Les Dessous de Xen'drik

Réunions de famille 2

Où on fait ses adieux

Revenus à bord des Ailes de la prophétie, cachées aux abords de Stormreach, les compagnons purent enfin s’entretenir de vive voix avec Keptolo et les shulassakars Lauraszacrel et Surrayana. Le minuscule espion n’avait pas chômé pendant les derniers mois, multipliant les voyages entre le vaisseau et la ville occupée, pillant au passage toutes les potions et objets magiques mineurs qu’il pouvait emporter sans se faire prendre.

Les nouvelles à propos de Stormreach étaient peu encourageantes. La tempête élémentaire formée des immenses dragons catastrophiques faisait toujours rage au-dessus de la ville, laissant tomber à l’occasion un œuf de dragon de la taille d’un ogre. Encore plus de géants de toutes sortes étaient venus du sud pour grossir les rangs de ceux qui contrôlaient les districts de la ville toujours coupée du monde : le port détruit et les habitants qui tentaient de s’enfuir rapidement dévorés par des dragons. Les Seigneurs des tempêtes, autrefois maîtres de la ville, puis marionnettes des dragons n’étaient plus que des prisonniers comme les autres. La plupart des habitants de Stormreach tentaient tant bien que mal de continuer à mener leur vie quotidienne tout en sachant que l’option ne pouvait tout simplement pas être viable à long terme.

À travers tout cela, Keptolo suggéra d’aller rendre visite à un groupe particulier. Les Rushémés, une tribu de géants des collines pacifistes maintenant un camp juste au dehors de Stormreach depuis des siècles, n’avaient pratiquement pas changé malgré le fait que les géants faisaient la pluie et le beau temps dans les rues de Stormreach. Au contraire, ils semblaient subir eux aussi les déprédations de leurs cousins plus bâtis. Dans l’espoir de mieux comprendre les agissements des géants élémentaires et peut-être de trouver quelqu’un qui accepterait de sacrifier son âme.

Après avoir suivi les instructions de Valtrex et Dewdrop pour passer inaperçus à l’intérieur du territoire contrôlé par les dragons, les compagnons se rendirent à pied jusqu’aux tentes des Rushémés. Pour faire changement, les géants des collines ne se montrèrent aucunement hostiles, invitant simplement leurs visiteurs à venir s’asseoir pour partager un repas. Au cours de la discussion, ils expliquèrent que, contrairement aux géants des collines, presque tous leurs cousins étaient issus de pactes conclus lors de la dernière grande incursion de créatures élémentaires, s’imprégnant des propriétés du feu, de la foudre ou autre aux dépens de leur vraie nature.

Phiri, la cheftaine, déplorait aussi le fait que les colons venus du Khorvaire semblaient déjà avoir oublié que les Rushémés avaient sauvé la ville par deux fois au cours des derniers siècles, la dernière datant de seulement de seulement 60 ans. Vu les circonstances, elle n’hésita pas longtemps à confier aux aventuriers la raison derrière la présence continue de son peuple aux abords de Stormreach. Les ruines de géants sur lesquelles la ville portuaire s’était construites dataient de la fin de l’Âge des démons. Les fondations des ruines servaient de sceau gardant piégé un monstre diabolique nommé Sakinnirot. La prison avait déjà été affaiblie dans le passé et une ouverture complète annoncerait sans le moindre doute un nouvel âge des ténèbres pour le nord de Xen’drik.

Dans l’immédiat, la préoccupation première de Phiri était néanmoins la survie de son peuple. Coincés entre les autres géants qui les empêchaient d’entrer à Stormreach et l’interdiction de quitter la zone alentour, les Rushémés n’auraient bientôt plus rien à manger. La recherche de solution cessa vite quand les gardiens du camp annoncèrent l’arrivée imminente d’un grand groupe de géants de feu et de froid, tous armée jusqu’aux dents. Les compagnons se hâtèrent de sa cacher dans quelques-unes des tentes pour épier la rencontre qui allait suivre.

Le groupe mixte était apparemment venu pour donner un ultimatum aux géants des collines : qu’ils choisissent le ou les dragons élémentaires à qui ils voulaient obéir et qu’ils intègrent la société établie à Stormreach ou qu’ils en subissent les conséquences. Les émissaires espéraient que les Rushémés penchent vers leurs propres seigneurs – Imix et Bristia Kel pour les géants de feu ou Olhydra et Ben-Hadar pour les géants de froid – mais n’importe quelle faction était mieux que d’essayer de rester à l’écart. Phiri ne prit même pas le temps de réfléchir avant d’affirmer que jamais les Rushémés n’accepteraient de servir des créatures ne venant pas d’Eberron. Heureux d’entendre un refus, les officiers des géants de feu et de froid dégainèrent leurs armes et ordonnant à leurs troupes de brûler les tentes de camp et de piller tout ce qu’elles pouvaient.

Le temps que les compagnons sortent de leurs cachettes, Phiri et son consort avaient déjà été jetés à terre et leurs assaillants s’apprêtaient à leur donner le coup de grâce. L’intervention musclée des aventuriers permit de tenir les géants élémentaires à distance et de les abattre sans qu’ils ne puissent toucher à nouveau aux dirigeants des Rushémés. Ailleurs dans le camp, quelques géants des collines réussirent à tenir tête aux pillards le temps que les guerriers n’aillent se porter à leur secours, mais le mal était déjà fait. Pour une quinzaine de géants élémentaires tués, autant de Rushémés – sur une population initiale d’environ deux cents – avaient perdu la vie.

Du point de vue de Phiri est ses conseillers, les choses auguraient mal. Dans le meilleur des cas, les dirigeants des géants de feu et de froid comprendraient ce qui s’était passé en un jour ou deux et soit ils enverraient une deuxième vague pour se venger soit ils panseraient leurs blessures et les géants de pierre ou de tempête profiteraient de l’état affaibli des Rushémés pour tenter eux aussi de les convertir de force. Reprenant la conversation interrompue plus tôt, Rowan suggéra du bout des lèvres que, vu les grands rapprochements à faire entre leur philosophie et celle des Rushémés, les Gatekeepers du Khorvaire seraient peut-être prêts à intervenir. Avec seulement 24 heures pour agir, il allait par contre falloir brusquer un peu les choses.

Grâce aux coordonnées fournies par Rowan, Aolani traça un cercle magique qui amena le quintet d’aventuriers dans les Confins d’Eldyn, à des milliers de kilomètres de là. Rapidement, Rowan convoqua son maître Vaurak et les Gatekeepers présents près de chez lui et leur exposa la situation. Les Gatekeepers sentaient bien qu’il y avait des liens à faire entres les deux cultures et, contrairement à la majorité des habitants du Khorvaire, ils n’étaient pas opposés à l’idée de venir en aide à un groupe de géants. L’inquiétude tenait plutôt au fait qu’il n’y avait pas suffisamment de temps pour prendre une décision éclairée et que la petite communauté des Gatekeepers dans les Confins d’Eldyn ne pourrait pas se permettre de nourrir deux cents géants une fois l’hiver venu. Les druides présents s’adonnèrent à de longues délibérations, auxquelles les compagnons n’étaient malheureusement pas conviés, et ce n’est qu’au milieu de la nuit qu’ils annoncèrent enfin être prêts à accepter les réfugiés.

Aolani multiplia alors les cercles de téléportation pour retourner près de Stormreach et envoyer, avec seulement ce qu’ils pouvaient traîner dans leurs bras, les survivants des Rushémés vers le Khorvaire. La situation étant dorénavant entre les mains des Gatekeepers, les compagnons se hâtèrent de retourner vers leur aéronef pour discuter avec leurs alliés de l’impact que pouvait avoir la présence d’un puissant démon scellé sous la ville de Stormreach.

Pressant le pas, les compagnons furent un peu moins discrets qu’à l’aller et arrivèrent nez à nez avec un énorme dragon de terre et d’argile qui les informa qu’ils s’étaient aventurés trop loin et qu’il allait les escorter personnellement jusqu’à la ville. Un retour en ville n’étant pas envisageable, les compagnons prirent les armes ensemble pour terrasser le monstre, qu’il fallut ensuite pousser au fond d’un lac pour dissimuler les traces du combat. Outre quelques blessures plus ou moins graves, la seule chose que les compagnons obtinrent de la part du dragon fut l’information comme quoi un vieil humain l’aurait récemment donné sa vie en prenant la bête en combat singulier pour permettre à une jeune humaine et un forgelier de quitter Stormreach.

Alors qu’ils terminaient de nettoyer la scène, les aventuriers furent rejoints par Lauraszacrel et Surrayana. Après plus de douze heures sans nouvelles de leurs alliés, les deux shulassakars avaient décidé de profité de leur vision nocturne pour aller à leur rencontre. Soulagées de les savoir encore en vie, elle se joignirent au groupe pour retourner vers la caverne où se trouvaient Les Ailes.

Remontant le ruisseau qui les mènerait à l’aéronef, l’eau prit une inquiétante couleur rouge sous la lueur des torches. Aucun doute possible, la rivière était remplie de sang. Pris de panique, tout le monde se rua vers la cachette derrière la chute d’eau. Surrayana s’effondra sur le sol à la vue des corps sans vie de ses quatre enfants adoptifs baignant dans leur propre sang. Plus loin, sur le vaisseau volant, se dressait Sesstaria en forme humaine, avec un Keptolo inconscient tenu par le cou dans sa main droite. Trois anges lui tournaient autour comme pour assurer sa protection.

Dès que l’équipage de l’aéronef entra dans son champ de vision, Sesstaria prit sa forme mi femme mi serpent ailé, resserrant sa prise sur Keptolo, et ordonna à ses deux subalternes de rentrer dans le rang et de l’aider à se débarrasser de ceux qui ne pouvaient pas s’empêcher de jouer avec la prophétie. Surrayana était toujours catatonique et Lauraszacrel n’arrivait pas non plus à lever la main sur ses alliés de longue date. Indiquant qu’elle règlerait cela plus tard avec ses deux jeunes sœurs, Sesstaria poussa plus loin sa transformation en échangeant sa tête et son torse pour ceux d’un serpent métallique, prenant ainsi l’apparence d’un couatl, un créature légendaire censée être un combattant inflexible de l’ordre et du bien.

Le combat qui suivit fut particulièrement intense. Sans l’aide de Lauraszacrel, qui était encore paralysée par la tournure des événements, les compagnons durent se battre à cinq contre une Sesstaria au sommet de sa forme et contre ses trois anges. Xanaph s’empêcha de glisser Keptolo loin de son agresseur afin de permettre à ses alliés de concentrer leurs tirs sur elle. Pendant que Rowan et Aolani tenaient tête aux anges, Dewdrop et Valtrex étaient grimpées sur le vaisseau pour encercler la couatl et exposant ses points faibles, laissant ainsi la chance à Xanaph de la pourfendre avec son cimeterre ancestral.

La crise terminée, Lauraszacrel courut s’occuper de Surrayana pendant qu’Aolani allait ranimer Keptolo. Derrière le vaisseau, on pouvait voir que Sesstaria avait détruit et éparpillé toutes les notes et reliques gardées à bord. Si les compagnons n’avaient pas eu la prévoyance de garder une copie de leurs notes sur eux en tout temps, ils auraient perdu par là toute l’information ramassée dans les ruines de Tharkgun Dhak et d’Ossiryn. Le plus incroyable était que, dans le désordre, certains mots et phrases étaient encore lisibles et toujours regroupés par paquet de quatre. Il fallut plus d’une journée pour déchiffrer tout cela et en trouver un sens, mais il ne faisait aucun doute qu’il s’agissait là de l’œuvre de la prophétie draconique.

Comments

Borris

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.