Les Dessous de Xen'drik

Réunions de famille

Où il commence à faire chaud

Quelques semaines après avoir fui la cité riédrane de Dar Qat, les compagnons de Xen’drik avaient finalement réussi à déchiffrer les murales qu’ils y avaient dérobées. En combinant ces pétroglyphes originaires des ruines reptiliennes de Mel-Aqat avec les fresques enchantées de Tharkgun Dhak et les documents trouvés dans l’ancienne bibliothèque d’Ossiryn, on pouvait pratiquement dresser un mode d’utilisation pour l’arme millénaire trouvée près de Stormreach et censée permettre de bannir même les plus puissantes des créatures élémentaires.

Évidemment, il y avait encore beaucoup à faire pour être en mesure de passer à l’action. Notamment, il fallait obtenir le sacrifice simultané et volontaire, corps et âme, de quatre créatures. Les notes d’Ossiryn indiquaient que, lors de la dernière utilisation de l’arme, un elfe, un géant, un reptilien et un rakshasa avaient accepté de payer le prix ultime. Pour couronner le tout, les textes de Tharkgun Dhak précisaient que le rituel nécessitait un “vrai” représentant de chacune des races, sans vraiment indiquer ce que cela voulait dire.

Dans le but d’en apprendre peut-être davantage et de discuter avec les descendants directs d’un des peuples ayant créé l’arme, mais surtout parce que les notes prises aux inspirés de Dar Qat parlaient d’y envoyer une force d’invasion dans les prochains mois, les aventuriers se rendirent chez les drows umbragens d’Ossiryn. Comparée à la visite précédente, où les vents violents de l’Anneau des tempêtes avaient forcé le groupe à laisser leur aéronef derrière et à marcher trois jours avant d’atteindre la cité drow, la balade rapide sur le dos de Tantron l’éléphant parut très agréable.

Une fois à destination, tout le monde à l’exception de Valtrex a dû faire face à un accueil à peine moins hostile que l’année précédente de la part des habitants de la forteresse ensevelie. Le simple fait qu’ils En plus des milliers umbragens et de leurs nombreux cousins vulkooris qui se trouvaient déjà sur place la dernière fois, la ville semblait abriter une population importante de drows sulatars, les maîtres du feu du centre de Xen’drik. Ce n’est qu’une fois les compagnons mis en contact avec des gens qui les avaient croisés un an plus tôt ou qui avaient entendu parler de leurs exploits que les regards passèrent, du moins en partie, de la méfiance à la reconnaissance. Il fut même plutôt facile de négocier une rencontre pour le lendemain avec le conseil de l’Umbra.

Sans l’option de louer une chambre à l’auberge, Valtrex amena ses alliés dans ce qui avait été la maison de Zen’kar, son père. Vidée de tout son mobilier, on n’y trouvait plus qu’un vieux lit décrépit et une épaisse couche de poussière et de toiles d’araignées. La drow s’installa pour méditer sur le lit tandis que les autres s’installaient pour dormir dans les deux autres pièces. Au beau milieu de la nuit, la druidesse sentit des longs filaments collants tomber sur sa tête. Elle avait à peine eu le temps de lever les yeux qu’une énorme araignée (plus du double de la taille de la druidesse elle-même) lui tombait dessus.

Les cris de Valtrex réveillèrent tout le monde, mais il fallut un bon moment avant que quelqu’un ne réussisse à la rejoindre avec une source de lumière. Les autres arrivèrent à temps pour voir leur amie essayer de se déprendre des pattes d’un monstre qui, malgré sa position, ne semblait pas poser de menace immédiate, d’autant plus que son corps était couvert de bandages et de pansements partiellement ensanglantés. Qui plus est, la créature hybride était composée de l’abdomen d’une araignée géante surmonté du torse et de la tête d’un drow aux traits de Zen’kar.

Il fallut un certain temps à Valtrex pour s’en convaincre, mais elle se trouvait bel et bien en présence de son père. Le rituel auquel le guerrier s’était laissé exposer avait effectivement fait de lui un meilleur chasseur d’aberrations : plus fort, plus agile, plus rapide, mais visiblement traumatisé par l’événement. Tentant de communiquer par des grognements et des gémissements, il n’arriva même pas à faire comprendre si son mutisme était la conséquence de sa transformation ou de ses combats récents contre les monstres de Khyber.

C’est avec cette scène en tête que le groupe se rendit vers le temple de l’Umbra. Comme à leur dernière visite, ils furent interdits d’amener avec eux quelque source de lumière qui soit. Tout le monde à part Valtrex dut donc se résoudre à avancer à tâtons jusqu’à la salle d’audience. Les membres du conseil de l’Umbra se montrèrent à prime abord peu préoccupés par la présence de dragons élémentaires à la surface et loin au nord de leur territoire. Ils étaient beaucoup plus attentifs à l’arrivée possible dans l’année d’une armée psionique connue pour mettre les non-humains à l’esclavage, mais même cela n’arrivait pas à occulter la pression constante des aberrations venues des enfers.

C’est d’ailleurs vers ce point que le conseil dirigea doucement la conversation. Les dirigeants d’Ossiryn étaient toujours très reconnaissants des rituels druidiques des Confins d’Eldyn que leur avaient rapportés Valtrex et Rowan, mais ils avaient dû faire appel aux connaissances arcanes de leurs cousins sulatars, ce qui expliquait une présence de tant de leurs guerriers dans la cité, en échange d’une faveur future qui restait à nommer.

C’est à ce moment qu’un des drows proposa un marché. Le conseil s’assurerait que les gens les plus compétents se penchent sur les instructions de l’arme légendaire, trouvent ce que pouvait être un vrai elfe veut dire à cet égard et, qui sait, peut-être même en trouveraient-ils un parmi la population d’Ossiryn. En échange, les compagnons accepteraient de mener une courte mission dans les tunnels de Khyber. Un grand groupe de sulatars était parti dans les souterrains avec les composantes et les instructions du rituel pour sceller la source des aberrations. Quatre jours plus tard, non seulement était-on sans nouvelles d’eux, mais les deux groupes d’éclaireurs envoyés à leur recherche étaient aussi portés disparus. Pour couronner le tout, le groupe de sulatars était dirigé par l’équivalent d’un prince de son peuple et ne pas tenter de se porter à son secours pourrait mettre un péril la fragile alliance entre les deux nations drow.

Les aventuriers quittèrent donc le temple pour ramasser leur équipement et descendre jusqu’aux niveaux les plus profonds de la forteresse d’Ossiryn. En sortant, Valtrex aperçut dans le noir les silhouettes d’un humain et d’un homme-lézard qu’elle ne reconnut pas sur le champ, mais qu’elle identifierait quelques heures plus tard comme Xorchilit et Connor de Delethorn. Entretemps, les compagnons furent heureux de constater que les drows avaient repris presque tout le territoire de l’ancienne cité elfique. Il fut donc facile de descendre jusqu’à ce qui avait autrefois été le premier étage. Le niveau de l’ancien rez-de-chaussée, en revanche, grouillait encore parfois d’aberrations. C’est donc avec la plus grande prudence que le groupe quitta la citadelle pour s’avancer dans les cavernes naturelles qui serpentaient tout autour.

Il ne fallut pas attendre longtemps pour remarquer une faible lueur rougeâtre à l’avant, accompagnée d’une forte odeur de soufre. Un bref instant plus tard, une meute de monstres à l’apparence de bêtes sauvages crachant le feu apparut en chargeant. Derrière eux, une aberration encore plus étrange, composée principalement de flammes, lançait l’une après l’autre des projectiles incandescents qui laissaient les bêtes indemnes, mais embrasaient le sol et les aventuriers qui s’y trouvaient. Grâce à la magie de Xanaph, le groupe put résister partiellement à la chaleur et, au terme d’un long et douloureux combat, venir à bout de l’incursion de Khyber.

Pendant qu’Aolani s’assurait que personne n’avait subi de blessures trop sérieuses, Valtrex prit le temps d’inspecter les environs pour découvrir les traces d’un grand nombre d’humanoïdes, suivi plus tard par celles de deux petits groupe, ce qui semblait correspondre aux sulatars et aux deux équipes d’éclaireurs. Suivant le chemin emprunté par tout ce monde, qui s’avérait également être celui d’où venaient les aberrations enflammées, les aventuriers descendirent pendant plusieurs heures, dans des tunnels de plus en plus chauds, avant de voir le prochain signe de vie.

Dans une grande caverne sentant le soufre et le charbon, éclairée doucement pas des bassins de lave, un écran de fumée volcanique laissait entrevoir les silhouettes de quatre créatures. Trois d’entre elles semblaient être des drows qui, selon le bruit, étaient en train de creuser le sol. Une quatrième avait plutôt l’air d’un immense assemblage d’ossements disparates flottant à une mètre au-dessus du sol. Soit les drows n’avaient pas connaissance de sa présence, soit ils l’ignoraient tout simplement. Dewdrop s’avança pour mieux voir et fut surprise de constater que les drows étaient littéralement en feu. Quant à la quatrième créature, elle ressemblait à un grand nuage de fumée rouge à l’intérieur duquel flottaient un crâne à cornes, des vertèbres non connectées et quatre longs bras se terminant par des griffes acérées. Xanaph l’identifia comme un immolith, un démon mort-vivant sorti des endroits les plus chauds de Khyber. Profitant de l’effet de surprise, les compagnons sautèrent tous ensemble sur le démon. Évidemment, les trois drows ignés se portèrent tout de suite à sa défense, ce qui força le groupe à se battre sur deux fronts. Très vite, Aolani se retrouva à combattre seule avec ses zombis contre l’immolith. Balancée de gauche à droite, poussée dans la lave, la goliath réussit tout de même à encaisser les coups, à se relever et à se servir du pouvoir de sa masse enchantée pour briser les os du démon.

Le combat terminé, Xanaph se rendit compte que ce que les drows de feu avaient commencé à creuser se trouvait être un immense filon de pierres de Khyber. À l’œil, la valeur de revente d’un tel pactole dépassait facilement les cent mille pièces d’or. Dewdrop trouva quant à elle que, derrière les caisses remplies de cristaux, se trouvaient les cadavres rôtis de cinq drows, clairement des umbragens et donc vraisemblablement les restes de la dernière patrouille d’éclaireurs.

Espérant trouver l’explication derrière l’existence de drows enflammés, le groupe continua à suivre les traces de pas toujours plus creux dans les souterrains, la température continuant à augmenter à mesure que les tunnels menaient plus bas. Dans une large ouverture où la chaleur était à peine supportable, les aventuriers tombèrent sur un grand groupe de drows qui n’essayaient visiblement pas de se cacher.

Une poignée de sulatars se tenaient au bout d’une péninsule rocheuse donnant sur un lac de lave, à côté d’une pile de drows morts ou inconscients, probablement la première des deux patrouilles umbragens. Un des sulatars prenait les apparentes victimes une par une et leur plaçait les mains sur un genre de stalagmite fait de soufre, prenant soin de ne pas y toucher lui-même. Chaque fois, le drow s’immolait en un instant, avant d’être jeté à la lave. Il n’y restait apparemment pas longtemps car, quelques mètres plus loin, les drows ressortaient en pleine forme et couverts de flammes. Ils paraissaient également complètement dociles et obéissants à l’égard du sulatar en charge des opérations, le prince que les aventuriers avaient été envoyé sauver. Il était clair que lui et son groupe avait trahi les leur race pour déchaîner sur elle encore plus d’aberrations enflammées.

Les aventuriers espéraient profiter encore une fois de l’effet de surprise, mais une gigantesque araignée démoniaque tomba du plafond derrières eux, bloquant toute retraite potentielle, alors que les sulatars prenaient les armes pour charger par l’avant. Aolani resta derrière pour empêcher l’araignée de faucher tout le groupe d’un coup avec ses pattes acérées, la quittant des yeux uniquement pour envoyer la bénédiction des Sinistres Six sur ses alliés. Xanaph se retrouva rapidement verrouillée en duel avec le champion du prince, qui se battait lui aussi avec deux cimeterres enchantés, tout en utilisant son bouclier mystique pour réduire de son mieux l’impact des coups subis par Aolani. Valtrex, quant à elle, lançait vague après vague d’énergie primale pour abattre les nombreux autres guerriers sulatars. Pendant tout ce temps, le prince restait derrière ses troupes, les guidant au combat tout en attaquant lui-même à coups de jets de flammes et de ténèbres. Pour couronner le tout, des aberrations lave sortaient de temps à autre du magma pour venir se joindre au combat.

Après un temps, le travail des aventuriers, bien mieux rodé que celui des sulatars et de leurs monstres, permit à Dewdrop de se dégager de la mêlée et de filer tout droit vers le prince. Bien qu’il la surpassait en puissante, la pixie se servit d’une série de feintes pour le faire trébucher tout droit vers le monolithe de soufre. Comme ses victimes précédemment, il se mit à brûler vif au premier contact. Ses souffrances furent de courte durée puisqu’il reçut presque aussitôt une dague glacée dans le dos, qui l’envoya sombrer dans la lave. Comme on pouvait s’y attendre, il se releva pour canarder la pixie, mais sa riposte fut de courte durée puisque sa transformation ne faisait qu’accélérer. Ses jambes se changèrent d’abord en magma, l’empêchant d’avancer, puis le haut de son corps se changea en un bouquet de flammes, que Dewdrop éteignit rapidement avec une vague d’eau glacée.

Sans leader, les drows et monstres en combustion furent facilement vaincus et même le champion finit par s’incliner devant Xanaph, allant jusqu’à lui offrir ses cimeterres en échange de sa vie. Son seigneur et lui obéissaient apparemment aux ordres d’Imix, un ancien et très puissant seigneur du feu, qui aurait envoyé un émissaire aux ailes de flamme jusqu’aux sulatars depuis le nord. Tout en écoutant le questionnement du champion, Valtrex fouillait les dépouilles des autres sulatars et put mettre la main sur le tome contenant le rituel des sentinelles drudique. Avec l’aide d’Aolani, elle réussit à détruire le monolithe élémentaire, qui se fissura s’écroula en un tas de gravier. Les effets secondaires apparurent quelques minutes plus tard, quand le lac de lave autour de la péninsule commença à refroidir et à se solidifier. Dans l’heure qui suivit, aucune aberration, pas même la plus petite, n’apparut dans la caverne. La source était bel et bien scellée.

De retour à Ossiryn, après de longues heures de marche, les aventuriers allèrent faire leur rapport au temple de l’Umbra. Bien que la source découverte et détruite ne puisse expliquer qu’une fraction des types d’aberrations qui menaçaient la ville-forteresse, toute baisse, même mineure, dans la fréquence des attaques, pourrait permettre aux umbragens et à leurs alliés vulkooris de briser l’impasse qui les empêchaient de pousser le font plus loin que les limites de l’ancienne citadelle. Quant aux sulatars, leurs dirigeants allaient devoir répondre à beaucoup de questions de la part du conseil de l’Umbra, mais il s’agissait là de politique qui ne concernait pas vraiment les compagnons. Le conseil considérait que ces derniers avaient rempli leur part du marché et des ressources seraient donc mises de côté pour trouver la moindre information qui leur serait utile.

Avant de quitter, Valtrex fit de nouveau ses adieux à son père, mais une autre chose restait encore à régler. Le groupe décida d’aller payer une visite à Xorchilit et Connor. Les deux semi-aberrations ne se cachaient pas. Bien au contraire, ils logeaient dans un grand appartement aux frais des dirigeants d’Ossiryn. En tant que « spécialistes » des créatures de Khyber, leur expertise avait une grande valeur aux yeux des drows. Ils n’avaient pas l’intention de retourner à Stormreach puisque la Cabale des ombres s’était dissoute et que ses obscuras étaient occupées à se battre entre elles et avec les autres factions cherchant la prophétie. Cela correspondait à un message envoyé plus tôt par Keptolo comme quoi la tension entre les quatre factions avait éclaté en guerre civile. Xorchilit était même prêt à marchander avec ses anciens ennemis. Pour montrer sa bonne fois, il leur glissa même que le « Imix » vénéré par les sulatars était aussi le nom d’un des huit dragons élémentaires survolant Stormreach. Les aventuriers n’étant prêts à rien donner en échange, il s’arrêta là et garda pour lui la source de ses informations, rappelant toutefois que, tant qu’il serait dans le coin d’Ossiryn, son offre de collaboration demeurerait.

Dans les jours qui suivirent, les aventuriers firent tout pour éviter de croiser les deux semi-aberrants. En circulant dans le quartier où se trouvait la majorité des drows vulkooris, Valtres remarqua un puis deux drows avec des marques pratiquement identiques à celle de Netayef, lui aussi vulkoori. Xanaph put confirmer qu’il s’agissait là de véritables dracogrammes. S’agissait-il de la marque de la mortm qu’on croyait disparue depuis longtemps, ou bien de la découverte d’une nouvelle marque? Quoi qu’il en soit, Les similitudes entre les trois marques observées étaient trop grandes pour qu’on puisse croire à des dracogrammes aberrants.

La demi-elfe serait bien restée pour étudier le phénomène, mais une tâche plus pressante attendait le groupe. C’est ainsi que, aidée par ses compagnons, Aolani créa un portail pour téléporter tout le monde jusqu’aux Ailes de la prohpétie , l’aéronef caché à quelques kilomètres de Stromreach.

Comments

Borris

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.