph, Dewdrop et Valtrex avaient déjà combattu, soit Burglu le gobelin. Malgré les apparences de petit chef de gang qu’il affichait, Burglu était en fait un vampire centenaire très puissant. C’est notamment lui qui avait transformé le frère Rhema en mort-vivant quelques années auparavant. Motivés par le désir d’aidé l’Alliance de la lumière et par celui de se venger du vampire original qui leur avait causé tant de soucis, les quatre aventurières se préparèrent sur le champ à aller rendre visite à Burglu. Le dernier combat ne les avait laissées pas trop mal en point et chaque minute qui passait augmentait les chances que Derecka Tran n’y soit plus.

Avec l’adresse donnée par Edwin et les souvenirs de leur dernière visite, le quatuor n’eut pas de difficulté à trouver l’endroit. L’entrée étant un long corridor, il était impossible de faire une arrivée discrète. À l’intérieur, éclairé par des chandelles de suif, se trouvaient le gobelin Burglu et une poignée de jeunes et beaux humanoïdes de diverses races. Ces derniers semblaient comme dans une transe. Il ne fallut pas longtemps à Burglu pour avouer être un mort-vivant et celui qui avait transformé Rhema en vampire. Il entama ensuite un long débat idéologique sur le bien-fondé de l’existence de la Cabale et sur comment la faction avait besoin de gens comme celles qui se trouvaient devant lui. À leur grande surprise, les quatre guerrières se retrouvèrent non seulement à écouter le laïus, mais également à considérer sérieusement l’offre. Aolani et Valtrex, notamment, étaient prêtes à faire le saut vers la Cabale sur le champ.

Peut-être Burglu finit-il par être trop insistant ou peut-être était-ce son insinuation qu’il avait toujours l’option de faire de quelqu’un son esclave en le changeant également en vampire, mais un certain malaise commença éventuellement à se faire sentir. Xanaph et Dewdrop pressèrent les autres de quitter les lieux, quitte à revenir plus tard après réflexion et discussion avec Rowan.

Sentant que ses proies allaient lui échapper, Burglu actionna en vitesse en levier déclenchant une grille bloquant le hall d’entrée et ordonna à ses serviteurs adolescents de passer à l’attaque. Le combat aurait peut-être pu être facile, mais deux grandes silhouettes d’ombre sortirent des murs latéraux de la pièce et commencèrent à approcher. Selon Aolani, il s’agissait là de spectres puissants qui avaient la capacité de transformer ceux qu’ils tuaient en spectres. Il semblait bien que Burglu ait l’intention se transformer ses visiteuses en morts-vivants sur le champ.

Si Aolani réussit à éliminer tous les esclaves morts-vivants d’un coup, Burglu et ses spectres se montrèrent beaucoup plus coriaces. Tous régénéraient leurs blessures à moins de subir des dégâts de lumière et la simple présence des spectres était assez pour drainer l’énergie vitale de ceux qui se trouvaient à proximité. Après quelques échanges de dague et de rayons nécrotiques, Burglu prit temporairement le contrôle de l’esprit de Xanaph, la poussant à attaquer ses alliés et à les envoyer dans les griffes des deux spectres. Étonnamment, si les spectres frappaient évidemment pour tuer, le vampire tentait plutôt d’assommer ses victimes.

Après un certain temps, Burglu pris la forme d’un grand nuage de brouillard glacé. Sous cette forme, il pouvait passer par-dessus ses ennemis et les frigorifier, tout en de recevant qu’une fraction des dégâts de leurs attaques. Blessé malgré cela, il était clair qu’il se dirigeait vers la grille d’entrée,par où il aurait pu se faufiler. Cette technique fut relativement de courte durée, puisque Valtrex fonça sur Burglu avec son bâton investi d’énergie divine et retransforma le vampire en gobelin. Incapable de s’enfuir et n’arrivant pas à se concentrer pour dominer quelqu’un d’autre, Burglu comptait alors sur sa capacité de boire le sang des vivants pour se guérir lui-même, mais Aolani accomplissait un travail formidable pour fermer les blessures de ceux que Burglu approchait. Ratant son ultime tentative de mordre Xanaph, le vampire fut détruit pas les guerrières.

Afin de s’assurer qu’il ne revienne pas une seconde fois, la dépouille de Burglu fut amenée jusqu’au port de Sharn où, après plusieurs heures, le Soleil se leva enfin, réduisant l’ignoble gobelin en un tas de cendres.

Rhema était vengé, Edwin serait heureux, mais il restait encore la question de demeurer à Sharn pendant la prochaine semaine malgré toutes les factions aux trousses du groupe. Sans compter le défi de se rendre en plein jour dans une université ouverte au public pour y dénicher de l’information recherchée par ces mêmes factions.

Comments

Borris34

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.